1

Besançon : l’écolo Anne Vignot a décidé que Victor Hugo était un Noir !

Après avoir grimé le légendaire guerrier Achille ou la mère d’Elisabeth Ire – Anne Boleyn – en Noirs, via deux séries télévisées où, contre la tradition antique pour l’un et la vérité authentique pour l’autre, ces personnages étaient interprétés par des comédiens au teint très foncé – David Gyasi en Achille et Jodie Turner-Smith en Anne Boleyn –, voici qu’une statue de Victor Hugo vient d’être restaurée de manière très afro, voire affreuse, à Besançon, ville de naissance de l’écrivain-poète.

Le pire c’est que cette œuvre d’Ousmane Sow – artiste sénégalais et noir ! – ne ressemblait en rien à cela avant son idéologique restauration. En effet, l’artiste y avait respecté les traits de Victor Hugo aussi bien que Rodin jadis, avec sa liberté de création bien entendu. Petite différence chronologique, Rodin avait quant à lui pu rencontrer brièvement son modèle pour en tirer ensuite des portraits dessinés, bustes et projets de monuments, dont son Victor Hugo, buste héroïque, aujourd’hui conservé dans la Maison de Victor Hugo, place des Vosges à Paris.

Certes, Victor Hugo était un opposant farouche à l’esclavage et la servitude en général. Mais en même temps qu’il œuvrait pour l’abolition dudit esclavage, il pointait aussi, par exemple, la tyrannie ottomane contre le peuple grec, alors révolté. Chose qui doit souverainement déplaire aux wokistes islamo-compatibles étant donné que les Ottomans étaient musulmans. Souvenons-nous que son poème L’Enfant – dénonçant les massacres de l’île de Chios perpétrés par les Turcs en 1822 – débute par ce vers « odieusement islamophobe » : « Les turcs ont passé là. Tout est ruine et deuil. »

Ainsi, dans notre monde, « noirciser » Victor Hugo est une évidence, au mépris du réel, étant entendu que le réel n’existe pas pour les wokistes ! Victor Hugo dont on sait avec certitude que les parents n’étaient pas noirs, pas plus que ses ancêtres, contrairement à un autre géant littéraire du XIXe siècle, Alexandre Dumas père, qui avait au moins comme point commun avec Hugo d’être le fils d’un général.

Pauvre Totor, il ne pouvait se douter que l’appropriation fantasmatique des partisans de la négritude forcée le conduirait à devenir noir ! Ah oui, à l’attention des gauchistes incultes et de la caste magistrate, le concept de négritude n’est en aucun cas raciste. C’est un courant littéraire fondé entre autres par Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire, deux écrivains qui n’avaient pas vraiment le type caucasien !

Il faut savoir que cette minable restauration a fait bondir la famille d’Ousmane Sow, à commencer par sa veuve : « “Le visage original était de couleur chair. On dirait un Victor Hugo noir, ce qui n’a jamais été l’intention d’Ousmane”, s’est ainsi étonnée Béatrice Soulé, la veuve du sculpteur interrogée par L’Est républicain, en réagissant à la nouvelle apparence de la statue de Victor Hugo. Mentionnant ne pas avoir été contactée par la Ville de Besançon, au sujet de la restauration, Béatrice Soulé a également souligné qu’en dehors de sa carnation, le collier de barbe blanche de la statue “était bien plus subtil dans l’œuvre originale”. » Si même la veuve de l’artiste est dubitative c’est qu’il doit y avoir un loup, noir de préférence !

https://www.lefigaro.fr/culture/patrimoine/a-besancon-la-restauration-d-une-statue-de-victor-hugo-suscite-l-incomprehension-20221119

Corrigez-moi si je me trompe, mais c’est de l’appropriation ça… ? Comme celle de croire que Cléopâtre était elle aussi noire et de hurler à l’outrage lorsqu’on apprend qu’une actrice israélienne – Gal Gadot – va interpréter la fameuse reine d’Égypte dans une nouvelle version cinématographique de sa vie. Bientôt, on nous expliquera par A + B, en passant par W, que Blanche de Castille était africaine et que représenter Saint Louis en petit bonhomme blond est une insulte au peuple noir ! « La connerie à ce point-là, moi j’dis qu’ça devient gênant ! » (Michel Audiard).

https://www.tf1info.fr/culture/cinema-gal-gadot-dans-la-peau-de-cleopatre-le-choix-de-la-star-israelienne-deja-critique-2167098.html

Quoi qu’il en soit, l’auteur des Châtiments et Quatrevingt-treize – mes deux œuvres préférées de l’intéressé – aurait de quoi se prendre la tête dans les mains et, paraphrasant outre-tombe la bulle accompagnant un dessin de Mahomet croqué par Cabu, s’écrier : « C’est dur d’être aimé par des cons… »

Sinon, pour une prochaine adaptation wokiste de Blanche-Neige, je suggère Danielle Obono, ce serait beau !

J’allais oublier : l’actuelle maire de Besançon s’appelle Anne Vignot, écolo-verdâtre. Tout s’explique…

Charles Demassieux