BFM TV: Ruth Elkrief toute réjouie parce que Bartolone est né à Tunis et est un élu du 93…

Deux heures passées devant BFM TV hier soir : voyage au pays du vide sidéral et de la manipulation des spectateurs.

Je n’ai pas la télévision et ne la redécouvre que de temps à autre, lorsque je suis chez des amis. C’était le cas hier soir. Nous attendions la formation du gouvernement Ayrault II et j’ai découvert l’information sur BFMTV. Cela m’a fait l’effet d’une claque et ma conclusion au bout d’une heure a été :  » Si c’est ça sur toutes les chaînes, on est foutus. Il n’y a plus qu’à construire des villages gaulois au fond des grottes ou vivre sur un bateau, nulle part ailleurs… ». Et pourtant je suis une incurable optimiste. Et pourtant j’ai une confiance absolue en l’homme. Et pourtant je sais que les Français ont été et seront donc encore, forcément, capables, de se révolter et de changer de logiciel. Mais… Mais devant ce qu’ils ingurgitent chaque jour comme si c’était le corps du Christ, j’ai peur.

Qu’on en juge.

L’information à BFM TV, c’est la même information en boucle, des données, des petites phrases des journalistes entrecoupées de débats insipides dont on cherche vainement et le sujet et l’intérêt.

Hier soir nous avons donc eu droit à cette phrase historique d’une Ruth Elkrief rayonnante pour saluer l’élection de Claude Bartolone comme candidat au perchoir des socialistes : « Moi je suis contente parce qu’il est né à Tunis et que c’est un élu de Seine Saint Denis, d’ailleurs moi aussi je suis née au Maroc ».

Peu importe, pour une Ruth Elkrief qui se prétend journaliste, quel élu est Bartolone,  peu importe s’il a à son actif des propositions de loi, des discours d’envergure ou l’amélioration de la vie de ses concitoyens… Elle s’en moque comme d’une guigne. Par contre, que le futur maître du perchoir ne soit pas né en France, ça, ça pose son homme. Ça, ça a de la gueule. Bartolone a une qualité extraordinaire, il n’est pas un de ces Français du terroir qui sentent le péquenot et/ou le facho pour la bobo gauchisante Ruth Elkrief. Le snobisme de la préférence étrangère pour cacher la haine de la France, il fallait oser. Et elle ose cette putasserie avec un sourire ravi, certaine de ne pas se faire taper sur les doigts ; mieux encore, certaine d’entraîner l’adhésion du spectateur qu’on a habitué peu à peu, à coups de petites phrases comme celles-ci, à cracher sur son pays et ses traditions pour mieux accepter, que dis-je, pour mieux encenser celles qui viennent d’ailleurs et ceux qui les transportent.

On ne peut plus s’étonner après cela de voir les milices staliniennes du Front de Gauche reprocher à la mairie de Bollène d’avoir édité un plan de ville avec un enfant blond aux yeux bleus…

Comme si cela ne suffisait pas, on est grand et admirable, aux yeux d’une Ruth Elkrief, quand  on est élu dans les banlieues du 9-3, celles où l’on ne se sent plus vraiment en France, parce que les Français d’origine y sont plus que minoritaires.

La préférence immigrée. La préférence étrangère. La haine de la France. La haine des Français. Voilà le résumé du cerveau d’une Ruth Elkrief dont on devine les nausées si Bartolone était né à Chambord et était élu de la Creuse…

Et c’est ce qu’écoutent chaque jour les Français qui ont l’heur et le malheur de s’asseoir devant BFM TV, croyant, les naïfs, que l’information c’est l’information et que c’est partout la même !

Remarquent-ils comment ça marche ?

On leur crache des faits bruts assortis de phrases assassines et on passe à autre chose, sans analyse, sans vérifications.

Exemple hier soir du triste sire Olivier Mazerolle, qui semble chargé (par qui ?), lui aussi, de tuer dans l’œuf les éventuelles sympathies de ce traître de Français pour le FN ou assimilé. Un ami m’avait déjà raconté la scène de dimanche soir où Mazerolle, interviewant Gilbert Collard, lui demandant s’il confirmait son intention d’être le « casse-couille » de l’Assemblée nationale en s’offusquant de la grossièreté du mot s’était vu expliquer par l’avocat que « couille » était un fort joli mot utilisé par Rabelais avant de développer un fort beau discours humaniste pour montrer que le FN n’avait plus rien à voir avec la réputation qu’on lui collait aux basques depuis des années. Quel résumé croyez-vous que Mazerolle en fit ? Il dit simplement que Collard était un grossier personnage qui ne parlait que de couilles…

On a eu droit hier soir à un autre numéro accablant de Mazerolle. On a appris que le Maire de Bollène était l’épouse du sulfureux Bompard, qualifié sans état d’âme par le petit père du peuple Mazerolle d’encore « plus extrême que le FN » et qu’elle avait commis ce crime impardonnable de refuser le Chant des Partisans le soir lors de la célébration souvenir du 18 juin.

Le téléspectateur lambda, à ce stade, aurait aimé avoir un certain nombre de précisions pour comprendre et se faire une idée, au lieu d’être obligé d’épouser la vision d’un Mazerolle. D’abord en quoi la Ligue du Sud et les  Bompard seraient-ils  si sataniques ?  C’est bien beau d’affirmer, encore faut-il prouver. Mais, surtout, qu’est-ce que c’est que cette histoire de Chant des Partisans ? Est-ce que, partout en France, on célèbre l’anniversaire du 18 juin avec le Chant des Partisans ? Et dans ce cas la singularité de Bollène aurait eu effectivement à être relevée. Est-ce qu’il s’agit d’une tradition locale qui fait que depuis des lustres à Bollène on chantait le Chant des Partisans et que, pour une raison ignorée, la maire ait décidé de changer les traditions ?  Est-ce qu’il s’agit du travestissement d’une autre vérité possible, à savoir que les militants du Front de Gauche auraient décidé de perturber la cérémonie où se jouait la Marseillaise en mettant à fond le Chant des Partisans, ce qui aurait obligé le Maire à faire appel à la police ? Il aurait suffi d’une enquête, de quelques interviews, pour que le spectateur ait tous les éléments pour comprendre et juger. Tel eût été le travail des journalistes, mais il eût fallu qu’il y eût effectivement des journalistes sur BFM TV hier soir, et non des satrapes payés grâce à la pub (donc par vous, amis lecteurs, donc par nous tous) pour faire pièce aux programmes ineptes de TF1. En effet, comme Le Lay l’avait cyniquement reconnu, le but des émissions de TF1 est de faire du vide dans le cerveau des téléspectateurs pour qu’ils soient réceptifs aux publicités de coca cola et deviennent donc des consommateurs obéissants.  Il fallait l’équivalent, en ce qui concerne le lavage de cerveau politique, du Le Lay de BFM TV, à savoir Alain Weill, également propriétaire de RMC  Il a trouvé, avec son système de télé d’information continue, le créneau pour faire du lavage de cerveau continu et apporter à ses maîtres internationalistes du PS et ou de l’UMP l’aide nécessaire pour continuer à diaboliser le FN malgré le changement de Président, malgré le changement des discours, malgré le changement de programme…

Mao, Staline et les Khmers rouges ne sont pas morts. Ils officient sur BFM TV pour la plus grande joie de ceux qui nous dirigent depuis 30 ans.

Et vous allez continuer à regarder cette chaîne et donc à lui permettre d’engranger des milliards grâce aux recettes de la pub pour multiplier les Ruth Elkrief et les Olivier Mazerolle sur ses plateaux ?

Christine Tasin

Résistance républicaine

image_pdf
0
0