1

Bayrou-Macron c’est le mariage des bras cassés

Le croisement entre une vieille carne et un jeune poulain ne donnera jamais un cheval de course !

L’éternel loser qui se complaît dans le rôle de faiseur de roi, faute de pouvoir s’emparer du trône lui-même, nous a joué une belle pièce de théâtre.

Depuis 2007, Bayrou, c’est la revanche d’un aigri, la revanche du vaincu.

En 2007, il hésitait à donner sa voix à Ségolène Royal et votait blanc.

En 2012, il trahissait sa famille politique en votant carrément Hollande.

En 2017, furieux de voir son ami Juppé évincé comme un malpropre, il balance encore une torpille contre son propre camp.

Trahir ses amis est devenu une habitude chez Bayrou. Il a toujours prétendu n’être ni de gauche ni de droite, mais il vote toujours plus à gauche !

En 2022, il s’alliera à Mélenchon, c’est pratiquement certain !

Bayrou nous a donc servi un grand moment théâtral, après avoir fait durer le suspense pendant des semaines, comme une star hollywoodienne capricieuse, qui aimerait voir le monde entier à ses pieds.

Mais le spectacle était grotesque.

Dramatisant à souhait la situation du pays, il se pose en sauveur de la patrie en danger, en ultime recours contre l’effondrement généralisé.

Mais notre Bayard sans peur et sans reproche, ne vole pas au secours de la patrie pour combattre la fracture identitaire, la dramatique islamisation de la société ou la menace terroriste, il ne vient pas combattre le chômage ou l’endettement catastrophique qui nous conduit à la faillite.

Non, si la France n’a jamais été autant en danger, si elle est au bord du gouffre, c’est uniquement parce que Marine est aux portes du pouvoir.

“Le pire des risques, c’est l’extrême droite”.

Celui qui a voté Hollande, et qui est donc coresponsable du désastre actuel, coresponsable de l’exaspération des électeurs, ose se présenter en Zorro, seul capable de combattre celle qui n’a jamais gouverné et n’est donc aucunement responsable des maux du pays !

Bayrou a voté pour Hollande, le fossoyeur de la nation, mais refuse que le peuple vote pour la seule candidate capable de le sauver du naufrage.

Encore un beau modèle de démocrate !!

En jouant les professeurs de morale pour justifier sa décision, Bayrou ne fait qu’affirmer son hypocrisie et sa faiblesse, puisqu’il ne représente que 6% de l’électorat et n’a ni soutiens ni argent pour faire campagne.

C’est donc un mariage arrangé de dernière minute, entre un loser qui a encore besoin d’exister et un jeune loup inexpérimenté et toujours sans programme, qui aligne boulette sur boulette et ne cesse de retourner sa veste sur tous les sujets, 35 heures, ISF, mariage pour tous, colonisation etc.

J’ajoute qu’en moins de trois semaines, Bayrou a ravalé toutes ses critiques envers Macron, qu’il jugeait “soumis aux puissances de l’argent”. Dans l’art de retourner sa veste, lui aussi est un virtuose.

Mais cette démarche théâtrale est-elle un gage de victoire pour Macron ?

Rien n’est joué.

Quelle sera l’attitude des juppéistes, quelle sera l’attitude des vallsistes, qui ont perdu leur champions respectifs ?

Car si 78% des électeurs de Marine sont déterminés à voter pour elle, ils ne sont que 41% chez Macron à être certains de maintenir leur vote. Macron s’appuie sur l’électorat le plus volatil qui soit. Il ne convainc pas.

De plus, en cas de 2ème tour Marine-Macron, je vois mal les sarkozystes et les fillonistes voter pour Macron après la trahison de Bayrou.

Soit ils iront à la pêche, soit ils voteront Marine en représailles.

Tout comme je vois mal les électeurs de Hamon ou Mélenchon, voter pour un Macron qui s’est franchement recentré.

Cette alliance, tous comptes faits, pourrait bien être tout bénéfice pour Marine.

En attendant, emplois fictifs ou pas, elle monte toujours.

Au dernier sondage BVA de ce matin, Marine gagne 2,5 points en 15 jours, passant à 27,5% des intentions de vote.

Macron est à 21% et Fillon à 19%.

Au second tour elle ferait 45% contre Fillon et 39% contre Macron.

Soit deux fois plus que son père en 2002, qui avait fait 20% contre Chirac !!

Ce sondage est antérieur à la déclaration de Bayrou.

Jacques Guillemain