Battisti ou la fascination morbide de la gauche pour les révolutionnaires assassins

Publié le 14 janvier 2019 - par - 12 commentaires - 1 323 vues
Share

Il suffit de jeter un petit coup d’œil sur la page de discussion de Wikipédia sur cette icône de gauche , défendue pieds et ongles naguère par un BHL (jusqu’à écrire, en plus d’une préface, une lettre à l’ancien président Brésilien, Lula, afin d’empêcher en 2009 son extradition) pour évaluer les charges, réelles (même Robert Badinter s’en était ému, sans parler de la gauche… italienne…) qui pesèrent à son encontre (trois meurtres plus une complicité via une incitation à en commettre un autre) sans pour autant émouvoir notre belle intelligentsia devenue aujourd’hui si banalement factuelle au vu de son extradition actuelle réussie.

Pourquoi, malgré le livre du journaliste Karl Laske, La mémoire du plomb, qui met à mal un tel soutien sans conditions, mais à l’identique de ce qui s’est passé pour un Pierre Goldman qui, accusé de plusieurs meurtres a pu non seulement se sortir, lui, des griffes de la justice (il fut assassiné par la suite) mais fut passionnément soutenu par l’intelligentsia française (Sartre, Simone de Beauvoir…) pourquoi un César Battisti eut lui aussi l’apanage d’un tel soutien ?…

Si l’on met de côté l’aspect « condamnation injuste » à la Hugo ou à la Zola, écartée par la… gauche italienne, il y a déjà l’aspect « esthétique » voire contradictoirement jouissif incarné naguère par un Jean Genet, légitimant ne serait-ce que dans un écrit théâtral comme les Bonnes le fait d’assassiner un « bourgeois ». Les assassinés réels ou supposés d’un Goldman et d’un Battisti ne sont-ils pas eux aussi représentants de la classe honnie ou à sa botte (pharmaciennes, gardiens de prison, policiers)?

Il y a aussi, mêlée à cette première sédimentation, une couche de fascination morbide pour les écrits de Sade qui alimentent abondamment (encore) les courants Bataille-Blanchot-Foucault-Deleuze-Guattari d’une part, Derrida-Lyotard-Sollers d’autre part (Moix en dernier avatar, reprochant récemment à Onfray sa charge contre Sade) une fascination (fascisante selon Pasolini à la suite de Walter Benjamin le reprochant à Bataille) pour l’image, absolue, de « la » mort, impavide, inexorable, beauté et mort échangeant leurs signes d’ailleurs, seul universel admis ; une fascination partagée par un Bertollucci (la façon dont il absout le viol de Maria Schneider dans Le dernier Tango à Paris).

À cela se mélangent en troisième couche les pigments proprement politiques de l’assassinat « nécessaire »: du genre « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs » ; ce qui explique alors la manière dont toute une gauche y compris « modérée » a renoué avec l’imaginaire de la violence révolutionnaire théorisée par un Sorel (reprenant mais en moins bien Saint Just, ce Raspoutine de Robespierre, d’où le dédain de Lénine à son encontre) « terreur » mise en pratique par le couple infernal Lénine-Trotski (bien plus que Bakounine) dont Staline puis Mao ne furent que les bras armés, Castro et Guevara les bons élèves, sans parler de leurs compères sartriens au FLN « algérien », sans oublier le soutien d’un Edwy Plenel aux Palestinistes meurtriers des athlètes israéliens à Munich, le pompon étant à remettre aux « révolutionnaires » du style Pol Pot également soutenu par l’intelligentsia française.

Cette fascination multiforme envers une violence mêlant esthétique et politique est aussi à repérer dans ce soutien silencieux mais parfois véhément aux meurtres et viols effectués par ces « migrants » immédiatement excusés, leurs noms effacés, leurs actes relégués à du « fait divers d’extrême droite » par le fait, seul, de le souligner.

