1

Belgique : Jean-François, 19 ans, poignardé et égorgé par Ahmed…

En Belgique, on aime le saxophone, le surréalisme, les bandes dessinées, les canaux de Bruges… les moules et les frites ! Mais on n’aime pas, vraiment pas, quand des gens venus de l’étranger profitent des privilèges que nous payons de notre poche, et se mettent à  blesser  ceux-là même qui les protègent, surtout lorsque c’est « au niveau du cou ».

Hier, à Mons, ville du Doudou…

Le Doudou, c’est le nom populaire d’une semaine de grande liesse collective qui débute le week-end de la Trinité. La Ducasse rituelle en constitue l’apogée.

Elles sont véridiques, parfois drôles, croustillantes, émouvantes, parfois moins drôles, visuelles, anecdotiques, inoubliables, marquantes, lointaines, proches… les petites histoires qui ont marqué la vie du Doudou. Celles qui font aussi qu’une édition n’est jamais l’autre…

Celle que je vais vous raconter, elle, est dramatique : Jean-François Willems, montois de 19 ans, poignardé et égorgé à mort par un Nord-africain

Il a perdu la vie, la nuit de lundi à mardi 23h et 00h30, devant la gare de Mons. La police a confirmé cette information. Il n’avait pas encore 20 ans et a été poignardé de plusieurs coups de couteau, touché au cou et au thorax.

Le jeune homme prend un verre en terrasse… Un gars au teint basané, nerveux et visiblement éméché, sème le trouble et est prié de quitter les lieux. Il ne prend pas bien la chose, c’est alors que Jean-François tente de venir en aide à la serveuse. Ahmed S. demande ensuite à la victime de lui payer un verre car il est passablement à sec, ce que le jeune homme refuse. Ils continuent ensuite leur discussion sur le coin de la place, près des travaux, en allant vers la gare. Le tortionnaire se rapproche du jeune homme. Une bagarre éclate et les coups de couteau pleuvent… il lui tranche la gorge.

En sang, Jean-François est ensuite revenu en courant vers le café Léopold en se tenant la gorge. Le patron explique qu’il connaît le serveur, qu’il est donc revenu. Arrivé à l’entrée, il s’est écroulé par terre.

Extrait du manuel du parfait égorgeur : à la personne qui doit égorger le mouton, l’imam rappelle qu’une fois dirigée vers la Kaaba, il ne faut pas dire « bisimilahi rahmani rahiim », mais plutôt « bismilahi Alahou Akbar Alahouma Haaza miin kâ wa Ileyka ». Il faut, « d’abord couper les carotides puis la gorge. Ainsi vous aurez égorgé le mouton conformément à la loi islamique ».

Petit Ahmed a bien appris ses leçons…

Scène d’horreur. On ne connait que trop…

(Rappelez-moi que j’explique à mes garçons qu’il ne faut j a m a i s tenter d’aider une femme menacée…)

A Mons, le procureur du Roi a indiqué que l’auteur avait été identifié et interpellé. Il s’agit d’un Nord-africain d’une trentaine d’années qui vit (sans en foutre une dalle, aux frais de ceux qui l’ont accueilli, logé, nourri) en Belgique depuis un an environ.

Les secours sont arrivés sur place rapidement. Le jeune homme a été pris en charge mais est décédé vers 4h30. Le parquet de Mons a été saisi. Une enquête ouverte. Son bourreau a été présenté devant un juge d’instruction ce mardi matin. Il a été placé sous mandat d’arrêt et écroué. « L’autopsie de la victime sera réalisée en fin de journée pour déterminer le nombre de coups portés et ceux qui étaient mortels », ajoute le parquet. « L’auteur et la victime ne se connaissent pas, il ne s’agit pas d’un règlement de compte. »

Résumons : lorsqu’Ahmed est arrivé en Belgique, cela nous a coûté un ‘pognon de dingue’. Il y est resté, pareil. Il fait la peau à un jeune homme qui ne lui a rien fait sauf supporter sa présence (c’est déjà énorme..). Ça coûte et nous, on le sent passer. La police le poursuit, l’arrête : tout cela aux frais du citoyen belge. Mais c’est à présent que le pognon ne sera plus dingue mais démentiel….. Déjà entendu dire ce que va nous coûter une journée d’Ahmed en prison ? Tu nous coûtes trop cher, Ahmed. Rationnellement, voler une voiture et te foncer dessus, cela devrait nous valoir une prime. Une bonne prime. Logique…

Je lis dans un canard local :

Ahmed S., le tueur présumé, était un homme sans histoire.

Rien ne pouvait laisser présager ce meurtre : voici qui est Ahmed, le meurtrier présumé.

Ses proches dressent son portrait… bien loin du profil d’un meurtrier…

Demain ce sera :

« Plus jamais cela »…

« Le meurtrier sera sévèrement puni »

« Toutes nos pensées à la famille et aux proches de la victime »

Et ensuite : bougies, peluches, embrassades, discours sirupeux….

Vous savez quoi ? Ça me crispe… et pas qu’un peu.

Anne Schubert