Biterrois non-musulmans, comme votre coco, portez le croissant jaune !

Publié le 11 mai 2015 - par - 3 101 vues
Share

AimeCouquetVous n’avez pas le choix. Vous êtes en minorité. Si vous ne le faites pas, vous vous exposez à bien des malheurs. Votre vie est en danger. La France ne vous défendra pas.

A Béziers, l’Histoire a pris une autre tournure. Les rôles sont inversés. Ce sont ceux qui dominent qui cherchent à se distinguer par un signe. Rien à voir avec la sinistre étoile jaune imposée par les nazis. En ces temps-là, ceux qui étaient obligés de porter ce signe étaient opprimés, harcelés, menacés, agressés, gazés, massacrés… A Béziers, le croissant est le signe du musulman arrogant, méprisant, provocant, insultant… On le porte avec orgueil et fierté. Voyez comment le conseiller communal communiste Aimé Couquet aime à se pavaner avec son énorme croissant sur le torse. On ne l’a jamais vu aussi radieux, lui qui, d’habitude, est aussi lugubre que la porte d’entrée d’Auschwitz. Voyez avec quel zèle il s’est empressé de s’autodécorer de ce croissant cher à la Oumma islamique. Avec un visage rouge frôlant la couperose, on dirait le drapeau turc se promenant à Béziers. On se demande si, dans ce coup de foudre fulgurant pour le croissant islamique, Aimé ne va pas en ajouter un au marteau et à la faucille du drapeau de son parti. Pour sceller l’alliance islamo-communiste…

Aimé Couquet aime bien le croissant. Ce n’est pas tous les jours que ça lui arrive. Il n’a, par exemple, jamais supporté cet écriteau qui a fait fureur après la tuerie de Charlie Hebdo. « Je suis Charlie », Aimé abhorrait ça. Il trouvait ça trop anti-islamique. Il est d’ailleurs allé tout de suite le proclamer en public. « Nous refusons et refuserons de confondre ces barbares avec quelque religion que ce soit », dira-t-il dans un discours prononcé sur le parvis de l’Hôtel de ville de Béziers, le 8 janvier. Il ne faisait que répéter les termes utilisés par Valls et Hollande, mais qu’à cela ne tienne. Il en était fier. Il écrira par la suite dans le blog de la section PCF Béziers : « Je fais remarquer que mon intervention, juste avant celle du maire (qui lui a été sifflé et hué), a été la plus applaudie notamment à plusieurs reprises ». On se demande comment il a pu être applaudi à plusieurs reprises alors que son intervention tient en trois petits paragraphes…

C’est effarant de constater comment les communistes ont perdu tout sens d’honneur et de dignité. Il ne serait pas étonnant qu’on retrouve un jour notre vénérable Couquet le front collé au sol et le cul bien en l’air, trépignant comme une chatte en chaleur et attendant d’être pénétré par cette bénédiction qui va inonder son corps et son âme d’une formidable paie extérieure. Une paie extérieure garantie par la banque de Qatar à tous ceux qui se soumettent au message d’Allah en attendant de leur appliquer le statut de dhimmis et de les obliger à rembourser rubis sur l’ongle…

Aimé Couquet et consort savent très bien que les chiffres révélés par Robert Menard réjouissent les musulmans, même s’ils font semblant de s’en offusquer. Savoir que les deux tiers des écoliers de la ville sont musulmans ne peut être qu’un motif de fierté pour l’islam (Il est vrai que les musulmans se sont habitués à revendiquer la part des deux tiers un peu partout où ils se trouvent. Dans les prisons, ils sont même un peu au-delà avec 66 %… 64 % dans les écoles, 66% dans les prisons. Harmonie parfaite…).

Le tiers restant et récalcitrant des écoliers de Béziers viendra facilement. Ils ont les méthodes qu’il faut, les tenants de la religion d’amour et de paix. Ils savent comment dompter les mécréants indociles. Béziers doit servir de modèle. De modèle pour toute la France.

TCHOislamisteguerreL’avenir est on ne peut plus radieux pour la communauté islamique. C’est réjouissant pour les musulmans de Béziers, comme ceux de France et du monde entier. On doit aussi s’en réjouir à Rakka et à Mossoul. Là-bas, ils doivent déjà se demander comment faire de Béziers une pépinière de djihadistes et de la ville toute entière un noyau (un noyau parmi tant d’autres) sur le sol français pour le futur Etat islamique. Ou comment en faire une « wilaya » du califat à l’instar des autres « wilayas » d’Algérie (là où on a égorgé Hervé Goudel), de Tripoli, de Barqah et de Fizan en Libye (là où on a égorgé des coptes égyptiens et des chrétiens éthiopiens) ou de celles de Sinaï en Egypte, d’Al-Haramayn en Arabie Saoudite et du Yémen…

La wilaya de Béziers, ça résonne si bien. Un peu comme nique la France… Ça convient aux musulmans. Ça les fait fantasmer…

Les Français, eux, ne veulent pas se poser ces questions racistes et islamophobes. Ils sont trop occupés à vilipender Menard.

Il n’y a peut-être que les parents des élèves non musulmans de Béziers qui doivent s’inquiéter. Si demain tous les enfants musulmans de la ville venaient à l’école avec un croissant jaune sur leur torse, ceux qui n’en auront pas seront à coup sûr tabassés. En France, les mécréants sont tabassés pour bien moins que ça.

On les tabassera aussi quand ils refuseront d’aller à la mosquée de l’école (il y en aura bientôt une dans chaque établissement) ou quand ils feront la grimace devant un repas halal.

Il faudra bien s’y faire. Avec un taux de 64% indiscutable et un désistement flagrant du pouvoir et des medias, tout est fait pour l’émergence de la wilaya de Béziers.

Demain, par la volonté affichée de l’Etat français, on commencera à égorger à Béziers.

Messin’Issa

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.