Belgique : Chiites contre Sunnites = 1 mort dans une mosquée

A Anderlecht, l’une des communes composant Bruxelles, une mosquée chiite a été attaquée et incendiée par un cocktail Molotov lancé par un sunnite salafiste au cours d’un office. L’imam de cette mosquée – Marocain, ce n’est pas indifférent, nous le verrons plus loin –  a trouvé la mort dans cet attentat.

Importation des conflits

Ce sont des faits très graves qui attestent une fois de plus l’importation en Europe de conflits qui lui sont totalement étrangers. Hier, à Bruxelles, c’était les Congolais pro Kabila qui s’affrontaient avec ceux partisans de Tshisekedi – non sans «dommages collatéraux» pour les commerçants du quartier congolais de Matonge –  ou encore Turcs contre Arméniens, sans parler de la récurrente saga Palestiniens contre Israéliens. C’est maintenant la rivalité – et c’est un euphémisme – entre Sunnites et Chiites qui s’invite en Belgique. Cette opposition religieuse pose des problèmes internes graves dans certains pays du Golfe (notamment Bahreïn et Arabie) ; elle se double d’une rivalité géopolitique entre l’Arabie Saoudite (soutenue par les États-Unis) et l’Iran, qui, s’il parvient à avoir l’arme nucléaire, sera tenté de ne pas l’utiliser seulement contre Israël…

Problème interne marocain…

En ce qui concerne plus précisément le Maroc, il s’agit d’un problème très sensible, au point que ce pays, en février dernier, a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran, auquel il est reproché d’intervenir trop activement dans les affaires intérieures marocaines. Le texte officialisant cette rupture parle de tentative de l’Iran de menacer l’unicité du culte musulman au Maroc. L’Iran est de tradition chiite. Or ce courant qui s’implante peu à peu au Maroc est perçu comme une menace, puisqu’il concurrence le rite sunnite, pratiqué depuis toujours par le royaume chérifien, et ce d’autant que le roi est «Commandeur des croyants» et que son autorité se trouve dès lors menacée. Le roi a nulle envie d’être pris en tenaille entre l’islamisme sunnite et l’islamisme chiite.

…Mais problème international et grave menace pour la paix

Il ne faudrait pas sous-estimer la volonté expansionniste du pays de Khamenei et d’Ahmadinedjad qui encercle Israël avec le Hamas et surtout le Hezbollah, qui a une base en Erythrée et qui s’active au Yémen et qui, on le voit ici, tente de s’implanter sous couvert de religion jusqu’à l’extrême ouest du monde musulman.

On ne peut s’empêcher de faire la comparaison avec un autre « petit » pays, alors encore en voie de développement, mais qui, par nationalisme exacerbé, n’a pas hésité à se lancer à la conquête de l’Asie : le Japon des années 1930-1940.

Christian MAROT

image_pdf
0
0