Belkacem impose l’arabe à nos enfants, Chevènement l’islam à la France

belkacemminuteva

Comme nous l’avions prévu, dans notre précédent article, le plateau de la Balance a penché en faveur de ceux qui affichent leur religiosité avec ostentation.

Le Conseil d’Etat a invalidé l’arrêté municipal interdisant la djellaba de baignade musulman, dans la commune de Villeneuve-Loubet.

Quatre autres référés liberté concernant l’interdiction du port de la djellaba de baignade ont été déposés à l’encontre des villes de Nice, Menton, Roquebrune-Cap-Martin et Fréjus par l’avocat niçois du CCIF, Sefen Guez Guez (deux fois, s’il vous plait !).

L’audience qui aura lieu au tribunal administratif de Toulon, ce mardi à 14h30, concerne uniquement la ville FN de Fréjus. Gageons que le verdict ira dans le sens du Conseil d’Etat afin d’alléger le travail épuisant des fonctionnaires de Justice submergés par les plaintes innombrables de nos « frères » musulmans.

La République laïque et démocratique de France, n’est plus ce qu’elle était.

Si vous le voulez bien, nous allons faire un petit détour pour vous présenter les trois énarques fonctionnaires qui ont statué sur « l’affaire du burkini ». Ce mot étant une insulte à notre légendaire et si mignon bikini, nous l’appellerons donc, définitivement, djellaba de baignade.

Compte tenu de leur passé respectif, Jacques Henri Stahl, Thierry Tuot et Bernard Stirn, étaient-ils qualifiés pour traiter cette affaire (d’Etat) ? C’est une question majeure à laquelle nous nous devons de répondre pour démontrer la parodie de jugement que nous a offert l’Etat socialiste de Hollande.

Si rien ne paraît inconvenant chez Stahl, il n’en va pas de même pour les deux autres énarques qui se sont singularisés, précédemment, dans d’autres affaires… d’Etat.

Affaire retentissante pour Stirn (frère d’Olivier Stirn, ancien ministre, un coup à gauche, un coup à droite !).
Retentissante parce que très médiatisée, Stirn ayant annulé l’ordonnance de référé du Tribunal administratif de Nantes, ordonnance qui annulait l’interdiction du spectacle de Dieudonné. Et qui a fait jurisprudence. Ce spectacle ayant été interdit dans les autres villes où il devait se produire.

Dans l’affaire Dieudonné, il était bien question de Liberté.

Dans celle qui nous intéresse, il est aussi question de Liberté.
Mais, la liberté d’expression et la liberté ostentatoire d’exposer en public, sa religion, n’ont pas les mêmes valeurs pour M. Stirn.

Il interdit à un antisémite d’offenser les Juifs – et c’est très bien ! Mais il autorise les musulmans à offenser les Français. Ha ! Deux poids, deux mesures.

Quant au dernier du trio, Thierry Tuot, c’est le pompon !

M. Tuot est un spécialiste de l’immigration dont les ouvrages et les rapports font état « des bienfaits de l’immigration et des mélanges de populations ». Tout un programme !

Anciennement « patron » du Fonds d’action sociale pour les travailleurs immigrés (Rien que ça !), Tuot est prié, par J.M. Ayrault, premier ministre, de pondre un rapport sur la politique d’intégration. Les seuls qui n’arrivent pas à s’intégrer, en France, étant les immigrés musulmans, nous comprenons que ce rapport les concernait essentiellement.

Cet adepte des mélanges de populations remet un rapport « explosif » dont, je cite Malika Sorel : « le danger de la principale proposition du rapport, [serait] de transférer l’exercice exclusif de cette politique d’intégration aux associations, le rôle de l’Etat se bornant à subventionner celles-ci. Cette proposition ayant pour résultat une possible prise de contrôle de l’argent public par des groupes de pression communautaires ».

Hou la la ! Ayrault en a pris plein la gueule à l’Assemblée mais reconnaissons que, nous, nous l’avons échappé belle ! Vous imaginez le CCIF, SOS Racisme et autre MRAP ayant la charge exclusive de l’intégration des musulmans en France ? Au secours !

Et donc, ce sont ces gens-là qui ont eu à charge de décider ce qui est bon ou pas dans une commune bien française dont le maire, élu par les habitants, gère le bien-être, la sécurité et est désigné, selon la loi française, premier magistrat de la ville. Nous ne sommes pas encore dans une dictature mais ça va venir !

Avec ces gens-là, vous pensez bien que les associations de musulmans ne vont pas se priver de faire des référés, des plaintes, des appels, quand ils ont l’assurance que tout leur sera accordé par des dhimmis qui leur sont acquis d’avance.