Ne parlons pas de la violence au quotidien réduite à de l’incivilité… Tout cela relève de la même philosophie, celle de ne voir qu’une seule violence, celle repérable dans l’œil du voisin (celui aujourd’hui des Gilets jaunes) en minimisant la sienne pourtant de la taille d’une poutre.

Lucien Samir Oulahbib

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
astrid

Comme c’est étrange : on n’a pas entendu un mot de celle qui écrit des polars avec un nom d’homme : Fred Vargas….qui l’a soutenu inconditionnellement financièrement et dans la presse et allait le voir au Brésil. Ni des soeurs Bruni : valeria bruni tedeschi, une inconditionnelle et carlita qui suivait sa soeur en disant qu’elle était de gôche…. Moi, je me souviens de la douleur du fils du commissaire de police que battisti a assassiné de sans-froid en lui tirant plusieurs balles à bout portant pour être bien sûre de ne pas le rater et pour faire « un exemple »… lire la suite

DUFAITREZ

Comme quoi « l’Internationale Populiste » en cours de constitution a du bon !
Les Français demandent à y accéder !

Paskal
Fleur de Lys

Italie : pour Salvini, « Cesare Battisti est une personne infâme »

Le ministre italien de l’intérieur s’est exprimé au sujet de l’ex-terroriste italien d’extrême-gauche qui va désormais purger une […] https://lesobservateurs.ch/2019/01/15/italie-pour-salvini-cesare-battisti-est-une-personne-infame/

André Léo

Très juste! Cette dérive de faux révolutionnaires, la France l’a subie avec l’assassinat du Général Audran et du PDG de Renault G.Besse… déjà le PDG de Renault, comme aujourd’hui ! La CIA n’est jamais loin, derrière les brigades rouges ou action directe. Tueries de la « fraction armée rouge » en Allemagne, un Pdt du conseil, Aldo Moro assassiné en Italie sur commandite,par les B.R parce qu’il voulait sortir don pays de l’influence mafieuse en tenant la main au PC.I. L’absurdité sauvage et hurlante de ces crétins anti tout, nous l’avons aujourd’hui en marge des Manifs G.J ! De Mitterrand… lire la suite

LSAO

Derrière les Brigades rouges comme de la Fraction armée Rouge de Bader (soutenu par Sartre, je l’ai oublié dans le billet…) il y avait également le KGB…

André Léo

On n’en finirait pas de trouver les agents doubles ou triples dans les services occultes. .
L’iran des mollahs était co-commanditaire de l’assassinat de G Besse par les crétins sanglants d’action directe. Peut-être ont-ils également touché du pétro-dollar en récompense de leur crime?

Ulysse

Admirable article, bravo et merci.

ALEX 549

Ou est Fred Vargas ? Elle est très silencieuse … Vit-elle toujours ?

Dupond

Il est entre les mains de Salvini !!! ……Bravo au président du Brésil . Notre pays devrait avoir le meme reflexe face a la saloperie qui vient remplir nos prisons et qui nous coute un bras alors que nous n’en avons plus les moyens . Pour ce qui est des clandestins les pays refusant leur rapatriement devraient etre interdit de visas et interdit de séjours touristiques ….il n’y a pas lieu d’aller au maroc ou en tunisie puisqu’ils refusent l’accostage des bateaux chargés de naufragés aux abords de leurs cotes !!!

BERNA

Et même, il devrait cesser toute transaction avec ces pays. On fait de la rétorsion avec ceux qui se défendent légitimement, alors qu’il faudrait l’exercer à l’encontre de tous les exploiteurs de la générosité des occidentaux. Les choses seraient claires et tout rentrerait plus facilement dans l’ordre. Ils font dans notre pays ce qu’il ne ferait pas chez eux. Par idéologie, les anti-peine-de-mort se font les complices de fait de tous les actes criminels : on peut très bien prononcer la peine de mort comme loi. Le 2ème volet étant sa mise à exécution :soit immédiate en cas d’assassinat prémédité,… lire la suite

Vincent L.

Les faits, même sordides, sont admis ou revisités au nom de l’idéologie et ne peuvent en aucun cas être remis en questions.