Bédier joue l'Arabie saoudite pour garder Mantes-la-Jolie à l'UMP

Pierre Bédier, ancien ministre, ancien maire de Mantes-la-Jolie, président du conseil général des Yvelines, fait partie de ces hommes politiques, élevés dans le sérail de Chirac, qui a dû prendre au pied de la lettre les paroles présidentielles prononcées au soir de sa victoire de 2002 : « Il n’y a plus de raison de s’emmerder ! ». Malheureusement pour lui, quelques juges pointilleux ont décidé de lui chercher des poux dans la tête, et, manifestement, ils n’ont pas eu trop de mal à en trouver. Mis en examen, il a dû démissionner de son poste de secrétaire d’Etat aux programmes immobiliers de la Justice (sic !). Le 12 décembre 2006, il sera condamné à 18 mois de prison avec sursis, trois ans de privation de droits civiques, six ans d’inéligibilité, et 50.000 euros d’amendes dans une affaire de corruption de marchés publics, où d’autres élus UMP, comme le député-maire de Poissy, Jacques Masdeu-Arus, furent impliqués. Le charme de la justice faisant qu’un appel est suspensif, il peut donc continuer son parcours politique, revient un temps à la mairie de Mantes-la-Jolie, avant de prendre la présidence du conseil général des Yvelines. Le système Bédier, à Mantes, est fort simple. Pour lui, Mantes est une mosaïque de communautés, qu’il faut chacune carresser dans le sens du poil, en les arrosant abondamment pour récupérer leurs voix. « Pierre » est le chef du village, qui fait donc profiter chaque groupe, sur des bases ethniques, de sa générosité. Dans cette stratégie, il n’oublie pas, bien sûr, les religieux, et, à Mantes, les imams. Bien qu’une grande mosquée existe, il n’hésite pas, au lendemain d’une victoire électorale, à concrétiser une promesse électorale. Il accorde une deuxième mosquée aux musulmans, au détriment d’un centre social (1). A notre connaissance, Pierre Bédier n’accompagnait pas Nicolas Sarkozy en Arabie saoudite, quand notre président a été raconter aux princes saoudiens qu’ils représentaient la modernité. Mais entre Mantes-la-Jolie et l’Arabie saoudite, c’est une longue histoire. En 2002, le responsable de la mosquée de Mantes, Ali Berka, accueillait Abdallah Turki, secrétaire général de la Ligue islamique mondiale, accompagne du responsable français de cette sympathique institution financée par l’Arabie saoudite. Les bureaux français de la Ligue islamique mondiale sont installés à la mosquée de Mantes. Pierre Bédier, alors membre du gouvernement, se gardera bien de se faire voir en telle compagnie, se contentant de déléguer un de ses fidèles pour représenter la ville. Manifestement, six années plus tard, la même prudence est toujours de mise. Mais une indiscrétion nous apprend que des représentants du cabinet de Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur chargée des cultes, ont assisté, le 30 janvier dernier, à un déjeuner à la mosquée de Mantes-La-Jolie, en compagnie du recteur du lieu de culte, Ali Berka, et de l’ancien maire de la Ville, Pierre Bédier. Il se dit que le président du conseil général des Yvelines, prudent, désirait obtenir l’aval de la ministre pour un projet de création d’une fondation pour l’islam à Mantes-la-Jolie. Dominique de Villepin avait cru trouver une bonne idée, en 2005, en prenant quelques arrangements avec les principes laïques. Son idée était de créer une fondation pour les oeuvres de l’islam de France. Le but : que l’Etat filtre les dons venus de l’étranger, et les répartisse en fonction des pratiques religieuses jugées compatibles avec les principes républicains. Mais cela ne marche pas, l’argent ne rentre pas, les saoudiens n’ont pas envie de payer pour les Marocains, qui ne veulent pas financer les Algériens, etc. D’où l’idée de créer des fondations décentralisées, comme à Mantes, où chaque pays étranger pourrait mettre au pot, en sachant qu’il finance les siens. Seul petit problème, une telle fondation ne pourrait voir le jour sans le feu vert du Conseil d’Etat. Mais un bon petit coup de toilettage, et cela devrait s’arranger. En attendant, pour Pierre Bédier, candidat aux cantonales, et pour l’UMP aux municipales, voilà une visite qui tombe à pic pour récupérer les voix musulmanes. Pour contre-attaquer, il ne reste plus à la gauche, qui a fait des choix communautaristes en privilégiant les islamogauchistes plutôt que les républicains (3) qu’a faire revenir Tariq Ramadan d’urgence sur le Mantois. Stéphane Bernard, candidat Vert-PS aux cantonales, devant lequel les socialistes locaux se sont honteusement retirés, doit avoir son numéro de portable, il l’a déjà fait venir trois fois ! Bref, aux prochaines cantonales, les électeurs du mantois, au deuxième tour, risquent d’avoir le choix entre un candidat UMP condamné pour corruption, qui joue l’Arabie saoudite, et un libraire écolo-gaucho-communautariste, dont nous avons rappelé le palmarès (3), fasciné par le représentant des Frères Musulmans ! Aux municipales, mise à part une liste PC, menée par Marc Jammet, les habitants de Mantes-la-Jolie seront confrontés, avec d’autres candidats, au même dilemne !
Lucette Jeanpierre
– (1) http://www.ufal29.infini.fr/spip.php?article369
– (2) [http://www.courrierdemantes.com/news/archivestory.php/aid/8783/Le_patron_de_Ligue_islamique_mondiale_en_visite_à_Mantes.html->http://www.courrierdemantes.com/news/archivestory.php/aid/8783/Le_patron_de_Ligue_islamique_mondiale_en_visite_à_Mantes.html
– (3) http://www.ripostelaique.com/La-gauche-mantoise-prefere-les.html

image_pdf
0
0