Mais est-ce que ces mecs-là, nous parlons de ceux qui décident pour nous, ont pris toute la mesure de « l’affaire » de la djellaba de baignade des femmes musulmanes ?

Il semblerait que, pour eux, Liberté, Egalité, Fraternité, ne soient plus que des mots vides de sens, en tout cas, choisis au hasard et indépendamment les uns des autres. Ils font le tri.

Nous, Vrais Français de France Non musulmans, qui aimons notre Pays, respectons ses Lois, son Armée,
Nous qui perdons, chaque jour un peu plus, la fierté de notre bannière qui nous distinguait de ces « pièces rapportées » au pays,
A nous, Français non musulmans, que reste-t-il ?

La Liberté nous a définitivement été retirée pour l’accorder aux musulmans qui réclament « leur » liberté d’agir, de prier, de vivre à leur guise et de nous maudire.
L’Egalité qui en découlait a, forcément, disparu avec la première. Nous en payions le prix fort depuis quelques années déjà mais depuis l’avènement des socialistes, la surenchère n’a d’égal que leur extrémisme.
Quant à la Fraternité, excusez-nous d’être aussi directs mais, nous n’avons jamais été aussi frères-ennemis qu’aujourd’hui.

Comment pourrions-nous être « frères », d’ailleurs, devant autant d’inégalité et de déloyauté ?

Que les Français non musulmans soient défavorisés, vilipendés, insultés, provoqués à longueur de temps est devenu un rituel, pire, une coutume. Et que, finalement, ils soient condamnés, rejetés par cette caste censée les représenter, les défendre, contre l’adversité (les arabo-musulmans, en l’occurrence) devraient les encourager à aimer, à être fiers de leur pays ?

Il faut arrêter de nous prendre pour des cons.

Tous ces fonctionnaires, juges, députés, ministres, président et autres représentants de l’Etat qui se battent à longueur d’année aux côtés des associations musulmanes, n’ont qu’un but : nous imposer cette religion mortifère, cet arabisme islamique, comme faisant partie intrinsèque de la France. Nous n’en voulons pas. Nous n’en voulons plus.

La France n’a aucune racine musulmane. L’islam ne fait pas partie de la France.

Si les musulmans sont venus s’installer chez nous c’est parce que cela leur convenait. Cela ne leur donne pas le droit de changer nos vies, notre législation, notre religion.
Parce que leur loi est l’islam. Et seulement l’islam. S’ils ne veulent pas se conformer à la loi Française, personne ne les empêche d’aller voir ailleurs si l’herbe des prés est plus verte.

Et ce n’est pas avec les prises de positions aussi radicales, dans tout le sens du terme, de ces gens qui les aident et qui disposent de nous comme de pantins que nous nous acheminons vers une trêve quelconque.

Quand la Belkacem impose l’enseignement de l’arabe à nos tout petits, dès leur première année d’école, que croyez-vous qu’elle vise ?

L’arabe, deviendra une langue officielle du pays France ! Pas moins.

Quand l’espèce de mammouth, Chevènement, ouvre les portes d’une toute nouvelle Fondation du culte musulman, parce qu’il s’agit bien de culte et non de culture, quand il ose parler de l’islam DE France et non de l’islam EN France, que croyez-vous qu’il fait ?

Il impose l’islam comme religion DE France !

Quand toutes ces couilles molles qui nous dirigent se disent indignées parce que les Français non-musulmans rejettent le voile, le tchador ou la djellaba de baignade, que croyez-vous qu’ils projettent ?

La Femme Française, islamisée ou pas, demain, se baladant dans l’espace public, revêtue de l’uniforme à l’iranienne ou séoudite, pour ne pas « stigmatiser » les autres femmes musulmanes.

Voilà ce que veulent obtenir les arabo-musulmans qui habitent chez nous. Et comme ceux qui nous « représentent », d’un bord à l’autre, ne veulent pas entrer en conflit avec les musulmans, ils accommodent les lois selon l’envie des demandeurs.

Mais… car il y a un Mais.

Il est, néanmoins, une condition inattaquable et inébranlable qui fait notre société civile française, c’est l’égalité Homme-Femme.

Or, quand ces femmes musulmanes se cachent derrière leurs habits hideux, elles le font parce que les hommes musulmans le leur imposent. Et leurs femmes doivent être recouvertes de la tête aux pieds sous peine de châtiment. Châtiment de Dieu ou de l’homme ? De l’homme.

Il faut en déduire que, la femme musulmane est brimée, soumise, prisonnière et esclave de l’homme, état qui est totalement incompatible avec nos lois françaises qui punissent ce crime.

