Bartolone rêve d’exporter le 9-3 dans toute l’Ile-de-France encore trop blanche

Publié le 11 décembre 2015 - par - 10 commentaires - 1 687 vues
Share

bartoloneLe président Bartolone persiste et signe. C’est en creux, que Valérie Pécresse défend la race blanche, Neuilly et Versailles, continue d’affirmer le candidat du PS et des écologistes pour l’île de France, des écologistes à l’antisémitisme féroce militant encore à EELV.

Ce sont trois crimes abominables ! Les paroles non formulées, les paroles en creux, de la candidate Valérie Pécresse.

La formule utilisée ici, «Pécresse dit en creux », permet de prétendre et d’accuser, – sans éléments  de faits -, d’avoir dit ceci ou cela, sans le dire, parce qu’elle voulait le dire, parce qu’elle le pensait, même si elle ne l’avait pas dit et qu’elle ne le dit pas.

On est devant le plus parfait exemple d’une casuistique jésuito-Vychinskienne, à 1000%.
Au-delà de la candidate LR, c’est tout un chacun qui est menacé. Nous sommes tous dans le collimateur de nouveaux Big Brother : Claude Bartolone nous fait entrer, de plein pieds, dans l’ère des procureurs de tribunaux « populaires » ; vous savez, ces tribunaux qui vous envoyaient, si vous aviez échappé à la fusillade ou à la pendaison immédiate, dans les LaoGaï (les camps du vaste Goulag maoïste, où passeront des dizaines de millions de Chinois et où beaucoup laisseront la vie; des camps où l’on vous apprenait à vous dénoncer vous-même, sans discontinuer, et à rabâcher jusqu’à oublier sa pensée et croire au credo de « l’homme nouveau » entièrement soumis « au parti », c’est-à-dire à son chef infaillible et à « la pensée Mao »).

Devenait, vérité irréfragable et interdit de critiques ou questionnement, chaque slogan simpliste et totalitaire du stalinisme à la chinoise. C’est ce genre d’exercice politique auquel vient de se livrer le président de l’Assemblée nationale. C’est grave, c’est très grave !

Pas mal de chefs et de petits chefs et sous-chefs du parti du président Bartolone ont avalé, avec délectation, et tenté de faire passer pour le nec plus ultra du progrès humain le totalitarisme maoïste, – une idéologie qui fit couler des flots de sang humain et écrasa toute pensée personnelle.
Si l’on garde cela en mémoire, on comprendra plus aisément l’incroyable indulgence dont la clique gouvernementale et ses commensaux font preuve envers les tenants du totalitarisme de la charia mahométane et les assassins membres des Tcheka de l’Etat islamique (Daesh).

En ne se démarquant pas de ces procédés totalitaires, reviennent-ils vers cette utopie criminelle, dont les Chinois cherchent à se débarrasser définitivement comme les Russes se sont débarrassés définitivement de sa matrice lenino-staliniste ?

A l’opposé du crime en « creux » de Valérie Pécresse, quel crime en creux ou en plein commet-il, notre candidat ?

Il n’aime pas la race blanche. Ça se voit, et il le dit avec force, en bon élève du « think tank » Terra Nova : la « race » blanche, elle mérite de périr ; défendre son simple droit d’exister, paisiblement, devient un délit grave, devient un délit « raciste ».

Que les non-blancs veuillent faire disparaître les blancs, ce n’est pas raciste, c’est une simple opinion.

La preuve, le tout récent jugement de la Cour d’Appel.
Que des blancs ne veuillent pas disparaître et moins encore subir outrages et violences : ça, ce n’est pas une opinion, ça, c’est raciste !
Voici le dogme ! Voici la nouvelle vérité obligatoire.

Lui, sa tasse de thé, à notre présentement président de l’assemblée nationale, ce n’est pas l’actuelle majorité « blanche » vivant dans ce pays, majorité « blanche » dont les aïeux et les parents l’ont fait, avec tout ce qu’il a produit, socialement, économiquement, culturellement, scientifiquement. Il aime autre chose, et il nous dit ici qu’il y a intérêt à penser comme lui, sinon…. ça va barder !
C’est son droit de penser, et même de proférer, des absurdités.

Mais son droit, il en use et prétend en abuser, en interdisant toute autre opinion que la sienne. C’est là où ça coince. C’est cela qui risque de provoquer un retour de bâton…

Szyja Waldman

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Hocinov

Il parle un mauvais français ce Bartolone,en tout cas!

Luco Orgeto

bartolone comme tous ses acolytes socialistes et affiliés sont des traitres qui se vendent a ceux qui veulent nous coloniser et nous imposer leur monde de vie rétrograde et dégradant, étant traîtres a leur pays ils doivent être traités comme tels […]

la normand

Vous parler de DON CORLEONE BARTOLONE le parrain de la mafia socialiste le type qui ne jure que de l’islam,qui habite que dans les beaux quartier de Paris une petite maison à 3 millions d’euros.

Rigel

Puisque Bartolone est contre la race blanche, qu’il s’enduise le corps et la gueule de brou de noix et s’expatrie en Afrique. Il débarrassera ainsi la France de sa présence nocive !!!

Aaron

Sans oublier une conversion à la RATP….

Victor K.

La racaille du 9-3 !
Bartolone la petite crapule !

balte

Le Monde oublie carrément de parler des propos de Bartolone,des fois que les convictions de ses lecteurs seraient mises à mal. Ce quotidien n’informe plus sur rien.

balte

En lisant le Point,on se rend compte que Bartolone devrait être en prison. Ce monsieur a permis à son frère,en profitant de l’étiquette PS,de faire des affaires plus que juteuses. Et on n’aurait pas le droit de le traiter de mafieux?

balte

Ce Bartolone est un raciste pur et dur. Il n’a pas sa place en France,il est une honte pour notre pays.

Lulu

Dehors toute cette bande de franc-macs, et celui-là en particulier