Belgique : Caroline Fourest chahutée par la véritable extrême-droite !

Publié le 8 février 2012 - par - 6 536 vues
Share

Le dernier livre de Caroline Fourest et Fiammetta Venner sur Marine Le Pen a bénéficié d’une promotion médiatique surprenante, par rapport à la qualité fort médiocre de l’ouvrage.

Depuis sa sortie, bien peu d’émissions sur la présidente du FN n’échappent à l’omni-présente Caroline Fourest. Celle-ci, dans une période où manifestement le système fait tout pour éliminer Marine Le Pen de la course aux présidentielles, et par tous les moyens, est visiblement en service commandé, comme l’avait formulé Riposte Laïque au lendemain d’un débat télévisé où, en compagnie de Joffrin, elle avait, de manière grotesque, agressé verbalement la présidente du Front national.

Donc, la militante-journaliste anti-Marine était invitée à l’Université Libre de Belgique, (ULB) à débattre de l’extrême droite. Et l’extrême droite l’a empêchée de débattre ! Mais quelle extrême droite ? Des skins ? Des Identitaires ? Des néo-nazis ? Des militants du Front national ? Riposte Laïque ? Ceux que qualifient comme tels, tout au long de ses articles, Madame Fourest ? Que nenni, cette fois, elle a eu affaire à la véritable extrême droite, celle dont elle parle si peu, les islamistes !

http://www.youtube.com/watch?v=bMSM2aCDQpU&feature=player_embedded

Il a suffi de quarante fascistes, fort bien organisés, menés par un assistant de l’Université, Souhail Chichah, pour casser la soirée, et empêcher le débat. Les saluts nazis étaient au rendez-vous. Le désarroi de la salle, où il y a pourtant plusieurs centaines de personnes, est fort révélateur de l’impuissance des paisibles démocrates face à la violence minoritaire. Ils ont la majorité en nombre, mais ils subissent la détermination d’un petit groupe fort bien organisé. Les animateurs du débat, responsables d’une université qui avait pourtant invité Tariq Ramadan, cherchent, de manière pathétique, presque suppliante, à raisonner des fascistes qui ne sont pas venus causer, mais empêcher de parler. Ils vont même jusqu’à leur donner le micro, et à leur demander poliment de respecter la démocratie ! En vain, bien évidemment.

Nous ne nous réjouissons pas, malgré le peu de sympathie que nous avons pour Caroline Fourest, d’un tel événement. Quand des fascistes cassent un débat démocratique, c’est la liberté qui recule, c’est le totalitarisme qui avance.

Mais quelle leçon de choses pour cette prétendue spécialiste de l’extrême droite. Aura-t-elle eu une pensée, en voyant ce spectacle inquiétant, pour les petits nervis gauchistes, ses amis, et les prétendus anti-racistes, qui, avec les mêmes méthodes, ont envahi la faculté de la Sorbonne, pour empêcher Marine Le Pen de s’exprimer ? A notre connaissance, cette violation des libertés démocratiques n’avait pas ému Caro…  De même que celle-ci n’a pas un mot pour la multiplication des actes de violences contre les meetings de la candidate du Front national, comme on vient de le constater encore à l’Ile de la Réunion, ou contre ceux qui ont marqué, à Toulouse, par les mêmes petits gaucho-fachos, un rassemblement de Résistance républicaine.

Nous n’avons pas oublié que Caroline Fourest manifestait avec les nervis d’extrême gauche et les pseudo anti-racistes, le 18 décembre 2010, contre les Assises internationales sur l’islamisation de nos pays. Elle y avait qualifié les organisateurs de racistes, expliquant, de manière grotesque, que si on était laïque, on luttait contre l’intégrisme, et pas contre l’islamisation. La présence d’Houria Bouteldja dans le cortège ne lui posait aucun problème. Les menaces de Forsane Alizza, qui manifestait également, contre les propriétaires de la salle non plus. Les demandes d’interdiction de l’initiative par le stalino-mélenchonien Alexis Corbière et le dhimmi Bertrand Delanoë pas davantage. Elle avait confirmé, à cette occasion, son absence totale de culture démocratique, comme le soulignait notre lecteur André Bonnetain.

Que dire de ce député de gauche, Serge Letchimy, qui se permet, au Parlement de comparer Guéant à Hitler, rien de moins. Ce pro-palestinien ne peut mieux banaliser le nazisme qu’il prétend combattre.

Cette gauche devient totalitaire et folle, mais sa folie est criminelle. Elle cherche à museler toute expression patriote, toute affirmation d’amour de la France, l’amalgamant à des propos d’extrême droite. Pendant ce temps là, au-delà du cas Fourest, 500 islamistes crient « Allah akbar » devant la préfecture de Clermont-Ferrand, cent petites soldates de l’islam crient « Allah akbar » devant le Sénat, et menacent Hollande de ne pas voter pour lui, lui rappelant qu’ils sont 10 millions. A Lyon, le siège du Parti socialiste se voit, lui aussi, l’objet d’une manifestation, et à Marseille, il est carrément envahi. L’objectif : faire pression contre le Parti socialise, dont les sénateurs ont voté une loi contre le voile des nounous. Silence radio à gauche, voire pire, Benoit Hamon désavoue ses sénateurs !

Pendant ce temps, Pierre Cassen et Pascal Hilout sont poursuivis devant les tribunaux, et menacés de 3 et 2 mois de prison avec sursis, et de 158.588 euros d’amendes et dommages et intérêts, pour deux articles voulant alerter l’opinion sur la réalité de l’islamisation de la France. Entre autre, leur crime ? Avoir dit, parodiant Mélenchon, « Ce sera eux ou nous », mais dans le « eux », ils parlaient des islamistes. Dans les allées du tribunal, des islamistes menaçants traitent de « porc » le responsable de notre service d’ordre, de « salopes » quelques amies de Riposte Laïque, et font, comme en Belgique, le salut nazi. Silence médiatique assourdissant, c’est Pierre et Pascal qui subissent les foudres des avocats antiracistes et de madame le procureur de la République !

Pendant ce temps, Mélenchon continue de dire : « Cela sera eux ou nous », mais il parle, dans le « eux » des militants du Front national, contre qui il appelle « au grand nettoyage ». Pendant ce temps, le même Mélenchon raconte toujours qu’il n’y a en France aucun problème avec l’islam, ni avec l’immigration, et réclame la régularisation de tous les clandestins, y compris des islamistes.

Pendant ce temps, Caroline Fourest continue à faire ses tournées et à occuper les plateaux de télévision, en expliquant que c’est la méchante Marine Le Pen qui menace nos valeurs démocratiques.

Aveuglement, ou complicité criminelle ?

Paul Le Poulpe

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.