Aujourd’hui, après tant de rabaissements de nos « élites », ces musulmans d’un autre âge, ne demandent-ils pas que la polygamie soit autorisée et légiférée comme l’a été « le mariage pour tous » sous Hollande ?

Non. Non. Non. Si nous ne mettons pas un frein aux exigences de ces gens rétrogrades, nous laisserons la France, devenir un pays musulman du tiers monde.
Pauvre et sale, c’est déjà ce qu’ils nous offrent dans certains quartiers !

Mais pire, encore, un pays en guerre. Parce qu’ils ne savent faire que la guerre. La guerre islamique.

Danièle Lopez

image_pdf
0
0

29 Commentaires

  1. Je ne peux pas croire que les parents des enfants du CP acceptent cette décision absurde qui va à contre courant, en effet il serait plus logique que tous ces enfants issus de l’immigration, apprennent à parler, lire et écrire correctement le Français ( Pays dans lequel ils vivent ) et non pas le contraire Madame Belkacem !!!!!!!

  2. ces musulmans veulent vivre en France en appliquant le droit musulman basé sur le coran et qui utilisent les lois de la république des  » mécréants , des infidèles et des croisés  » pour nous l’ imposer !!!!! ils ne manquent pas de toupet !!!!
    d’ ailleurs comment le droit musulman peut etre compatible avec le droit républicain ??
    moi je n’ en vois pas !!!!

  3. Cette garce se dit ..en1er musulmane mais elle porte des tenues que les prostituées du bois de boulogne lui envies ….en 2eme , arabe , c’est pour toucher l’argent du conseil d’état marocain …en 3 eme Française , c’est pour le pouvoir et l’argent des Français c’est dommage car elle des yeux à fair b—-r un ane …des lévres à faire frémir …des jambes à faire grimper les haricots
    Désolé Mme Lopez pour la vulgarité de mes propos mais c’est ce que je pense d’elle !

  4. Pourquoi proposer l’arabe ? Tout simplement pour islamiser la France plus rapidement’.

  5. quand ont ne peut pas convaincre les parents que l’islam et un bien fait pour l’humanité, ont essayent de convaincre leurs jeunes enfants,ont leurs lavent leurs jeunes cerveaux,pour les imbibés de cultures islamiques, c’est très faciles de faire croire à un enfants toute sortes de conneries et de mensonges.

  6. Excellent article comme tous ceux que je me délecte de lire jour après jour sur ce site. Enfin je me retrouve et me sens moins seul face à cette répression stalinienne digne des plus viles méthodes nord coréenne de propagande. Il devient difficile voir impossible d’avoir des informations de qualité. Notre pays s’islamise, meurt un peu plus jour après jour, et notre liberté de pensée se réduit à néant. Je reste très pessimiste quand je vois le nombre d’islamos-collabos dans notre chère patrie, protégés par le gouvernement corrompu jusqu’à l’os par les mannes financières du moyen orient. Mais vous lire me redonne un peu d’espoir si petit soit-il…

  7. Je cite cette phrase de Danièle Lopez : « Si les musulmans sont venus s’installer chez nous c’est parce que cela leur convenait. »

    Oui si l’on veut. En fait, cela leur permettait de vivre gratos en travaillant peu, comme au bled, des populations issues de sociétés primitives rurales et nomades avec de faibles revenus vivant autour d’un troupeau. La France est donc l’eldorado pour elles.

    • Mais c’est très exactement cela. D’ailleurs quand ils se regroupent dans les HLM, dans un même quartier ou dans un même village, c’est pour vivre comme là-bas, dans le douar. Avec le pognon des Français en prime !

  8. Il suffit d’être présent sur le territoire. Et depuis juillet 2016, on peut même y être de manière illégale « en toute légalité »… Ubu roi et Kafka se serrent les coudes ! On connaît les déficits de la Sécu et des allocations familiales et de logement. Nul besoin de chercher loin, quand une partie de la population cotise peu ou pas et reçoit une immense partie des allocations (maternité, regroupement familial, allocations de logement, RMI, RSA, etc.)… De plus, en terme de comptabilité nationale,

  9. l’investissement sur les immigrés est une hérésie, puisque qu’une partie de l’argent retourne aux pays d’origine via Western Union. Enfin, l’Etat Français (nos impôts) finance le terrorisme international et l’EI, sachant que la presque totalité des fichiers S radicalisés musulmans sont allocataires de ces services. Comment se tirer une balle dans le pied avec autant d’application ? La France socialiste le fait. Elle est fière de son régime social qui finance les pays étrangers les plus barbares, nos ennemis déclarés le plus officiellement du monde. On aura jamais vu un pays se suicider avec autant d’énergie. Heureusement, nous sommes là ! Première étape vitale : virer les socialistes.

