1

Blaise Pascal, entre la foi et la raison


« Ce sont deux excès également dangereux, d’exclure la raison, de n’admettre que la raison »
Pensées (1670) Blaise Pascal

Dans des sociétés où la notion même de transcendance extérieure à l’homme est remise en question et est remplacée par une vision ethnocentrique de l’homme, où celui-ci est la fin de toute chose, cette conception a montré ses limites au XXe siècle à travers les expériences totalitaires du communisme et du nazisme, l’homme du XXIe siècle est-il voué à répéter les mêmes erreurs du passé ? N’a-t-il pas le devoir d’apprendre du passé pour vivre en adéquation avec les traditions et la culture judéo-chrétienne qui ont forgé sa civilisation ?

Dans le même temps, face à la montée des intégrismes religieux, l’homme d’aujourd’hui n’a-t-il pas aussi le devoir de repenser le rapport à la foi, en sortant des postures dogmatiques, pour aller vers une plus grande ouverture et en reconnaissant l’unicité des parcours de chacun face à la question de la foi ?

Dès lors comment penser le monde et la relation entre la foi et la raison ? Au lieu de les opposer comme la culture techno-scientiste cherche à le faire, n’est-il pas urgent de repenser et d’envisager les passerelles et les complémentarités entre foi et raison ?
Dans ce contexte, ces dernières ne sont-elles pas les pierres angulaires et complémentaires sur lesquelles repose notre civilisation occidentale. Vouloir soumettre la première à la seconde et c’est l’obscurantisme religieux qui l’emporte, et de la même façon vouloir soumettre la foi à l’unique logique de la raison et c’est le chaos et l’absence de repères moraux et humains qui guideront nos actions dans nos sociétés.

Blaise Pascal est connu comme une figure importante de l’histoire scientifique et philosophique française. En effet, son nom est rattaché à de nombreux théorèmes et lois mathématiques et également à des écrits majeurs tels que les Provinciales et les Pensées. Il appartient aux cercles des penseurs généralistes qui ne cloisonnent pas leur réflexion à une discipline. En cela, il se distingue des scientifiques actuels, qui à l’image de la société moderne, sont des spécialistes très pointus dans des domaines spécifiques mais qui n’ont pas nécessairement de recul et une vision d’ensemble pour penser le monde.

Le parcours de Blaise Pascal illustre les tensions et les conflits qui traverseront le siècle de Louis XIV, avec ses jeux d’influences et de pouvoirs. En tant que scientifique épris de vérité, Blaise Pascal incarne une conception de la foi et de la religion, qui met la question de la vérité au centre de l’expérience religieuse pour en faire une exigence. En cela, il s’oppose à une vision conciliante et relative de la foi et prône pour une ascèse morale et spirituelle comme seul chemin du salut de l’âme.

Il parvient également à réconcilier avant l’heure une vision de l’homme basée sur la raison et le libre arbitre, à travers son expérience de scientifique et d’homme du monde, avec une vision de l’homme dont la vérité se trouve dans le message du Christ, seul chemin d’accès à la transcendance divine.

Etienne Darcourt Lézat
https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/film-blaise-pascal