Il faut un vrai débat national sur l’islam, pour en finir avec l’islamisation de la France !

Libération de ce mercredi a fait un portrait, en dernière page, de Christine Tasin, membre de la rédaction de RL et présidente de Résistance républicaine. Nous assumons totalement le titre de l’article de Catherine Coroller : « Bouffeuse d’islam ». La majorité de nos concitoyens en a marre des islamistes, ne supportent plus les éternelles pleurnicheries victimaires de nombre de musulmans, et les insultes contre notre pays de toute une élite bobo-gaucho. Hier, nos grand-parents étaient « bouffeurs de curés », pourquoi ne serions-nous pas, aujourd’hui, « bouffeurs d’islam », et « bouffeurs d’imams » ?

Ah ! qu’ils sont touchants, tous nos bobos, la bouche en cul de poule, de Juppé à Martine Aubry en passant par Devedjian à BHL, sans oublier Fillon et Anne Sinclair, ni Sopo et Eva Joly, qui gémissent, affolés, presque en larmes : « Surtout pas un débat sur l’islam, cela va déraper ! »

Naturellement, pour ces braves gens, notre peuple serait tellement raciste – ce qui est la conviction de toujours de ce grand bourgeois qui se croit philosophe, Bernard-Henri Levy, assez stupide pour confondre Bernard Cassen et Pierre Cassen – qu’il faut interdire un débat qui permettrait de dire la vérité. Et bien sur, Eric Zemmour, Marine Le Pen ou Riposte Laïque se voient qualifier des épithètes les plus orduriers, de la part de ceux que nous appelons les islamo-collabos.

Malheureusement pour nos détracteurs, l’actualité, tous les jours, se charge de leur apporter un démenti flagrant. Malheureusement pour eux, à chaque fois, ils se retrouvent largement minoritaires dans l’opinion publique.

Quand Isabelle Levy sort un livre sur l’offensive de l’islam dans les hôpitaux (même si elle est prudente dans les termes, c’est cette religion qui pose le maximum de problèmes), il est de plus en plus difficile à un Mélenchon de dire qu’en France, il n’y a aucun problème avec l’islam !

http://www.fdesouche.com/182759-isabelle-levy-lhopital-face-aux-religions

Quand Eric Denecé publie un nouveau rapport sur la réalité de l’islamisation des entreprises (confirmant les propos du syndicaliste de Force ouvrière, Carl Pincemin, devant la mission Gerin, et lors des assises sur l’islamisation de la France), il est de plus en plus difficile à Fillon – celui qui inaugure une mosquée devant une fillette voilée – de dire qu’il s’opposera à tout débat sur l’islam, qui ne pourrait que « déraper ».

Quand Dounia Bouzar – traitée de faux-cul sur un plateau de télévision par Robert Ménard – ose encourager ses co-religionnaires musulmans, dans les entreprises, à exiger de la nourriture halal, des salles et des tapis de prières, et des horaires aménagés, il est de plus en plus difficile à Blondel-Corbière-Pena-Ruiz de raconter que le problème, c’est la religion catholique !

http://www.youtube.com/watch?v=LZrhe5PPRK8

Quand Mayotte va être le 101e département français, soit 170.000 musulmans de plus, qu’est-ce que cela implique. Voilà ce qu’en dit l’AFP : « Le nombre d’étrangers a encore augmenté à Mayotte et dépassait 40% en 2007, une proportion en hausse d’environ 6 points par rapport à 2002, a-t-on appris aujourd’hui de source officielle, deux jours avant la publication par l’Insee des résultats détaillés du recensement de 2007. La collectivité départementale comptait 75.800 étrangers en 2007, pour une population totale de 186.452 habitants, contre 55.300 étrangers en 2002, pour une population totale de 160.265 habitants. En 2002, 96% de la population étrangère était originaire des Comores, les 4% restants étant essentiellement d’origine malgache. Sur les 53.000 Comoriens recensés en 2002, l’Insee estimait à 80% la part étant en situation irrégulière. Il y a 16.000 reconduites à la frontière par an. La diffusion des statistiques détaillées du recensement effectué à Mayotte du 31 juillet au 27 août 2007 devait se faire, selon l’Insee, « à partir de mi-2008″. Elle a été repoussée après le referendum sur l’évolution institutionnelle de la collectivité départementale, qui a choisi à 95,2% le 29 mars de devenir à partir de 2011 le cinquième DOM français ». Si on demandait l’avis du peuple français, par référendum, comme en Suisse, quelle serait la réponse ? Poser la question, n’est-ce pas y répondre ?

