Benzema doit tout à la France, et rien au pays de son coeur, l’Algérie

Publié le 29 juin 2014 - par - 3 169 vues
Share

BenzemaOn  peut  remarquer  (les images sont parlantes) que,  lors du protocole d’ouverture d’un match de la coupe du monde de football intéressant la France, le nommé Karim  Benzema garde un air constipé lors de l’exécution de « La Marseillaise »…

On peut le comprendre: il n’est nul besoin de chanter l’hymne national pour porter en soi l’amour du pays, ni de le brailler à tue tête pour se donner une quelconque motivation…

Mais il paraît, et les journaleux bien pensants et politiquement corrects de la presse sportive nous l’ont dit maintes fois, que ce même sieur n’aime pas ce pays qui l’a vu naître (et lui a donné une nationalité très lucrative puisqu’ à l’origine de sa fortune…) et que « son coeur » a traversé la Méditerranée pour aller « là bas »…

C’est explicable. Il faut un minimum d’intelligence  pour appréhender  son propre réel et un soupçon d’honnêteté intellectuelle pour reconnaître ce que l’on doit à qui vous a formé :  comme chacun, Benzema n’est pas tenu à l’impossible…

Et pourtant son « histoire » est limpide : le grand père a quitté la Kabylie en 1950 pour s’installer (et travailler, sans doute) dans la banlieue lyonnaise… Il y a prospéré puisque son descendant, né en Algérie, l’a rejoint avant de donner naissance au petit Karim en 1987… Il s’y est trouvé bien , sans doute, puisque, l’indépendance algérienne venue, il est resté sur place, et ses enfants aussi… et ses petits enfants également, qui, à l’instar de Karim, ont fréquenté régulièrement l’école publique, laïque et obligatoire …

Ce petit Karim pourvu, peut être, d’un certain talent  à « taper dans un ballon », au point d’attirer l’attention, dès l’âge de 12 ans, d’un responsable technique de l’Olympique Lyonnais, qui l’intègre dans l’équipe des « poussins » de ce club prestigieux et bien français !

Commence alors pour le jeune footballeur un cheminement qui va le conduire, sous la houlette des techniciens et éducateurs sportifs français du club, jusqu’à l’équipe professionnelle où l’entraîneur  « breton », Paul Le Guen, le fera débuter à 18 ans avant que le remplaçant de Le Guen, Gérard Houllier, le confirme comme titulaire… en même temps, le « petit » Karim  intégrera les différentes équipes des « – de 17 ans », « – de 19 ans », « Espoirs », de l’Equipe de France, sous la conduite de techniciens aussi compétents et renommés que Philippe Bergeroo puis René Girard… Avant de rejoindre les rangs de « la grande équipe de France », entraîné successivement par le Domenech, le Laurent Blanc, le Didier Deschamps …

On peut légitimement penser que tous ces « hommes de football » , autochtones symboles du football français, comme tout l’environnement (sportif, médical, technique, social…) de l’Olympique Lyonnais  et de l’équipe de France ne sont pas pour rien dans la réussite professionnelle du bonhomme, qui va trouver sa consécration, en 2009, en allant au Réal de Madrid, l’un des plus grands clubs européens, où l’encadrement de techniciens de très haut niveau, le portugais José Mourinho et l’italien Carlo Ancelotti, lui permettra de franchir un « palier décisif »…

C’st marrant, mais dans ce « cursus », je ne vois rien qui doive quoi que ce soit à l’Algérie….Et s’il n’avait pas eu la chance de « naître » à Lyon, le Karim, il serait en train de taper dans une balle en caoutchouc sur la plage d’Oran!

Mieux, je n’ai à ma disposition aucune velléité du sieur Benzéma demandant à aller jouer au Sporting club d’Oran ou à l’Etoile Verte d’Alger…Etonnant non?

D’autant que, s’il nous le dit, on veut bien le croire, son coeur est « là bas »…

Mais pas sa volonté d’intégrer l’équipe d’Algérie, qui, pourtant, vient de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du Monde, avec une majorité de joueurs pratiquant dans des clubs européens et sous la houlette d’un entraîneur bosniaque Vahid Halilhodjic, pur produit du football français comme joueur et comme entraîneur!

