Blanquer, ce « monstre froid », n’épargnera rien à nos enfants !


Blanquer, ce « monstre froid », n’épargnera décidément rien à nos enfants !
Doté d’un cynisme sans limites, il serait grand temps que tous en prennent la mesure pour combattre sans coup férir sa dernière décision en date qui constitue un véritable crime contre l’humanité de nos enfants.

Non seulement Blanquer travaille sans relâche à la destruction de leurs potentialités intellectuelles, achevant avec une farouche détermination la destruction irréversible de l’institution scolaire du primaire à l’université incluse par la mise en œuvre de réformes censées rehausser le niveau des diplômes sous le masque d’une désinformation éhontée, mais il s’en prend également à leur identité physique et à leur équilibre mental.

Circulaire du 1er octobre 2021

Dans la circulaire produite par Blanquer le 1er octobre 2021, sont stipulées toutes les dispositions
devant être prises par les établissements – dits encore et abusivement « scolaires » – pour accueillir et faciliter la vie des enfants « transgenre » !
À n’en pas douter, cette monstruosité concerne uniquement nos enfants et non ceux issus de l’immigration à qui est déjà réservée une école d’excellence – 1 200 000 enfants concernés – pendant que nos enfants croupissent dans ce cloaque républicain qu’est devenue l’École publique.

Comment admettre qu’il soit donné à un enfant la possibilité de changer de sexe ?
Comment penser qu’un enfant puisse même le vouloir ?
Comment est-il possible d’affirmer, comme il est stipulé dans cette circulaire qui contrecarre le discours de ceux qui ont alerté sur l’immaturité psychique des enfants en construction – que « le seul indicateur FIABLE (!!!) de l’identité de genre d’une personne, quel que soit son âge, est son autodétermination » ?!!

Autrement dit, un enfant de 4 ans peut être amené à se déterminer sur son « identité de genre », autrement dit sur son sexe, à demander de changer de sexe, dans la mesure où l’éducation sexuelle « sans finalité normative » (sic) commence à la maternelle, inscrite au programme des « valeurs dites de la République » déversées dans les établissements « scolaires » publics.

Le vade-mecum de la laïcité le prévoit…

À cet égard, n’oublions pas qu’au printemps 2018, Blanquer a produit le « vade-mecum de la laïcité »,  document de 70 pages présenté sous forme de fiches, constituant un outil destiné aux personnels de l’Éducation nationale et que chaque établissement se doit de respecter.
Dans ce document est stipulé que l’éducation sexuelle est un enseignement obligatoire, étant précisé qu’ « il n’a pas de finalité normative de telle sorte que les élèves construisent leur choix » !
Autrement dit, tout est possible.

Nous y sommes avec la production de cette circulaire et ce d’autant que les associations LGBT+ et autres ayant leur entrée pleine et entière dans l’École de la République, il n’est pas exagéré de penser qu’elles vont s’adonner au conditionnement voulu, étant entendu que ce même vade-mecum de la laïcité stipule que « les intervenants extérieurs ont le droit de manifester ostensiblement – entre autres – leurs convictions philosophiques… ( quand les enseignants – qui n’enseignent plus – « doivent garder une stricte neutralité » (sic), conditionnement sur lequel, par ailleurs, les parents n’auront aucune prise étant entendu qu’il doivent signer en début d’année scolaire une sorte de blanc-seing qui les prive de toute possibilité de recours juridique ultérieur.

Il ne faut donc pas prendre cette circulaire comme un fait divers et penser que ce n’est pas réalisable ; la situation est particulièrement grave et nous devons agir impitoyablement.
Espérons qu’à cet égard, ce qui suit ne froissera pas les incroyants :
Prophétie à méditer…

Au XVIIe siècle, à Quito en Équateur, la Vierge est apparue à une religieuse pour lui délivrer un message dont voici un court extrait : « Peu après le milieu du XXe siècle, il y a aura une corruption totale des mœurs… durant cette période il y aura de grandes calamités morales publiques et privées… l’innocence ne pourra presque plus se trouver chez les enfants, les ennemis de l’Église se concentreront principalement sur les enfants… le mal lancera un assaut sur l’innocence de l’enfance… »
Néanmoins, elle a annoncé la victoire, se présentant d’ailleurs comme « Notre-Dame du « bon succès » », mais cette victoire est inséparable du combat que nous devons mener : il s’impose à nous.

Claude Meunier-Berthelot

• cf. « Blanquer, ce monstre froid » sous-titré « remède de cheval contre la Blanquer-mania »
171 pages – Éditions des Trianons – 15 euros

image_pdf
0
0

4 Commentaires

  1. Plutôt que « transgenre », je préfère le terme de « transsexuel ».

    • Ce n’est pas la même chose, pour faire simple, le transgenre est travesti et le transexuel modifié (hormones et-ou chirurgie).

  2. Dans le même temps à l’Assemblée nationale est proposée une loi pénalisant l’incitation au changement de genre, allez comprendre.

Les commentaires sont fermés.