Barbara Bishay : en Égypte, il n’y a pas eu un coup d’État militaire, sinon l’armée serait au pouvoir

A l’occasion de mes recherches internet sur les derniers événements en Égypte, j’ai découvert Barbara Bishay, une « twitteuse » (@BBishay1) qui relaie l’actualité égyptienne avec passion. Interview.

Riposte laïque : Bonjour Barbara.

Barbara Bishay : Bonjour Roger.

Riposte laïque : Vous avez 28 ans, vous êtes germano-égyptienne et passionnée par l’Égypte. Pourquoi cet engouement ?

Barbara Bishay : Mon père est égyptien et ma mère est allemande et j’ai toujours aimé l’Égypte comme une maison loin de la maison. J’ai une famille et des amis là-bas, j’y ai voyagé beaucoup depuis que je suis enfant et j’ai fait mes études de maîtrise là-bas aussi. Je ne pense pas être dans un délire. Je suis seulement active depuis Berlin autant que je le peux. Cela entraîne mes tweets sur les événements de là-bas.

Riposte laïque : Pouvez-vous nous présenter votre projet Mayadin al-Tahrir ?

Barbara Bishay : Mayadin al-Tahrir est une ONG fondée par un groupe d’entre nous, Égyptiens vivant en Allemagne, après la Révolution en 2011. Nous visons à apporter l’éducation au peuple égyptien qui est neutre et sans affiliation politique ou sans buts, et à soutenir les arts et la liberté artistique en Égypte. D’une part, ici, en Allemagne, nous avons des événements à communiquer à la communauté égyptienne pour la rapprocher et d’autre part nous rapprochons la culture et les arts égyptiens de l’Allemagne.

Riposte laïque : Sur Twitter, vous avez beaucoup communiqué sur la « révolution Tamarrod ». Ne rêvez-vous d’être en Égypte pour soutenir vos compatriotes ?

Barbara Bishay : Oui. Je souhaiterais toujours être en Égypte lorsqu’arrivent ces événements comme les manifestations ou la mobilisation du public.

Barbara Bishay
Barbara Bishay

Riposte laïque : Pourquoi étiez-vous autant hostile au Président Mohamed Morsi ?

Barbara Bishay : Je suis contre Morsi parce que les Frères musulmans ont utilisé la Révolution pour prendre le pouvoir en Égypte et établir une nouvelle dictature. Il n’y avait pas d’opposition au parlement, ils ont écrit la Constitution et des gens ont été arrêtés alors qu’ils se sont prononcés contre lui. Dans les manifestations, les gens étaient tués, les femmes harcelées sexuellement et les militants emprisonnés pour avoir exprimé leur mécontentement. En outre, Morsi a dirigé le pays vers le bas économiquement. Lui et son groupe n’ont aucune idée de comment gérer un pays. Il y a actuellement une crise du carburant, une crise de l’électricité, une crise de l’eau et une crise économique en Égypte. Les Frères musulmans étaient intolérants et embarrassants. Ils semaient la division et les conflits à travers le pays et entre les différentes fractions du peuple égyptien.

Riposte laïque : Dans une interview à Arte-TV, vous avez dit que les Frères musulmans étaient incontournables en Égypte. Le croyez-vous encore alors que le coup d’État militaire semble vouloir en finir avec l’islam politique ?

Barbara Bishay : Tout d’abord, à mon avis, ce n’était pas un coup d’État militaire parce que l’armée n’est pas actuellement au pouvoir. In fine, l’armée a fait ce qu’elle avait à faire pour assurer la sécurité nationale parce que dans son dernier discours, Morsi a demandé à ses partisans de défendre sa légitimité de leur sang et il a dit qu’il ferait la même chose. Il a indirectement appelé à la guerre civile. L’armée a tenté d’obtenir la présence de tous les groupes politiques égyptiens à la table des négociations. Seuls les Frères musulmans ne s’y sont pas joints. Ce qui se passe actuellement ne fait pas disparaître l’islam politique. Au contraire, il semble que les salafistes ressortent plus forts que jamais. Ils ne cessent de boycotter toute décision politique. Et les Frères musulmans sont une partie intrinsèque de l’Égypte. Ils y ont été fondés dans les années 1920 et ont toujours fait partie du paysage social. Ils font également partie du paysage politique depuis Sadate. Ils gagnent des adeptes grâce à l’utilisation de la religion, mais aussi par le travail caritatif. Je ne pense pas que vous aurez jamais une Égypte sans eux. Ils font partie du peuple et du système et il faut respecter cela. L’armée appelle les jeunes générations des Frères musulmans à participer à des négociations politiques. Il est faux de penser que parce Morsi a échoué, cela signifie la fin des Frères musulmans. Ils sont une partie de l’Égypte, au moins dans les années à venir aussi.

Not A Coup
Manifestants place Tahrir au Caire

Riposte laïque : Un coup d’État militaire ne signe-t-il pas la fin de la démocratie en Égypte, et le rêve d’une Égypte avec une parole politique libérée comme vous le souhaitez ?

Barbara Bishay : Encore une fois, ce n’était PAS un coup d’État militaire. Et je n’apprécie vraiment pas que les médias occidentaux appelle ça comme ça. Ce n’est pas l’armée qu est au pouvoir. Un gouvernement civil est en cours de construction à l’heure actuelle et l’armée est juste intervenue pour amener chacun à une table pour négocier. Mohamed El Baradei est vice-président, Adli Mansour est président… Ces hommes et tout autre ministre qui a été nommé jusqu’à présent, pas un seul d’entre eux n’est militaire. Il n’y a pas de coup d’État. On pourrait faire valoir que si le résultat de la Révolution de 2011 était un coup d’État, alors nous aurions les militaires au pouvoir. Mais le résultat de Tamarrod n’est pas un coup d’État. Il s’agit d’une insurrection victorieuse du peuple égyptien. C’est la seule façon dont je puisse répondre à cette question.

Riposte laïque : Comment envisagez-vous la suite des événements ?

Barbara Bishay : Je ne peux pas répondre à cette question, je suis désolée de le dire. Je peux seulement dire qu’il était sûr qu’il y aurait des troubles entre les différentes fractions politiques. Les Frères musulmans ne s’en iront pas facilement, tout le monde devrait avoir vu cela. Ces prochains jours et ces prochaines semaines, c’est le moment le plus dangereux en Egypte. Morsi nous a amenés au bord d’une situation où l’Égypte pourrait tomber dans une guerre civile. J’espère et je prie Dieu que ce sera empêché. Et bien sûr, j’espère que l’Égypte va récupérer son économie et sa sécurité ainsi que le développement des droits de l’homme, la liberté d’expression, etc., toutes les choses qui entraînent une véritable démocratie et qui font que les gens vivent, votent et débattent ensemble dans la coexistence pacifique.

Riposte laïque : Merci Barbara.

Barbara Bishay : Merci à vous, et vous êtes bienvenus !

Propos recueillis et traduits de l’anglais par Roger Heuterbise.

image_pdfimage_print