1

Benoît Solès, celui qui a torpillé Pécresse

Déjà à 12 % dans les sondages, la chute aura été rapide. Lors de sa récente prestation catastrophe, il était évident que derrière l’emphase et la gestuelle ahurissante de Valérie Pécresse se dissimulait un épouvantable metteur en scène.  Et tous de s’interroger… Le Monde nous apprend qu’elle a bénéficié des conseils du célèbre avocat Francis Spizner, reconverti en politique comme maire du XVIe arrondissement de Paris mais surtout de Benoît Solès.

 
« Benoît Solès est un soutien de Valérie Pécresse. Ils se sont connus en 2014 : elle était venue le trouver dans sa loge après avoir assisté à l’une de ses représentations au Théâtre 14. Un an plus tard, il se trouvait sur la liste aux élections au conseil régional d’Île-de-France, où il siège depuis. Sur la scène de La Scala, à Paris, le 3 juin 2021, il jouait aussi le Monsieur Loyal de la présidente de région lors de la présentation de son projet pour la culture. Et il défend, comme la candidate, la panthéonisation de Molière. »
 
En 2019, il reçut trois Molière : celui du meilleur auteur francophone, celui du meilleur comédien, celui du meilleur metteur en scène, ce qui explique que Valérie lui ait confié son show. L’on ignore s’il en a écrit tout ou partie ou s’ils s’étaient mis à plusieurs, ce qui expliquerait ce verbiage cacophonique… De plus, il était certain que son numéro Sarah Bernard du pauvre avait un inventeur.
 
Benoît Solès est peut-être un grand acteur mais c’est un déplorable metteur en scène et surtout, un dangereux professeur d’art dramatique.
 
Lors de son précédent meeting, Valérie Pécresse fut soporifique, atteignant le Zénith, elle rutila de ridicule.
Daphné Rigobert
Benoît Solès recevant le Molière du meilleur auteur francophone.
 
https://www.youtube.com/watch?v=UmLjCT-R7Po