Besançon : on le vire quand, le clandestin incendiaire de mairie ?

BesanconmairieincendieJ’en ai vu de toutes les couleurs dans les infos rubrique chiens écrasés mais alors celle-ci a failli m’étrangler. Allons, restez Zen, prenez une grande inspiration et gardez un verre d’eau fraîche à proximité. C’est bon ? On y va pour le grand frisson en période de canicule ? C’est parti:

Comme prévu et annoncé, Zephirin Bertrand Teyou n’a pas été jugé ce lundi après-midi lors de la procédure de comparution immédiate. Le président du tribunal correctionnel a jugé indispensable que soit pratiquée une expertise psychiatrique de l’incendiaire de l’hôtel de ville de Besançon. On le sait, ce dernier a mis le feu, à l’aide de bouteilles contenant de l’essence, dans la maison communale où ont lieu les séances du conseil municipal et les mariages jeudi vers midi (ER du 26 juin).
La procureur Parietti a pareillement demandé une telle expertise psychiatrique. « Il n’avait pas voulu s’y soumettre précédemment dans le cadre d’un suivi socio-judiciaire », a-t-elle précisé. Le défenseur, Me Caroline Espuche se substituant à Me Hakkar, s’est aussi jointe à cette demande avant de s’en rapporter au tribunal.
L’examen du dossier a donc été reporté. Le réfugié politique Camerounais qui bénéficie d’un titre de séjour de dix ans délivré en 2013 et donc valable jusqu’en 2023 sera jugé sur le fond le 25 septembre prochain. Son maintien en détention provisoire a été prononcé par le tribunal.
« J’ai préparé un courrier sur l’opportunité d’une telle décision que je transmets au tribunal de grande instance. Je fais une demande de liberté inconditionnelle. J’évoque les raisons juridiques. J’estime que le tribunal n’est pas compétent et demande la réunion d’un tribunal pénal international compétent en droit international vu mon statut de réfugié politique », a déclaré le prévenu à l’audience. Il demande par ailleurs « la garantie de sa sécurité ».
La procureur Parietti n’a pas manqué de répondre à pareille demande : « M. Teyou a commis une infraction de droit commun et le tribunal est parfaitement fondé à le juger pour destruction volontaire d’un bien ». Surtout, la magistrate a rapporté des propos du prévenu durant sa garde à vue et ses auditions au commissariat de police : « Il a redit qu’il était écrivain et a redemandé qu’on l’aide à monter une maison d’édition en France. Il a eu aussi cette formule face aux enquêteurs, tant que je n’aurai pas gain de cause pour la maison d’édition, dès la seconde même où je ressors, je commets un acte encore plus retentissant que celui de la mairie ».
Calme face au tribunal, le verbe un peu plus retenu que de coutume, Zephirin Bertrand Teyou n’a pas réagi à son maintien en détention. Il a tendu ses poignets aux gardiens de la maison d’arrêt l’escortant pour qu’ils lui passent les menottes.

© Michel Hasson

Tout va bien ? allez! Encore une gorgée pour avaler tout ça et se donner le temps d’une petite réflexion.
En résumé ce type n’est pas français mais hébergé en France à nos frais et … évidemment pas comme touriste mais comme réfugié politique. J’ai beau voir et revoir la situation politique du Cameroun je n’y trouve pas plus de dictateurs que chez nous autrement dit ça existe aussi et c’est le lot de chaque république bananière.
Continuons, notre brave réfugié politique se prétend écrivain, je le soupçonne plutôt d’avoir des compétences en pyrotechnie et la faculté d’en abuser à la première contrariété puisque je le cite: « à la seconde même où je ressors, je commets un acte encore plus retentissant … ».
Pour la justice ce p’tit gars est un malade mental présumé, il faut donc une expertise psychiatrique pour déterminer si oui, si non, peut être que ben que oui, peut être ben que non. Je fais passer le chapeau, à votre bon coeur M’sieur-dame, c’est vous qui payez.
Poursuivons l’animal ou l’homme (en attente de l’expertise psy qui déterminera son origine biologique) dans sa réflexion: Nous devons l’aider à monter sa société d’édition sinon pan-pan cul-cul. Je ne sais pas où il a appris à négocier mais ce n’est pas trop nos pratiques. Enfin examinons sa requête: Nos tribunaux ne sont pas compétents (Ce n’est pas forcément faux) et il ne lui faut pas moins rien qu’un tribunal pénal international compétent … Et puis il fait trop chaud et trop sec, tu voudras donc une piscine et un climatiseur et puis une voiture avec chauffeur.
Zéphirin, tu nous gonfles. Tu n’es pas content chez nous, retourne chez toi. Je suis persuadé que tu n’es pas un malade psychiatrique mais quelqu’un qui a compris que les malades c’étaient nous, malades d’accueillir la pseudo misère du monde, malades de repentance, fous à hurler « je suis un salaud de colonialiste ».
Cher Zéphirin, l’avenir des orques est dans l’océan pas au Marineland comme le tien est au Cameroun. Commence par faire un trou dans ton pays pour y trouver de l’eau, avec celle-ci tu arroseras tes plants qui donneront nourriture et bois de construction, dompte le phacochère pour en faire un cochon domestique et tu auras de la viande. Fais ce que mes très lointain ancêtres ont fait: Passe du statut de chasseur-cueilleur de subventions à celui d’homo-Habilis puis à celui de Sapiens-Sapiens.
Philippe Legrand
image_pdfimage_print