Battre la Gauche le 6 mai prochain, devient un choix historique

Publié le 27 avril 2012 - par - 935 vues
Share

Il y a quelques mois : les sondeurs, les éditorialistes, les analystes, les journaleux, prédisaient, déjà au premier tour, à Nicolas Sarkozy et à ses électeurs un fiasco sans précédent. Marine Le Pen et J.L Mélenchon quant à eux se voyaient disputer en duo le second tour. Par ces fausses prévisions fallait-il  y voir une France écartelée aux deux extrémités ?

Au soir du 1er Tour, l’ensemble de la gauche plafonne en effet autour de 43 % des suffrages ce qui correspond à son score de 2007. Rien de plus.

Les électeurs de droite, quant à eux,  réunissent 47 % des suffrages, mais dans quelles conditions peuvent-ils enterrer la hache de guerre de la discorde ? Les digues de séparation vont -elles céder titre l’Express.fr.  Alors comment peuvent-ils unir dans la concorde leurs différences politiques, contre le plus grave danger qui les menaces, comme jamais ?… Et peut-être pour des siècles et des siècles :

l’Altermondialisme radical qui menace l’Occident et la France .

 

C’est raté, je suis arrivé au second tour et je peux encore le gagner

Notre champion, les a affronté tous ses adversaires, à mains nus, avec à la bouche les mots de celui qui aime sincèrement la France, et qui veut se rattraper en demandant aux Français de lui pardonner ses erreurs de début de quinquennat,  et son ambition exacerbée à vouloir trop bien faire pour réussir. Il nous redemande de l’aider, de lui accorder à nouveau  notre confiance, de lui octroyer un deuxième et dernier essai pour passer la barre des présidentielles et nous rassurer encore cinq ans.

Ceux qui n’ont  jamais eu l’ambition de vouloir réussir dans la vie, même sans savoir sauter à la perche, sont des bobos contemplatifs, amorphes ou sans niaque !

Aidez-moi ! Bon sang, est-ce que ça veut encore dire quelque chose dans le monde réel !

 Que celui ou celle, qui n’a jamais eu à régler, des problèmes professionnels et familiaux en concomitance, dans des familles recomposées, me jette la première pierre. Les Français ont vite pris conscience de la dimension que peuvent prendre des problèmes imprévisibles, lorsque l’on a – à présider -, un pays de gaulois irréductibles, ingérables  par tradition, comme la France. Quatre ans de crise à gérer dare-dare sur un quinquennat, cela ne laisse guère beaucoup de temps à surveiller les frontières de l’Europe, et le communautarisme des prédicateurs. Frontières, islam  devenaient des gros mots, des tabous. Motus !

N’en déplaise aux mauvaises langues qui prétendent que N. Sarkozy n’a rien fait au cours de son quinquennat. Dans l’urgence et la contestation inlassable de l’opposition, il a réalisé 931 réformes. Parmi les plus importantes : La suppression de la taxe professionnelle.  La réforme des retraites. Le service minimum durant les grèves de secteurs publics. Le triplement du crédit d’impôt qui soutien la recherche des entreprises et apporte des capitaux privés vers l’enseignement supérieur. La suppression de la pub à la TV publique après le JT de 20H . La revalorisation du salaire des enseignants, équivalent à un 13e mois, en contre partie de leur réduction en nombre. La réduction de la délinquance ( -17%), des homicides ( -40%) des atteintes aux biens ( -28%), de la mortalité routière. Une hausse de +20% du budget de la justice avec 1.300 postes supplémentaires. Plusieurs milliers de reconduites de clandestins à la frontière ( +32.000).

Au niveau de l’emploi: La relance de l’économie par l’investissement et non par l’assistanat. Il a mis fin par le RSA  au travailleur qui se retrouvait à gagner moins que le Rmiste assisté par l’illogisme de la Gauche. Création du Pôle emploi ( Assedic+Anpe)L’aide à l’industrie automobile a été capitale pour l’économie du pays. La réduction de 160.000 fonctionnaires qui plombaient notre économie. La création du statut d’autoentrepreneur. La création de 2,5 millions d’entreprises. La flexibilité avec rupture contractuelle, le développement de l’apprentissage et de la formation continue pour tous les demandeurs d’emplois, de tous âges, à condition d’accepter un emploi en fin de formation.

