1

BHL déteste le nationalisme… sauf quand il est musulman

La-ou-bhl-passe.Bernard-Henri Lévy était l’invité d’une chaîne israélienne le 15 décembre dernier.
Il était à Jérusalem par «solidarité » avec les Israéliens qui, chaque jour, sont les cibles des attaques des djihadistes  «palestiniens » qui utilisent des couteaux, des hachoirs  à viande, des armes à feu mais aussi des voitures béliers pour foncer sur des foules d’hommes, de femmes et d’enfants juifs.
Il n’empêche que BHL lors de cette interview a encore une fois diffamé l’État d’Israël en l’accusant – je résume – de « mener une guerre injuste contre tout le peuple palestinien ». Rappelons tout d’abord qu’un sondage datant du mois de décembre révèle que 66 % de ceux que l’on appelle les «Palestiniens » soutiennent la nouvelle vague d’attentats aux couteaux dirigée contre les Juifs (source: Palestinian Center for Policy and Survey Research).
Dès lors, je pense que c’est plutôt tout le peuple  «palestinien » qui mène une guerre contre les juifs d’Israël ! Je veux ajouter ici qu’à la différence de BHL, je soutiens avec force le fait que les « Palestiniens » ne représentent aucunement un peuple en soi, un peuple particulier, puisqu’ils sont tout simplement arabes (ce qui est même confirmé par l’article 1 de la Charte de l’OLP de 1974) . Seule l’apparition artificielle d’un nationalisme exacerbé datant du XXème siècle a fait des «Palestiniens » un «peuple». Bernard-Henri Lévy  fait-il semblant de ne pas le savoir ?
Disons le encore et encore : toute personne soutenant, comme le fait BHL depuis des décennies, la création d’un État musulman (« palestinien ») sur la terre historique du peuple juif, condamne Israël à la destruction puisque l’obsession des «Palestiniens » n’est pas de fonder un État, mais de détruire Israël par le biais de guerres d’usure menées par les bataillons des terroristes musulmans du Hamas, du Djihad Islamique Palestinien (DIP) et des Brigades des martyrs El-Aqsa (la branche djihadiste du Fatah de Mahmoud Abbas).
La tartuferie de BHL frôle des sommets lorsqu’il exprime le sophisme suivant : « On ne fait la paix qu’avec ses ennemis ». Certes ! Mais encore faut-il que le camp ennemi veuille faire la paix !  La paix ne se décrète pas unilatéralement !
BHL devrait donc, s’il était conséquent, serrer la main de Marine Le Pen pour faire la paix avec elle (encore faudrait-il qu’elle le veuille !) puisque l’écrivain la considère comme une ennemie… Mais, justement, BHL n’est pas conséquent puisqu’il a aussi écrit – cette fois-ci à juste titre – au sujet de la montée en force du djihadisme global : «…La classe politique (palestinienne) et , hélas, sa société civile […] ne sont pas claires au sujet de la question » (Huffigtonpost du 26/11/2014).
Il faudrait savoir ! Où est donc la rigueur intellectuelle du plus médiatique des intellectuels ?!
Autre tartuferie : BHL déteste les mouvements nationalistes (et donc identitaires) lorsqu’ils sont occidentaux, mais les soutient avec vigueur lorsqu’ils sont musulmans (1). Cela s’est vu dans ses ardents et bruyants soutiens aux Bosniaques musulmans, aux Kosovars musulmans, aux Afghans, ou encore aux « Palestiniens » (qui sont à 98% musulmans).
Il existe une tension chez BHL entre sa vision idéale de l’homme universel et son besoin de s’associer aux « causes » identitaires lorsqu’elles sont musulmanes (donc viscéralement anti-occidentales et… antisémites). Après tout, même l’Oumma, qui fait fi des frontières, porte quand même « l’idée d’appartenance à la nation arabe, qui englobe (l’) espace arabo-musulman…» (2)
En fait, à l’ instar de nombreux personnages de  l’Homme sans qualités de Robert Musil, BHL fait partie de ces  «personnalités qui sauvent leur équilibre précaire en s’identifiant à des rôles sociaux ou des causes idéologiques. » (Jacques Le Rider; Modernité viennoise et crises de l’ identité)
Frédéric Sroussi 
(1) «J’aime le métissage et je déteste le nationalisme  »

(2)  Catherine Kaminsky; La Géopolitique et ses enjeux