Black Week-end : honte à vous, les voyages Leclerc

Madame, Monsieur, Voyages Leclerc,

Honte à vous, mercenaires dévoyés des Voyages Leclerc qui vous faites complices d’un « lynchage » ignoble d’une langue française qui ne vous a pourtant jamais abandonnés et dont vous détruisez avec une folie meurtrière le prodigieux logiciel en lui arrachant avec votre sabir scélérat et impropre à son articulation tout un pan de son immense répertoire lexical.

Honte à vous, responsables peu scrupuleux des Voyages Leclerc qui devez vous prostituer si lâchement et si vilement dans un globish qui vous dépasse complètement et qui emportera à tout jamais la langue de clients justes bons à renflouer vos tiroirs-caisses, dindons d’une farce dont ils se réveilleront avec un goût amer dans la gorge d’avoir ainsi été spoliés de leur identité et de leurs particularités.

Il est vrai que, en décideurs zélés du tout-au-globish désormais décomplexés du syndrome du colonisé, vous, les cadres si dynamiques des Voyages Leclerc avez été si  bien « biberonnés », dressés et endoctrinés par le prêt-à-penser idéologique anglo-américain que vous en redemandez de ces coups de « baston » pour vous punir et vous autoflageller afin de mieux vous plier à la doxa ambiante qui ne supporte rien de ce qui dépasse son glacial moule hégémonique.

 Vous appartenez à cette nouvelle race « d’iconoclastes » qui imposent à leurs ouailles de chalands, pour bien leur signifier qu’ils sont malléables à volonté, toute une myriade de ces vocables méprisants, de surcroît indigestes et imprononçables, soit par snobisme, ignorance crasse des faits de langue, par illettrisme latent, paresse intellectuelle, soit par croyance en des clinquants aussi évanescents que du vent, par honte, irrespect et haine de soi et du  patrimoine de vos parents, bref par tout ce qui  facilite le passage d’une culture vers une sous-culture bas de gamme où patauge  déjà toute la pleutre foule de vos suiveurs – followers, si ceci sonne trop français pour vous –  qui n’y comprennent goutte et dont les repères culturels ont singulièrement volé en mille éclats.

Inutile de vous faire un dessin du désastre linguistique que vous allez laisser joncher derrière vous sur un champ culturel dévasté, une fois que vos néons de « la foire au tout-à-l ‘anglobal » se seront éteints et que vous vous serez bien garnis les poches de vos bagages, en substituant et en cassant une langue par le seul fait qu’elle en jette trop de sa prestance.

La langue française ne vous remercie pas de lui faire pareille injure du fond du caniveau où vous êtes en train de la « bouter » comme une vulgaire pestiférée.

Philippe Carron

Collectif Langue française, Suisse romande

image_pdfimage_print
16

8 Commentaires

  1. Enfin, un francophone européen qui défend sa langue ! C’est rare et c’est plus que réjouissant. Au Québec, on en fait plus pour notre héritage linguistique. Bravo, Monsieur Carron !

  2. Je préfère de loin qu’on utilise quelques mots anglais que des mots arabes. Vous rejetez l’anglais vous aurez l’arabe! Juste pour votre information, selon la linguiste Henriette Walter, les mots d’origine française représentent plus des deux tiers du vocabulaire anglais. Pourquoi tant de haine? « Au XIIe siècle, le français continental influence davantage la langue anglaise. Il acquiert un grand prestige en Angleterre, en particulier dans les milieux aristocratiques. Il devient la langue de la loi et de la justice. » Vous feriez mieux de vous battre contre les mots comme haram et halal qui n’ont aucun lieu d’être en France. Le halal n’existait pas avant la venue des musulmans. Noir c’est noir ou plutôt black, ça nous parle quand même!

  3. Dans la lettre de Valeurs Actuelles, D.Jamet fustige ce globish mondialiste mediacratic’qui remplace le Français par l’american english.
    Tout le monde doit désormais jargonner le volapuk des zonnards, des malfrats de banlieues… et des journaleux qui donnent l’exemple.
    L’anglais n’est pas une langue étrangère, avait osé un ministre PS. Pour les multinationales du commerce aussi, évidemment.
    Faire du fric, c’est vendre des fraises espagnoles, des haricots verts marocains, des produits de grande consommation: papier-cul, gants de vaisselle, conserves « bio » SIC fabriqués en Chine, des voyages organisés en thailande ou en turquie par des « tour operators » de partout… tout dollar « fait ventre » comme disait ma grand -mère!
    Les mondialistes veulent en finir avec la France, sa culture et sa belle langue.
    Et les multinationales de la grande distrib’ les aident en vendant « monde » et non plus Français.

  4. Il faut vous faire soigner, vite.
    A la limite vous auriez pu faire de l’humour en dénonçant une intolérable allusion à l’esclavagisme noir, mais vous mettre dans des états pareils pour un « black week end »…..Et combien de mots français utilisés dans la langue anglaise ? Allons, allons

  5. C’est toujours l’esclave qui parle la langue du maitre, jamais le contraire. Leclerc est quand même un peu en retard, pour être dans l’air du temps, il devrait se mettre à l’arabe. Merci pour cet article.

    • Donc vous parlerez bientôt l’arabe, c’est ça? mdr Hahal, haram, ramadan, nique ta mère, niqab, hijab et j’en passe!
      Il faut choisir son camp!

Les commentaires sont fermés.