Plusieurs centaines d’autres réformes ont été réalisées sur : le logement,  l’assistanat social,  le monde agricole, l’économie, la politique étrangère, avec la mise en place d’une règle d’or pour l’équilibre de nos comptes. La politique intérieure en maintenant intégralement notre système de protection sociale, nos plans d’épargnes à la banque, nos impôts.

Évaluer svp, en toute objectivité,  le courage qu’il a fallu déployer pour réaliser toutes ces réformes, nous oblige à reconnaître que cet homme a travaillé très dur pour la France et ses concitoyens. Surdoué, il comprend très vite les enjeux, et le fond des dossiers. Il nous faut reconnaitre l’importance du travail qu’il a réalisé pour nous, souvent contre les vents et marées de l’opposition. C’est au final, un homme soucieux pour l’avenir des Français. Il est bourré d’énergie puisée Dieu sait où. C’est un résistant, un tenace qui n’abandonne jamais en plein effort, qui ne lâche rien à ses adversaires. Je pense que c’est le meilleur homme d’état que nous ayons, jamais eu en France depuis longtemps.

Après ce 1er Tour, les bourses européennes, le CAC 40 ont déjà dégringolés de 3%.  Problème de confiance et de vigilance des marchés.

À la moindre réforme vitale mise en place pour éviter que la France ne subisse le même sort que : l’Espagne, le Portugal, l’Italie, La Grèce, ce sont encore des milliers de contestataires inconscients, tels des moutons de Panurge qui descendent dans la rue avec des drapeaux rouges, et  bloquent le pays, les transports, l’économie. La France avec ses 1.700 milliards de dette est devenue leur otage ! Voulons-nous les suivre ? Alors votons Hollande!

 

Faut-il jeter notre président, comme le suggère cette image négative, lorsque le pays a été soumis, 4 années durant,  aux diktats européens, aux attaques de  spéculations, aux transactions financières mondiales sur fond de crise économique nationale,  à la dette à rembourser aux marchés, au chômage, à la récession, à la cure d’austérité, au prix excessif des carburants, au malaise social, à la contestation syndicale, aux mobilisations associatives, au mécontentement général.

Si les Français cherchent un super héros, un superman, je ne leur conseilleraient pas de se tourner vers le Triumvirat : Hollande-Mélenchon-Joly ; ni envers la super Woman, toute catégorie, de ces élections, pourquoi ?

Nicolas Sarkozy est un battant

Il faut aller le voir et l’entendre dans tous les meetings de l’UMP. Il veut une France Forte. Forte au sens de pluri-citoyenne de cœur. Il nous montre l’exemple de cette force  qui est en lui, car il sait parler aux français en les rassemblant.  C’est une sorte de bête de meeting  mais avec un discours d’une immense clarté. Je crois sincèrement que c’est, encore et de loin, le meilleur de tous les français ! Mais, tout le monde cherche à le diaboliser  car c’est un premier de la classe.

Dans les années 1958, j’avais dix ans et je fréquentais l’école primaire des Hussards noirs  de la République. Les cancres au fond de la classe, bonnet d’âne sur la tête n’avaient qu’un seul but dans la cour de récré :  » casser la gueule  » au 1er de la classe ( major) modèle vivant, témoin de l’efficacité du système d’instruction scolaire. Un modèle qu’ils étaient incapables d’atteindre par paresse personnelle et frustration. C’est une histoire que j’ai réellement vécue, et qui m’a marquée.

De nos jours,  les premiers de la classe montent des entreprises, des usines, des start-up, et les derniers de la classe, se syndiquent au PCF, à la CGT puis ensuite, exercent des pressions syndicales sur les salariés, dans un bras de fer  qui forcera, à terme, ces chefs d’entreprises à délocaliser et à fermer leur entreprise. Cette situation conflictuelle qui puise ses frustrations depuis la Primaire, permettra d’entretenir le mythe du chômage, du malaise social, de l’exploitation des ouvriers par le capital, et de l’utilité d’un contre pouvoir salarial  qui, (s’il se justifie quelquefois, car des patrons voyous ça existent), la plupart du temps ça crée du buzz dans les média et ça menace rudement l’entreprise. Avec 4.000 euros/ mois, on est un riche pour M. Mélenchon. Lui, se garde bien de dire qu’il dépasse ces revenus là.

Le président sortant N. Sarkozy n’échappe pas à cette règle. Il est dans la position du chef de l’entreprise France.  Les média, les sondeurs, les 9 autres candidats au poste suprême sont à l’image des syndicats ou de l’opposition qui vont exercer, contre lui, un tir de barrage médiatique sans précédent pour le déstabiliser psychologiquement et le conduire vers la sortie de l’Élysée afin de délocaliser ce président.

