Belgique : de la négation du génocide arménien à la colonisation islamique

Publié le 2 juin 2015 - par
Traduire la page en :

deputeevoileebelgeEn Belgique, diverses manifestations officielles sont organisées pour commémorer le génocide arménien.

Au Parlement, une séance solennelle a lieu. Un député-maire, Emir Kir, bel exemple d’intégration assumée (ni Paul, ni Emile), tantôt belge, tantôt turc, n’y assiste pas. Il est simplement morigéné par son parti (socialiste) qui se prostitue littéralement devant l’électorat musulman. Le piquant de la situation : au même moment, une députée (centre démocrate humaniste, un peu au centre, fort à gauche), Mahinur Ozdémir (ni Angèle, ni Germaine), mêmes bi-nationalités, se refuse à reconnaitre ce génocide. Elle jouit d’une publicité sulfureuse, étant la première représentante, en Europe, à se présenter toujours voilée. Comme elle a ratifié les statuts du parti qui condamne le génocide arménien, illico elle en est radiée. Sordides frictions entre le CDH drapé dans sa vertu démocratique et le Parti socialiste, empêtré dans sa camisole, perdre ses votes communautaires ou désavouer son député. Ne se satisfaisant pas de la chasse aux voix communautaires en Belgique, nos deux belgottomans font outre Bosphore une publicité aussi tapageuse que racoleuse. Ce qui leur vaut la reconnaissance d’Erdogan, Premier Turc, venu, encore en intrus, inspecter cette future province du califat islamique européen. Avertissement plus que prémonitoire !

Relevons en passant combien ce statut de bi-nationalité est infâme : Belge, on respecte les droits de l’homme, Turc, on se soumet à la sharia. Belgo-Turc, un non-sens total : 90% des Turcs sont opposés à l’homosexualité, 65% partisans de la polygamie !

Cette irruption comme les manifestations de soutien à Emir et Mahinur ont entrainé des réactions très vives, Dans l’ensemble elles condamnent sévèrement les attitudes des deux politiciens, et plus particulièrement l’intervention dans des affaires propres à la Belgique du premier turc Erdogan qui se manifesterait trop prématurément.

Elles sont compréhensibles, naturelles, viscérales. Et combien insuffisantes face aux preuves de plus en plus patentes d’une véritable colonisation de l’Europe par l’islam. Une analyse fouillée, au scalpel, quasi philosophique, s’impose. Les nains Ozdemir et Kir n’apparaissent dès lors plus que comme le brin de laine dépassant et permettant de détricoter le tout, la colonisation à nu !
La Belgique – elle n’est pas la seule ! – voit sa troisième génération d’immigrations, avec en sus deux générations nées sur place, après les premières vagues musulmanes.
Dès lors, on peut « sauter sur sa chaise en criant immigration…immigration…immigration…cela ne sert à rien » : il s’agit désormais de colonisation.

1° Mahinur Ozdemir, l’ex-députée CDH, fait partie de cette troisième génération : étendard de la non-intégration, cependant universitaire, intégrisme et liens forts avec la « mère-patrie » la Turquie, épouse d’un politicien islamo-conservateur. Emir Kir, statut identique, avec un niveau d’études moins poussé, mais « boosté » par un cacique du P.S. il devient maire d’une importante commune bruxelloise.
Il est aussi secrétaire d’Etat. Ces deux cas sont « exemplatifs » comme disent les juristes de personnalités parvenues à un niveau social honorable…mais viscéralement imprégnées par leur origine.

2) Des Ozdemir et des Kir sont hissés dans toutes les structures nationales voire transnationales. Ils grimpent peu à peu tous les échelons y compris dans les secteurs vitaux de la sécurité, de l’armée, de la justice, du renseignement. Les yeux tournés vers leurs origines ;
Nul élément dormant ?

3) Au sein des autorités se trouvent une majorité d’islamo-collabos, les uns, tels ce fameux ex-maire d’Anderlecht, commune bruxelloise à forte immigration, qu’il entendait transformer en un « laboratoire social ». Cet apprenti-sorcier a transformé sa commune en une pétaudière à l’insécurité notoire. Les autres sont lâchement soucieux d’une carrière giboyeuse. Tous garrotent les médias.

4) Dans le faits, à l’échelle nationale comme européenne les autorités ont trahi et continuent de trahir les populations. Actuellement, l’Afrique et l’Asie sont dépeuplées et des hordes de malheureux « déplacés » viennent s’abattre sur l’Europe. Par pur hasard…. il s’agit de peuples musulmans. Et l’équivoque Président Juncker de les répartir – nolens, volens –selon ses propres critères. Trahison !

De l’analyse et de la parole à l’action

Le temps ainsi qu’au minimum la passivité, voire la collaboration des autorités font le jeu de la colonisation islamique. Au cours de l’Histoire – et l’Europe se trouve à un tournant historique – on décèle des temps où le Droit (biaisé) cédait devant la Force. Un des plus récents – non des moindres – est l’exemple du général rebelle de Gaulle résistant au Droit (biaisé) du maréchal Pétain, exemple lumineux de la Force amendant le Droit, cedant togae populis. Les temps ne seraient-ils pas mûrs pour que les citoyens Européens, enfin conscients des servitudes où les mènent leurs « dirigeants », prenant enfin leur destin à pleines mains, rétablissent une démocratie incertaine et anémiée par de sordides jeux politiciens.

Tel que ce chantage actuel et subalterne, mené par le Premier ministre britannique Cameron, à la tête de l’Etat européen le plus islamisé, vue d’une Europe Nouvelle, vague ensemble livré encore davantage à la colonisation par l’islam.

Marc Halestrel

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi