Bartolone-Glavany-Vaillant-Guigou, quatre dhimmis pour un perchoir

La semaine dernière, j’avais commis un article démontrant que Ségolène Royal n’était pas encore officiellement battue que déjà les vautours socialistes volaient autour d’elle, et commençaient à la dépecer, pour prendre la place qui lui était réservée. J’avais émis des réserves sur la candidature de Jack Lang, qui, selon moi, avait de fortes chances d’être battu, et aurait dû, comme la présidente de la région Poitou-Charentes, attendre un peu avant de se rêver sur le perchoir.

J’avais égratigné les deux autres candidats, Claude Bartolone et Jean Glavany, en démontrant toute leur dhimmitude et leur complaisance avec l’islam :  

Tout comme François Hollande, élu par 93 % de musulmans, Bartolone doit son siège à l’Union des Association Musulmanes du 93, comme le reconnaissait sans vergogne Mohamed Henniche, le secrétaire de l’association.

Naturellement, ayant le sens du savoir-vivre, ce lieutenant de Laurent Fabius sait renvoyer l’ascenseur.

Quant à Glavany, qui a eu l’intelligence de ne pas postuler officiellement, mais de faire savoir qu’il était quand même intéressé par le poste, c’est une vieille connaissance de RL, qu’il s’était permis d’insulter sur les ondes de RMC, à l’émission Carrément Brunet… ce qui lui avait valu cette mise au point saignante de Lucette Jeanpierre, jamais en retard quand il s’agit de remettre les pendules à l’heure.

Nous avons à présent deux nouveaux candidats, qui ne valent pas mieux que les deux précédents : Elisabeth Guigou et Daniel Vaillant. La première a été élue brillamment, ce dimanche, à Aubervilliers, avec 100 % des voix, et 32 % de votants. C’est beau, la discipline républicaine vue par la gôche ! Le second a été élu sur Paris avec 72 % de suffrages exprimés.

Elisabeth Guigou s’est fait connaître en tenant des meetings communs avec Valéry Giscard d’Estaing, en 1992, pour convaincre le bon peuple de voter « oui » à Maastricht. En 2005, cette fanatique européiste, perdant ses nerfs devant la progression du « non », menaçait la France entière : « Si le non l’emporte, j’arrête la politique ! » glapit-elle. Comme le disait Charles Pasqua, les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

Elue dans le 93, elle saura caresser ses électeurs musulmans dans le sens du poil, en prônant le boycott des produits israéliens.

[dailymotion xglx0o] 

http://www.dailymotion.com/video/xglx0o_elisabeth-guigou-le-boycott-est-un-acte-politique_news

Elle leur donnera également des gages en combattant la loi sur la burqa.

Quant à Daniel Vaillant, peut-il exister pire un élu de la République plus dhimmi que le maire du 18e arrondissement qui a cautionné, des années durant, les prières musulmanes illégales, révélées par Maxime Lépante, dans sa circonscription ? Y a-t-il plus islamo-collabo que ce maire qui a tenu des discours compassionnel et victimaires sur les « malheureux » contraints de prier sur les trottoirs, préférant, lui, l’ancien ministre de l’Intérieur de Jospin, pleurnicher sur le sort de militants islamistes que s’indigner sur le viol des lois de la République. Nous n’oublions pas davantage son rôle dans la mise en place de l’ICI (Institut des cultures d’islam) qui coûteront au contribuable la modique somme de 26 millions d’euros.  

Une chose est certaine : nous avions déjà un premier ministre islamo-collabo, Jean-Marc Ayrault, nous aurons, sauf surprise de dernière minute, un président dhimmi de l’Assemblée nationale.

Il faut bien récompenser les 93 % de paisibles disciples de la religion d’amour, de tolérance et de paix qui ont permis à François Hollande d’être élu président de la République, et ce n’est que le début…

Jeanne Bourdillon

image_pdf
0
0