  10. lisez sur eurocalifat et ecoutez la video au sujet de george soros MA DAME reçoit des dividende de SOROS par ces associations pour detruire nos tetes blondse diffusés diffuse

  11. Il faudra « sécher » les cours dArabe . A l’époque de l’Algérie française , l’Arabe n’était nullement imposé mais faisait partie du choix possible d’une deuxième langue . Choix rarement choisi !

    • Cher Orteman,

      L’arabe m’a été imposé en 1961 au collège à Oran.
      Ce n’était pas l’arabe littéraire mais l’arabe dialectal qui n’avait rien à voir avec le littéraire.
      Cette langue, effectivement, n’était pas obligatoire mais pouvait être choisie en seconde langue.
      Tous les parents d’élèves devraient refuser que leurs enfants soient présents à ces cours qui seront donnés par des « Séoudiens » seuls capables d’enseigner l’arabe littéraire.

      • Comment l’Arabe vous a-t-il été imposé ? J’étais au lycée Duveyrier de Blida et cette (sous)langue n’y a jamais été imposée . Mes deux langues optées étaient l’Anglais et l’Allemand (dans cette dernière j’étais nul !) .

        • C’est comme ça. J’ai étudié l’allemand en première langue puis l’anglais.

          Lorsque j’ai quitté (en fait, on m’a fait quitter) le collège de jeunes filles (qui est devenu Lycée), je me suis retrouvée, en classe de 4°, dans ce que l’on appelait à l’époque un cours complémentaire qui s’appelle aujourd’hui le C.E.S de nos enfants.
          Il y avait un cours obligatoire d’arabe dialectal en plus de l’anglais, l’allemand n’y était pas enseigné.
          On avait arabe, aussi souvent qu’anglais. Ce n’était pas une « option ». les élèves de 4° et 3° ont étudié l’arabe parlé en Algérie.
          Et comme par hasard, j’ai obtenu le 1er prix d’arabe en 4° et en 3°. Ca ne s’invente pas !

        • Orteman
          Le monde est petit …
          Moi aussi … j’étais au lycée Duveyrier de Blida ! Mais une année seulement en 59 ! Effectivement je n’ai jamais vu que l’on y enseignait l’arabe !
          (J’habitais cité des Bananiers, proche de la Base aérienne)

          • Est-ce indiscret de vous demander votre nom ? J’ai quitté le lycée Duveyrier en 1956 pour faire mon service militaire de deux ans à l’époque . J’habitais à la cité Gréco .

    • Tout à fait ! C’est un langage universel qui , en plus , ne connaît pas la prononciation archaïque , gutturale et vulgaire de l’Arabe , la langue la plus moche qui soit malgré une écriture superbe en « désaccord » avec sa prononciation .

    • En effet , cela éviterait d’entendre cette langue vulgaire , grossière , gutturale en complète dysharmonie avec sa superbe écriture qui se prête , en plus , à une riche et esthétique calligraphie .

  12. VIVEMENT QUE CES COCHONS DISPARAISSENT DE NOS VIES CAR LA FRANCE C’EST AUTRE CHOSE QUE CETTE MERDE QU’ON NOUS SERT TOUS LES JOURS.
    LES ARABES ME FONT GERBER

  13. À quoi sert l’arabe en France ? Pour qu’elle raison faut-il l’enseigner ? Sera-t-il un plus dans le cursus scolaire, ou un venin?
    Les agents des pays du golf passe à la vitesse supérieure.

    • Je pense que l’enseignement de l’arabe sert principalement à remonter les notes et la moyenne de la racaille qui fréquente nos écoles. Aux parents d’interdire à leurs enfants d’assister à ces cours et pas de devoirs d’arabe à la maison. D’ailleurs, ne dit-on pas quand un travail est mal fait : c’est du boulot d’arabe !?

  14. À quoi sert d’étudier l’arabe en France ? Pour qu’elle raison ? Il faut expulser cette pétasse en arabie saoudite pour qu’elle se fasse enculer par les pédophiles d’Arabie. Point barre.

    • Justement, j’y pensais, il faut aller dans les écoles primaires et nous adresser aux parents d’élèves. Former des comités par école, et refuser catégoriquement cet enseignement.

      • Autour de moi, les gens sont choqués et rejettent cette idée d’enseigner l’arabe à l’école.

Les commentaires sont fermés.