Caricatures méprisantes. Manif Mélenchon- Nation-Bastille- 18 mars 2012.

Fort heureusement, le roseau se courbe mais ne rompt pas. Personne n’a réussi à sortir le président sortant, et sa résistance est telle qu’elle mérite toute notre considération.

Car, si Nicolas Sarkozy, ne s’était pas senti capable de faire mieux que le triumvirat, de réussir le défit, qu’il s’est fixé après 5 ans d’entraînement et d’expériences au niveau international, alors il aurait jeté l’éponge, déjà au 1er round.  N. Sarkozy n’est pas un homme de parti, c’est un gaulliste rassembleur de Français.  

Je  pense qu’il a commencé un boulot et, pour l’amour des Français – conjugué avec sa conscience du travail bien fait – il veut absolument achever son chantier, ses réformes, respecter les Français, les sortir du carcan européen des accords de Schengen. Mettre en place ce qu’il juge bon pour la France, dans les décennies à venir.

Après les Français le jugeront! Mais de grâce laissons le finir le boulot commencé. C’est le président qu’il nous faut. Lui et lui seul a pris la mesure de ce qu’il pourrait advenir à la France, si elle sortait en pleine crise de l’Europe et de l’euro, n’en déplaise à Marine Le Pen et à ses certitudes pédantes et aventureuses. Le temps lui donnera peut-être raison, mais dans l’urgence il faut assurer, sinon plus dure sera la chute de la France.

Non ! Mme Le Pen, vous ne pouvez pas mettre dans le même sac, la Gauche de Hollande et la Droite de Sarkozy. Désolé de contredire votre précipitation, ce n’est pas bonnet blanc et blanc bonnet, ni UMP. Vous avez  du côté gauche, un candidat qui veut faire de tous les riches des pauvres, de l’autre à droite, le candidat qui veut rendre riches tous les pauvres.  D’un côté: la protection des droits  et des biens des Français contre le risque communautariste, de l’autre la confiscation et la redistribution de ces droits aux étrangers. La différence est énoooorme ! Le sarkozyste que je suis ne vous suis pas dans cet enrobage.

Lui aussi a pris la mesure du danger de l’immigration massive, des régularisations et du droit de vote des étrangers sur le sol français. L’autre prétend que cette élection locale n’a pas d’incidence. Que nenni ! Les Maires sont bien les grands électeurs qui élisent les sénateurs au Sénat. Des sénateurs enturbannés, non merci !….

Adopter une position extrême sur le problème de l’immigration, risque d’enfermer le démocrate qui est en nous. Parce que l’analyse objective de ce grave problème a mis en exergue ou révélé le blocage voire les limites de notre système d’intégration, les mesures restrictives proposées par N. Sarkozy, vont toutes dans le bon sens.

Qui a le monopole du problème de l’immigration et de  l’arrêt de l’intégration des étrangers en France ?

Je reconnais, sans aucun conteste, que dans une conjoncture de crise sans précédent, des millions de voix  se sont portées vers un vote d’adhésion au programme du FN. Ce vote met en exergue ou révèle la peur de l’avenir en France, et  j’admets bien volontiers que ces voix reviennent de droit à Mme Le Pen. Mais parmi, ces voix réfugiées à droite de la droite, beaucoup sont aussi des voix de mécontentement, de protestations pour cause de désespérance en l’avenir. Ces voix sont fluctuantes et insécables des autres.  Peut-on les estimées NON! L’homme politique, candidat à la présidence, doit les entendre. Il les a entendus. Mais aucun candidat ne peut prétendre être le propriétaire de ses voix. Encore moins J.L Mélenchon, après visionnage de la photo ci-dessous qui refuse de voter pour Hollandréou au second tour ! En définitif, l’électorat français, aussi volatile qu’imprévisible peut d’une élection à l’autre basculer indifféremment, tel le balancier de l’horloge de nos campagnes et renverser la table.

Dans son projet, F. Hollande veut mettre en place, par le biais d’une circulaire, une attestation de contrôle d’identité des POLICIERS ! Oui vous avez bien lu …….des PO-LI-Ci-ERS !

Dans le système Hollande, c’est le délinquant qui demandera ses papiers au policier qui le contrôle. Si c’est ça que veulent les Français, alors nous sommes :

1- entrés de plain pieds dans l’altermondialisation du pays. Tout est inversé, y compris le pôle Nord et le Pôle Sud. Renversant n’est-ce pas !