Pas sa volonté, mais son « portefeuille » non plus…

Serait-il aussi ingrat envers sa « terre de coeur » qu’avec la terre nourricière qui a accueilli ses ascendants, les a fait vivre, l’a fait naître, lui a donné la formation professionnelle adéquate, l’a lancé vers la gloire et la fortune sans jamais lui demander quoi que ce soit en retour ?

Cette ingratitude- le mot est faible -, c’est aussi l’ingratitude de tous ces prétendus supporteurs de l’Algérie qui, en France où ils sont nés et dont ils bénéficient des multiples largesses dans tous les domaines, fêtent chaque match de l’équipe de ce pays étranger comme autant de raisons de tout casser et de montrer qu’ils existent, l’état de congélation avancé de ce qui leur sert de cerveau n’étant pas propice à faire autre chose que crier et agresser…

C’est vrai qu’on peut se demander ce que font encore en France ces adultes, vivant le plus souvent de l’assistanat public et se plaignant toujours d’être méprisés, comme ces « djeunes » , ignorants de nature et oisifs de constitution, alors que le pays qu’ils regardent (et semblent regretter) pourrait se développer grâce à leur participation, leurs efforts, leur travail, riche qu’il est de potentialités de toutes sortes… Et ils y seraient reconnus car en plein dans le tissu religieux qu’ils veulent imposer ici et que le tissu historique français rejette fermement!

Ohé, les « supporteurs », nous sommes d’accord : vous n’êtes pas bien ici… le chômage est massif et endémique… Les lois sont celles de la démocratie laïque et non celles de l’islam… Le communautarisme n’est pas l’Histoire de la France… La langue pratiquée s’appelle « le français »… Les valeurs dominantes sont celles de la République et de l’égalité entre les individus…

N’avez-vous pas encore remarqué qu’il y a des bateaux qui partent chaque jour de Marseille vers Alger  et qu’il y a suffisamment de places pour vous tous ?

Quant au sieur Benzéma, avec tout l’argent gagné grâce à sa place de footballeur professionnel formé en France, il ne pourrait pas investir « là bas », y créer des emplois, et recevoir dans ces structures économiques tous ces gens de « son pays de coeur » qui « glandent » en France?

Mais peut être n’y a t il là qu’une posture hypocrite (pléonasme), au même titre que sa posture de « musulman » dont on peut se demander si elle est  authentique au point de lui faire dresser ses fesses en l’air et s’aplatir sur la carpette  avant de lutiner une quelconque Zahia ou de « s’éclater » en « boîte », avec de l’eau gazeuse sans doute!

Par delà les postures, les manipulations du langage, les déclarations convenues, les attitudes provocatrices – qui ne servent que de « papier cadeau » à l’usage des gogos footeux ou non- il y a la réalité du bonhomme : il sait où est son intérêt…et ses choix sont toujours ceux qui relèvent de la majorité des choix de ses « collègues » de quelque pays ou de quelque culture qu’ils soient: ce sont ceux qui mènent à la gloriole et à l’argent! Tout le reste n’est qu’habillage…

En ce sens, le nommé Karim Benzema est un pur produit « mondialiste » de la marchandisation du football dont la visée idéologique, sociétale, politique et économique est bien supérieure à tout ce qui relève du jeu lui-même.

Il n’est qu’à voir la Belkacem se trémoussant du popotin à l’INSEP lors d’une séance de promotion personnelle, sous le regard complaisant des media, à propos d’un match de l’équipe de France… ou d’entendre les prières intenses du scootériste de l’Elysée comme du violoneux de Matignon demandant des victoires pour l’équipe nationale, en espérant que cela fera oublier au bon peuple la mauvaiseté chronique et incurable de leur politique !

Bon match à venir, quand même… car le Peuple est de plus en plus lucide!

Empédoclatès

 

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.