Banlieues et Islam : La francophobie non-assumée de Bernard Henri-Levy

A Riposte Laïque, nous nous souvenons tous, en tant que citoyens, des émeutes qui ont
ébranlé la France en novembre 2005. A partir de ces évènements, la France entière s’est
intéressée aux problèmes émanant des banlieues et des enfants d’immigrés. Plus de 5 ans
plus tard, la France de nos politiciens et de nos « porte-paroles » philosophiques en a-
t-elle tiré un constat clair et concret ?
Malheureusement non car la majorité des élus n’ont vu les émeutes qu’à travers le prisme
social. Hors de question de les regarder à travers le prisme culturel et religieux, au
nom de la bien-pensance anti-pragmatique. Il n’est donc pas étonnant que des maires
socialistes et communistes croient encore combattre l’insécurité et les inégalités en
injectant des millions d’euros sur des projets d’insertion. (1)
Résultat : des millions d’euros engloutis, un chiffre d’insécurité et de dégradations
matérielles en hausse et peu de paupières de gôche ouvertes. Martine Aubry continuera à
utiliser le verbe « stigmatiser » à l’encontre des français dressant un portrait lucide
et gênant de l’intégration en France. Marc Hartzfeld n’aura jamais le courage de
comparer les immigrés vietnamiens et portugais des années 1970 (dont on sait fort bien
que le bouddhisme et le christianisme empêchaient les françaises de balader en tenue
décontractée dans certains lieux) avec les immigrés nord-africains d’aujourd’hui.
Aussi, en 2011, après les Assises sur l’islamisation et le débat sur l’identité nationale
et pendant les révoltes arabes, il n’est pas surprenant de voir revenir dans les médias
le sujet sur les banlieues. Ainsi, l’édition spéciale de Canal + du premier Mars a
consacré un reportage sur l’association Zy’va, basée sur le soutien scolaire en milieu
sensible, en compagnie de Bernard-Henri-Lévy (2). Notez d’ailleurs l’aspect
communautariste du nom de l’association, alors que l’UMP et le PS nous disent que le
problème des banlieues concernent tous les Français et non spécialement des communautés.
Déjà, ce reportage est complaisant avec un journaliste critiquant l’Etat tout en se
taisant sur les millions versés à des projets d’insertion. Sur le comportement d’une
partie des jeunes immigrés, c’est le silence également. On se demande alors pourquoi
l’insécurité est moins élevée dans la Creuse, département le plus pauvre de la France
métropolitaine, si tout ceci n’est qu’une problématique économique(3). Mais ce qui est le
plus honteux est l’interview de Hafid Rahmouni, co-fondateur de Zy’va, qui se demande
s’il ne faut pas « appeler à la révolte des banlieues ». Avec des pédagogues raisonnant
comme des racailles, cela tombe sous le sens de penser que leurs « élèves » suivront un
chemin pas plus enviable que Karim Boudouda à Grenoble !
Pour faire la promotion d’une organisation dont le co-fondateur n’est finalement pas très
net, rien ne vaut un membre de l’élite pusillanime et donneuse de leçons. On retrouvera
alors avec plaisir (ou pas) Bernard-Henri Levy qui nous assure, de son bel appartement
chic, que l’association fait un travail remarquable dans les banlieues.
Qu’il ne veuille pas parler des sommes astronomiques gâchées dans le social, ni de
l’aspect culturel des émeutes, nous ne lui en tiendrons pas rancune (à un philosophe qui
cite n’importe comment des « savants » rétrogrades et agressifs comme Al-Ghazzali et al-
Farabi (4), il ne faut pas trop en demander). Néanmoins, il me semble nécessaire de
réagir aux propos de BHL lors de cette émission, puisqu’il est décidé à retomber dans
l’art de la calomnie.
En effet, il ne suffit à notre moralisateur préféré de prononcer des diatribes
déconnectées de la réalité à l’encontre des divers intervenants des Assises sur
l’Islamisation du 18 décembre 2010. En sous-entendant que la France est profondément
raciste, il ne se fait plus combattant d’organisations prétendument extrémistes mais bel
et bien l’idiot utile de groupuscules étrangers à nos valeurs et favorables à la
recrudescence de nos problèmes sociaux.
BHL croit être le philosophe éduquant le peuple vulgaire alors qu’il n’est en fait que la
marionnette des totalitaires de la pensée unique.
Bernard Henri-Lévy est un défenseur (de salon) des femmes lapidées et d’Israël. Aussi, il
est ironique de le voir traiter la France de pays raciste en faisant référence aux
Assises sur l’islamisation, qui ont pourtant accueilli des combattants anti-charia et
pro-Israël comme Elisabeth Sabaditsch-Wolff et René Stadtkewitz. En répondant au sujet
des banlieues par l’affirmation « France=raciste », BHL ne fait que répéter les
déclarations d’auto-victimes du Parti des Indigènes et de Forsane Alizza. Autant dire
qu’avec un soutien comme BHL, Israël et les femmes lapidées n’ont plus besoins d’ennemis
médiatiques !
Pour BHL, les jeunes d’origine immigrés sont violents car c’est social.
Et pour lui, la France est raciste car c’est culturel. Après tout, n’est-ce pas lui qui a
déclaré « ne pas vibrer à la Marseillaise » ? (5)
On se demande bien comment un individu qui dédaigne le pacte républicain et ses attributs
(BHL prônant la liberté d’expression seulement quand elle va dans son sens), qui refuse
de voir en nos symboles des images fédératrices du peuple français, peut se permettre
d’avoir un avis aussi péremptoire sur les banlieues.
Néanmoins, ce reportage sur Canal+ est intéressant car il nous présente un Bernard Henri-
Levy préparant sa plume pour le débat sur l’Islam à l’avenir. Nous lui faisons confiance
pour trouver des mots aussi durs pour qualifier la France profonde, qui veut connaître
tous les symptômes (y compris culturels et religieux) qui la rongent et en conséquence
trouver les moyens de supprimer, par exemple, les remises en cause par de jeunes
fanatiques de l’égalité homme/femme à l’école.
Il n’aura sans doute rien à craindre. Monsieur Fillon a bien dit que le débat sur l’Islam
sera à sens unique. A moins que le peuple français soit véritablement décidé à ne pas
subir le même destin que des milliers de coptes, de femmes afghanes, d’apostats iraniens
et de chrétiens algériens. Quand ce jour décisif arrivera, Bernard Henri-Levy sera obligé
d’apprendre le bon sens quant à analyser des sujets trop graves pour être laissés à des
observateurs sélectifs. Sinon, il finira dans les mémoires comme étant l’un des
philosophes les plus médiocres de l’Histoire de l’Humanité avec deux grands H.
Alexandre Avignon
(1) http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/sevran-decroche-des-fonds-pour-ses-cites-26-05-2010-937004.php
(2) http://rutube.ru/tracks/4158169.html?v=9f69620e158689ebf07e40e5508d7083&autoStart=true&bmstart=1000
(3) http://fr.novopress.info/59617/video-les-vrais-pauvres-sont-dans-le-cantal%E2%80%A6-et-eux-ne-sont-pas-delinquants/
(4) https://ripostelaique.com/joachim-veliocas-oblige-deduquer-bhl-qui-cite-des-philosophes-musulmans-quil-na-pas-lus.html
(5) Le Nouvel Observateur, paru 4 octobre 2007.

image_pdf
0
0