2- entrés dans la gouvernance des damnés de la terre contre tout ceux qui possèdent quelque chose qui peut être préempté, confisqué, spolié, réquisitionné, ou imposé.

Or toute la droite française, par tradition, a toujours mieux protégé nos biens. Avec le candidat au changement maintenant, quel avenir radieux s’annoncera à tous les citoyens du Monde et aux biens des Français obtenus après une vie d’efforts, de souffrance, de privations et de surtout de travail ?…

Personne mieux que  Sarkozy ne sait ce qu’il adviendra de notre pays, de notre société, de nos enfants, si on ne peut pas rassembler toute la Droite unie de ce pays, avec un seul mot d’ordre :

Battre la gauche pour réaliser un devoir historique de Français !

Les détracteurs, les adversaires du président sortant sont en ordre de marche et aussi nombreux que des légions romaines. Pour se partager le pouvoir, tous les coups leur sont permis dans les lignes éditoriales et sous la pression des apparatchiks de partis. Les photos jointes  à l’article, attestent du niveau de l’ampleur de la vague de détestation populiste, sans précédent, contre le Président sortant.

Mais depuis son élection à la tête de l’État, l’antisarkozisme a été fabriqué de toutes pièces. C’est qu’il est tellement facile de décerveler des masses populaires, des foules incultes et politisées en lui désignant un bouc émissaire responsable de tous leurs maux.

En 1929, A. Hitler  fît de même,  avec le peuple allemand en crise politique.  Ce dernier  exsangue  des restrictions économiques inhérentes au  traité de Versailles, il avait réussi à faire des juifs le bouc émissaire idéal.  Canalisant alors la colère du peuple allemand,  il rendra tous les Juifs responsables de tous les maux : malheur, chômage, misère, pauvreté et faim – . En attisant la haine des juifs, il a conduit son peuple à commettre l’irréparable,  la Shoah !

M. Hollande, soyez cool, donnez vite le droit de vote aux étrangers, des papiers aux sans papiers, ainsi d’autres führers arriveront. D’autres islamo fascismes pourraient bien se révéler pires que le fascisme nazi qui a décimé toute l’Europe, il y a moins de 60 ans .

M. Hollande n’oubliez jamais que ceux qui vous auront élus viendront, à coup sûr, vous réclamer leur part du gâteau national.

 

 La colère inouïe de François Hollande en 2007, à l’Assemblée Nationale, contre N. Sarkozy

Souvenez-vous de la colère énoooooorme de François Hollande à l’assemblée nationale peu après son élection. Ce dernier  est devenu fou de rage contre Sarkozy parce que son ex femme Ségolène Royal, avait perdue les élections et qu’il avait passé une unique soirée au Fouquet’s avec ses amis tentant de lui remonter le moral, d’autant que son ex femme avait décidé de le quitter en pleine gloire après avoir refusée de voter pour lui. Si une telle puasse vous arrivait, sans vous changer, c’est que vous avez un Pentium II double corps à la place du cœur. Savez-vous que F. Hollande va déjeuner au  « Le Laurent » (8e). C’est la « cantine » très branchée de la gauche dont le plat à la carte culmine à plus de 130 €. C’est bigrement plus chic et trois fois plus cher qu’au Fouquet’s, lire l’article d’Alain Rubin, à ce sujet, mais ça personne n’en parle, silence radio !

Dicton. Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ! Au Fouquet’s, le prix d’un café est tout à fait raisonnable.

Croit-on que les médias (chaîne LCP)  qui enregistrent tout ce qui se passe à l’Assemblée nationale vont avoir l’honnêteté et l’objectivité de repasser, aux Français, entre les deux tours, le 2 mai prochain, les images de l’ire de F. Hollande, leur candidat fétiche. J’en doute. Pour un candidat qui ne veut montrer (dans le calme), que respect et tolérance sur les médias, si les Français ont pu retrouver la mémoire de cet évènement à l’Assemblée Nationale, ils pourront alors être juges du bluff, des faux semblants, et des apparences de la personne qu’ils vont élire en toute objectivité.

Oui, il est temps de stopper nette cette cabale contre notre président sortant. Il est urgent de réunir toute la droite, et pour reprendre un adjectif cher au général De Gaulle, de mettre fin à la chienlit  qui s’annonce !

Il est impératif pour cela, que Marine Le Pen, cesse de saliver sur les ruines fumantes, espérées et attendues de (feu) l’UMP. Son dessein de reconstruire sa Droite nationale sur la non réélection de Nicolas Sarkozy est vouée d’avance à l’échec. Et, les Français , qui ne sont  pas dupes, ne lui pardonneront jamais d’avoir guillotinée la Ve République pour instaurer le retour de la royauté par une résistance républicaine « bidonnée » contre la Gauche plurielle, qu’elle aura favorisée à ces élections, par  d’éventuelles consignes de vote, au détriment de Nicolas Sarkozy. Il n’y a plus de merci à rendre à F. Mitterrand !

 Comment peut-on tout perdre en voulant trop gagner ?

Le vote blanc ou abstention annoncée pour le 1er mai par J.M Le Pen, qui confond le National Socialisme à Nuremberg avec le meeting de N S à la Concorde attise la discorde entre le Front National et le Candidat sortant, président élu de la République française en 2007. Élévation d’une nouvelle digue ?

La situation est on ne peut plus alambiquée. A bord du sous-marin du FN, les 6,5 millions d’électeurs de Marine Le Pen, détiennent dans leur manche, le pouvoir de torpiller l’UMP et de couler ce parti une bonne fois pour toutes, et ce, compte tenu de ses arguments de campagne anti-sarkoziste.

Or de toutes les époques, à droite comme à gauche, il y a toujours eu des alliances en politique pour former une majorité. Le parti de l’UMP, (stoïque) préfèrera donc perdre ces élections plutôt de négocier avec l’idéologie du parti FN. Cependant, tous les français électeurs, n’appartiennent pas forcément à un parti, mais savent qu’ils ne peuvent vendre leur âme aux altermondialistes, aux diables rouges ?…. d’où le Danger !

La Droite française n’a pas d’autre option, que celle de rester unie sur le pont, sur cet avis de tempête.

Alors comment accepter cette logique indigne ?

D’un côté F. Hollande reçoit la bénédiction des Français pour diriger le pays avec l’extrême gauche la plus révolutionnaire et la plus radicale ( FdG) que l’on ait jamais vu en France depuis 1936, et avec le parti d’EEVL d’Éva Joly, avec le NPA, le PCF, les Anarchistes….

De l’autre la Droite – UMP devra perdre ces élections parce qu’elle ne doit pas moralement remercier les électeurs du Front national, ou les électeurs qui se sont ralliés au FN, d’avoir sauvé leur pays. Quelle logique détestable !

En démocrate convaincu, ces deux poids, deux mesures me sidèrent et m’indignent.

Alors que tous les citoyens de base, attendent qu’un grand rassemblement patriote, de tous les français sous la bannière Bleu Blanc Rouge fasse sortir définitivement la gauche de ce pays comme l’ont fait déjà de nombreux pays européens.

Rassemblement UMP à la Concorde dimanche 15 mai 2012.

Mélenchon veut sortir Sarkozy, sortons-le au plus vite aux législatives!  Débarrassons -nous de cette Gauche radicale qui nous englue et nous prive de nos libertés en faisant de nous les otages de leur idéologie d’un autre âge. Une idéologie fondée sur l’instrumentalisation des pauvres et des soi-disant ouvriers, mais cette gauche caviar s’empiffre au  » Le Laurent »  dans le 8e arr. avec des plats à 130 euros,  ça suffit !

Y’en a marre d’entendre l’internationale, de voir des poings levés et des drapeaux rouges dans ce pays. On n’est plus en URSS !

Nos politiques portent l’entière responsabilité d’unir ou non les Français. Or, si certaines « alliances » sont ressenties par certains comme honteuses, ou infréquentables, elles n’en sont pas moins françaises et donc indispensables à la survie économique et à l’équilibre des libertés de ce pays.

Elles ne doivent, en aucun cas, êtres à sens unique : honteuses à droite et consensuelles à gauche !…

Attention, les temps ont bien changés. Les fascistes Verts Rouges Bruns, ont déserté l’Allemagne nazie pour rejoindre, à Gauche toute, le camp des altermondialistes, des tiers-mondistes, du palestinisme obsessionnel, des djihadistes et des islamistes du monde entier.

Ce rassemblement, comme disait très justement Virginie Joly sur les colonnes de Riposte Laïque, est la dernière chance de la France, après il faudra procéder aux droits d’inventaires du patrimoine, et crier sauve-qui-peut :

La gauche est revenue avec TOUS les pouvoirs sans exception !…

Courage Fuyons ! La faute à qui ? Devinez !

Patrick Granville

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.