Belgique : l’échec de l’intégration, dossier tabou ?

Publié le 28 janvier 2015 - par
Traduire la page en :

A 73 ans, Jean Claude Dubié, dit Defossé, ex-journaliste pensionné de la Télévision Belge, député écolo à la retraite, souffrant comme de l’urticaire de l’anonymat prolongé, s’acoquine à la chaine concurrente, en l’occurrence Télé Luxembourg, pour une série d’émissions intitulée « Dossiers tabous ». Il y a deux exemplaires de Dubié, des jumeaux. L’autre, prénommé Joseph,

Après une brève carrière dans la marine, il devient journaliste, à la TV belge, comme son frère, puis, lui aussi entre en politique, député et sénateur écolo. Une définition sans malice s’appliquerait à la paire : les agités du bocal. Ils n’ont eu de cesse de secouer le consensus paisible, de faire vibrer les sujets sensibles, bref d’apparaitre sans cesse comme des agitateurs de pensées, assez brouillons de surcroit. Ainsi, pensionné d’écolo, Joseph, – Josy pour la masse – vire de cap, à gauche toute, et s’incruste dans un nouveau petit parti, et Jean-Claude soigne son prurit existentiel dans une nouvelle émission, sensible bien évidemment : le dossier de l’intégration.

Celle-ci, comme attendu, engendre des réactions diverses et contrastées. Vieux matou madré, notre journaliste sur le retour conclut : l’intégration, un échec ? Tout est dans le point d’interrogation. C’est que toute l’émission est structurée sur le rythme de la fameuse procession d’Echternach au Grand-Duché de Luxembourg : on avance de trois pas, puis on recule de deux. Le téléspectateur ainsi a l’impression d’une parfaite objectivité, l’un favorable à l’intégration perçoit les trois pas en avant, l’autre, opposé, le recul des deux pas ! Le rusé journaliste renforce l’impression d’objectivité en donnant un avis clair et net sur des points non équivoques. Ainsi, il s’oppose au service militaire imposé au jeune turc, né en Belgique et bénéficiant de la double nationalité.

Dossier tabou, l’intégration ? Bien évidemment non : toutes les études, et elles sont variées, arrivent grosso modo à la même conclusion : pour trois-quarts des belges elle est un échec. Et un  échec patent. Au point même que des personnalités politiques de premier rang ont exprimé la même opinion. Dès lors, la présentation de ce « dossier » comme « tabou » et avec un point d’interrogation n’est qu’une vaste farce. Notre journaliste ex-député reste fidèle à ses convictions ecolo. Il distingue avec force « les » musulmans » et « des » musulmans. Il affirme que l’immigration est un bienfait, alors qu’il convient de nuancer entre immigrations réussies jusqu’à l’assimilation et l’immigration dont l’idéologie totalitaire et intolérante mène à une intégration à l’échec total et, les événements récents le prouvent, exigeant dorénavant des investissements massifs et non productifs, pour simplement assurer la sécurité. Alors que la situation économique exige des fonds de relance.

Bien entendu, le thème de la victimisation quoique bien camouflé, n’est pas absent. Sont évoqués les ghettos communautaires, les difficultés d’éducation, les énormes efforts à consentir pour une éducation efficace.

Conclusion : dossier tabou ? Trompettes de Jéricho pour un pet de lapin. Un truisme : l’intégration est un  échec.

Ce qui est vraiment tabou et qui reste dans le vague le plus absolu, dans le silence abyssal, et qui bien évidemment est vivement esquivé par notre « observateur » : dossier tabou : quel est le remède ?

Marc Halestrel

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi