Bayrou compare Foutriquet à Henri IV, chef d’un parti centriste

macron-bayrou-se-sont-dit-oui.jpg

Macron a si peur des autres candidats et des Français qu’il ne se rend plus qu’en terrain conquis. Après la mémorable rencontre de Poissy et la conférence dite de presse, devant trois cents propagandistes complaisants, il s’en est allé chez François, son complice en vilénies,  à Pau.

Ne sachant plus qu’inventer pour louer l’égotique de l’Élysée, Bayrou l’a comparé à Henri IV… Le maire de Pau, ville de naissance d’Henri de Bourbon, voit dans cette « figure de la réconciliation » un patronage propice à une candidature de rassemblement de la Nation d’un Président sortant qui a toujours misé sur le dépassement des clivages de son temps : « Henri IV a patiemment travaillé à la réconciliation, avec son parti, qui était le parti du centre de l’époque. Nous sommes fiers d’en être les héritiers en faisant que progressent ensemble les gens des deux bords.»
 
C’est oublier qu’après avoir été victime d’une vingtaine de tentatives d’assassinat, il périt la gorge tranchée par le célèbre Ravaillac, le 16 mai 1610.
 
L’Express titrait « À Pau, Macron veut prouver qu’il sait se mettre en danger »… Faisant précéder son débat au parc Beaumont d’une déambulation dans la ville, France Bleu avait avisé les Palois : « Le parc Beaumont sera fermé dès 8 h 30 et ce jusqu’à la fin de l’événement. Deux rues adjacentes sont aussi concernées : la circulation sera interdite sur les allées Alfred de Musset et Gérard de Nerval aux mêmes horaires. Seules les personnes accréditées pourront accéder au site du Palais Beaumont.De 8 h à 12 h, le stationnement des véhicules sera interdit place Royale en face de la mairie et rue Saint-Louis, le long de la mairie. Jusqu’à 22 h, la circulation sera interdite : boulevard Barbanègre, rue Carrérot, dans sa partie comprise entre le boulevard Barbanègre et l’allée Alfred de Musset, allée Alfred de Musset, allée Paul Valéry, allée Émile Bournac, allée Gérard de Nerval et boulevard des Pyrénées, dans sa partie comprise entre l’allée Émile Bournac et le square George V. »  En bref, le téméraire courageux avait fait boucler un vaste secteur pour ne pas ramasser quolibets et baffes.
 
Et c’est devant un parterre trié par deux journaux locaux, La République des Pyrénées et Sud Ouest, que Foutriquet daigna répondre à douze questions, évidemment ni préparées ni connues de lui.
 « Ce « face aux lecteurs » est marqué d’impartialité, il n y a eu aucun échange avec les lecteurs, ils vont s’exprimer en toute liberté. » avait préalablement précisé Bayrou
 
Assumant tout, Macron joue la carte de la confrontation directe avec « les Français » et rien qu’avec les Français : « Vous avez choisi à très juste titre de ne pas faire de cette campagne une campagne comme les autres. Vous avez choisi un dialogue avec vos concitoyens, quelles que soient leurs préférences et leurs opinions. […] Les slogans, les ovations, les drapeaux, c’est très bien pour l’enthousiasme, mais ce n’est pas clair pour le citoyen. »
 
Foutriquet s’est fait servir la soupe par Bayrou et quelques interlocuteurs pour développer certains point de son « programme », blablabla, blablabla, blablabla, etc.
 
Et dans la salle, cinq cents macronistes payés ou convaincus pour applaudir le héros de pacotille, séclipsant rapidement sur injonction du Bayrou : « Dois-je vous rappeler que vous avez un coup de fil important à 16 h, Monsieur le Président ? ». Aussitôt,  le candidat Macron a revêtu son costume de Z comme Zelensky pour parler de la situation en Ukraine : « Il nous faut tout faire pour stopper cette guerre », a-t-il déclaré en évoquant le « drame humanitaire » en cours, évitant toutefois de préciser qu’avec Merkel, il en était le co-auteur.
« J’ai trouvé que c’était une séquence formidable », s’est félicité François Bayrou à la fin de l’échange. Il parle vrai, tant en matière de pitreries, tous deux s’améliorent chaque jour !
Daphné Rigobert
image_pdfimage_print

4 Commentaires

  1. Comparaison n’est pas raison et heureusement! lire ou entendre que zelinsky c’est Charles à Londres mais aussi à Churchill, ou encore Foutriquet à Henri IV? Franchement, il faut pouvoir dire de telles imbécilités!

    Notez que ce n’est pas étonnant de la part de bayrou, il serait d’après ses dires le sosie de Richard Gere! Quel k.n ce type qui n’a jamais rien fait de valable dans sa vie si ce n’est profiter du système.

  2. Comparer « Macron la pédale » avec Henri IV « le vert galant », Audiard avait raison : « Un con ça ose tout ».

Les commentaires sont fermés.