1

Belgique : ils sont prêts à nous envoyer les flics chez nous à Noël !

Il suffit d’un minuscule petit virus, même venu de loin, pour faire intervenir les forces de l’ordre. Elles si discrètes lorsqu’il s’agit de défendre la population contre les lanceurs de pavés et autres racailles.

Alors que Jamil et Tahmid peuvent à leur aise, sans la moindre contrainte, sans même la peur du gnouf, égorger les passants, organiser des tournantes et saccager les vitrines des commerçants, la maréchaussée reprend du poil de la bête et intervient en force.

Les autorités mettent en garde pour les fêtes de fin d’année.

(Remarquez ici aussi, l‘absence du mot qui fait mal : Noël ! on appelle cela Fêtes de fin d’année, plaisirs d’hivers, période hivernale, saison fraîche, festival des lumières, quelques jours avant la Saint Sylvestre, entre les deux réveillons, le tout pour ne pas heurter la sensibilité de Billal l’égorgeur et de ses copains chourineurs)

« Si nécessaire, la police sonnera aux portes »

Une étude de l’Université d’Anvers  explique qu’une grande part de la population belge pense qu’il est peu probable qu’elle respecte la limitation des contacts rapprochés pour les fêtes susmentionnées. (Relisez la phrase deux ou trois fois avant de la comprendre. Je traduis pour les plus stupides : pour les belges, c’est NON sans toute leur bulle)

Sur les 26.000 répondants, 86% pensent qu’ils fêteront (Saint) Nicolas avec leur bulle et tout au plus un contact rapproché, soit dans le respect des règles sanitaires actuelles. Traduction : 86% sont OK !

Pour le réveillon du Nouvel An, cette proportion tombe à 75% et pour le « substitut du ramadan pour mécréants », elle chute à 68%.

Ce dimanche, la nouvelle ministre de l’intérieur a fait savoir que la police sera extrêmement attentive au respect des règles sanitaires, même en ces journées festives. « Si nécessaire, la police sonnera aux portes. L‘entrée dans les maisons en elle-même n’est pas une priorité. La loi ne le permet d’ailleurs pas non plus ». OUF, Annelies, tu me rassures, sais-tu ! (Les Flamands tutoient tout le monde, c’est leur côté affectueux) !

Et les voisins, ils ont le droit de balancer toutes les bulles qui transgressent la loi, commettent de graves délits (pas de masque), mettent leurs concitoyens en danger de mort (bisou dans le cou), donnent un exemple lamentable aux plus jeunes (en se serrant la main), ne se protègent pas et surtout, ne protègent pas les autres ?

OUI ! La délation est souhaitée. Le montant des récompenses est en discussion.

#BALANCETABULLE#

On remarquera que la ministre veut nous faire comprendre que la police se soucie de notre protection, merci, tu me rassures, madame la ministre, justement, j’aurais bien aimé que la police se manifeste hier soir, lorsque le voisin d’en face a menacé la pâtissière du numéro 13 avec une débrousailleuse, sais-tu ? Elle était où, la flicaille ? J’ai pourtant appelé ! Et la semaine dernière, quand le mineur-tellement-isolé-qu’il-trafique-toujours-en-groupe a tenté d’arracher le portemonnaie de la petite dame en noir ? Ils étaient où, Blake & Mortimer ?

D’après Annelies, le gouvernement souhaite avant tout « un peu plus de proximité humaine pour le 24 et le 25«  bien que la priorité reste l‘encombrement des hôpitaux. « Nous sommes maintenant à cinq semaines des fêtes Si nous nous en tenons tous aux mesures, nous pourrons peut-être offrir une perspective. » (Et moi qui avais espéré un nouveau portable…)

Tu penses à qui, là, Madame Verlinden, quand tu dis « nous tous » ? Tous vraiment tous ? Ceux qui crèchent chaussée de Mons, dans le quartier Maritime, la zone nord ? Eux aussi ? Il faut qu’ils « prennent soin d’eux et des autres » ? Dans quelle langue vas-tu le leur expliquer ?

Anne Schubert