Quand Marine Le Pen ose dire tout haut ce que la majorité de nos compatriotes pense, c’est-à-dire que notre pays ne peut pas accueillir plusieurs centaines de milliers de populations nouvelles, de culture arabo-musulmane, elle touche juste. Les Mazerolles, Apathie ou Duhamel ont beau s’indigner, voire l’insulter grossièrement, ses propos la font d’autant plus monter dans les sondages que nos compatrioites ont compris les enjeux. Accepter ce débarquement ne ferait que renforcer la réalité de l’islamisation de notre pays, qui atteint déjà des points de non-retour dans des quartiers de plus en plus nombreux, à cause de la politique de l’UMP et du PS-Extreme-gauche-Verts. Il va être difficile à une Eva Joly (qui ose postuler à la présidence de notre pays, en ayant deux nationalités, cherchez l’erreur !) de nier la réalité de l’islam, de millions de musulmans sur le territoire français, dont les éléments les plus déterminés ne cachent plus leur volonté de multiplier les enclaves musulmanes, et d’y imposer la charia.

Dans ce contexte, l’UMP et le PS perdent complètement les pédales, l’exemple niçois en est la plus belle démonstration. Riposte Laïque a signalé, depuis plusieurs numéros, les prières musulmanes qui, tous les vendredis, bloquent des rues niçoises, et a publié les courriers d’un de nos lecteurs, Eric Coffinet. Problème pour Estrosi, qui, jusqu’à ce jour, n’a jamais rien fait pour s’y opposer, il y a des élections cantonales, où son épouse est candidate (c’est beau, l’esprit de famille), et il lui est revenu aux oreilles que les électeurs ne supportent pas cette « occupation » de l’espace public. L’ami de Sarkozy passe donc un accord ahurissant avec les autorités religieuses musulmanes. Il leur demande de cesser provisoirement leurs prières, le temps des élections ! On ne sait quelles seront les contre-parties promises par le maire de Nice, mais le pire est à craindre. Nissa Rebella, association proche des Identitaires, entend célébrer l’événement en organisant un apéro « porchetta-rose ». Et on voit, exactement comme pour l’apéro saucisson-pinard du 18 juin, à Paris, une alliance de toute la classe politique contre cet apéritif. Estrosi (UMP), Allemand (PS), Vauzelle, président PS de la Région Paca, qui se dit fier de diriger une Région musulmane), Gaziello, une communiste qui se dit laïque, les écolos locaux et les inévitables Sos Racisme… Bref, tous ceux qui n’ont jamais bougé une oreille contre les prières musulmanes entendent faire interdire l’apéro de Nissa Rebela ! Comment peut-on mieux montrer la duplicité d’une classe politique qui accepte l’offensive de l’islam passivement, mais agresse les Résistants avec une rage qui n’a d’égale que leur lâcheté et leur capitulation devant l’islam.

http://www.nissarebela.com/2011/03/02/apero-porchetta-rose-les-politiques-et-la-prefecture-se-couvrent-de-ridicule/

Bref, de plus en plus, les yeux s’ouvrent. Chacun comprend que l’immigration actuelle a comme conséquence la montée de l’islamisation de notre pays, et la progression de la délinquance. Chacun comprend que l’Union européenne est incapable de protéger l’Italie, ni les autres pays européens, de flux migratoires énormes, qui risquent d’accélérer la perte d’identité de nos pays. Chacun comprend, à travers le débat sur les mosquées, que nos politiciens sont prêts à vendre la République à l’islam, et à brader la loi de 1905, comme l’explique notamment depuis plusieurs numéros Robert Albarèdes. Et chacun constate que ni l’UMP, ni le PS, ne sont capables de proposer une autre politique que celle qui, depuis 30 ans, a amené le désastre que nous constatons avec tristesse et colère.

Bien sûr qu’il faut un vrai débat sur la réalité de l’islam, bien sûr qu’il faut entendre des René Marchand, Anne-Marie Delcambre, Pascal Hilout et tous les intervenants des assises du 18 décembre raconter à nos élus la vérité, et surtout l’incompatibilité entre l’islam et la démocratie.

Il faut enfin un débat national sur l’islam, pour en finir avec l’islamisation de la France !

Paul Le Poulpe

image_pdf
0
0