Blanquer et les programmes scolaires : retour à la chronologie !

Ce qui sépare la gauche de la droite, si l’on veut être binaire, c’est le regard sur l’Histoire qui vient en premier lieu !

La gauche déteste tout ce qui rappelle la monarchie, y compris napoléonienne, et ne vénère que la République ! Elle tord le cou à l’Histoire pour la rendre acceptable au prisme de son idéologie de l’homme nouveau, qu’il soit social ou sociétal !

Le rêve de la gauche serait d’ailleurs de ne plus faire mention de l’idée de nation dans des frontières. Comme pour toutes les croyances, y compris laïques, la gauche se veut porteuse de valeurs universelles de Robespierre à Mao, en passant par Lénine, Staline, Hitler et Mussolini et les petits « saigneurs » rouges d’Asie et d’Amérique latine ! 

Je sais que je vais encore me faire des amis en disant que la gauche traîne derrière elle une gigantesque mare de sang, au nom du peuple et du citoyen, bien sûr !

La Droite, celle d’hier bien sûr, parce que celle d’aujourd’hui, celle des Pécresse, Juppé, Sarkozy, Wauquiez, et autres, n’a plus grand-chose à voir avec une vraie Droite, forcément nationale, indépendante, souverainiste, patriote, qui a toujours eu l’idée de la nation puissante, celle de la France, de sa grandeur et ne s’est jamais laissé distraire de la réalité ! J’en veux pour preuve son refus de la colonisation sous la Troisième République et son combat pour se réarmer en vue de reconquérir l’Alsace et la Lorraine, au lieu de se perdre, comme l’a fait la gauche au pouvoir, en Afrique, dans une colonisation qui fut coûteuse et dont nous payons encore le prix ! Une colonisation qui, peut-être, signera notre arrêt de mort civilisationnel !

Tout n’est pas si tranché bien sûr, j’en prends pour témoin un Georges Clemenceau, radical-socialiste, qui était bien plus réaliste que ses amis socialistes.

Il n’en reste pas moins que la gauche a réussi à s’octroyer un magistère humaniste après la Seconde Guerre mondiale, alors même qu’elle fut responsable des pires atrocités commises lors de ces cent cinquante dernières années ! Que ce soit du fait de sa trahison envers le Second Empire, qui avait pourtant assuré une grande prospérité et réussi une révolution industrielle qui avait laissé loin derrière l’Angleterre et l’Allemagne. Que ce soit sur la colonisation, qu’elle refuse d’assumer, de son inconscience d’avant la Première Guerre mondiale, de son pacifisme d’avant la Seconde, de sa collaboration avec les nazis pendant l’Occupation et de sa complicité avec nos ennemis, du moins celle des communistes, pendant la guerre d’Indochine et la guerre d’Algérie !

Monsieur Jean-Michel Blanquer souhaite revenir à la chronologie dans le domaine de l’Histoire, et pas seulement puisque sont inclus en plus de l’Histoire, le français et les sciences économiques et sociales !

La chronologie des idées nationales

En cela, il se heurte à cette gauche qui craint par-dessus tout que nos élèves de France réalisent qu’en effet notre pays a une Histoire, une logique, et que son enseignement puisse démontrer que cette France a des marqueurs comme Vercingétorix, Clovis, Charles Martel, et une suite de rois, dont les Capétiens qui, jusqu’à Louis XVI, forgèrent durant des siècles le pays dans lequel ils vivent !

La gauche a peur que les Français ne découvrent une France bien plus vieille qu’elle ne l’affirme. Cette France n’est pas sortie de l’abîme, d’un trou, de rien, d’un enfer en 1789 et 1793, pas plus qu’en 1830, 1848 ou 1871 ! La France, comme le dit Éric Zemmour, était la Chine de l’Europe, la puissance du continent et que sa langue, le français, était la langue naturelle des cours européennes, que cette puissance fut le plus souvent compromise pas des collabos de la gauche révolutionnaire et autres ! 

Monsieur Jean-Michel Blanquer se moque des « pédagogistes » et souhaite remettre de la chronologie et je suis en accord avec madame Souâd Ayada qui affirme que l’enseignement scolaire doit rester scolaire et en aucun cas être tributaire d’un regard « humaniste », c’est-à-dire gauchiste !

Que vient faire l’avis de Marie-Aleht Grard,  vice-présidente d’ATD-Quart Monde, qui affirme, après sa démission du Conseil supérieur des programmes (CSP), que l’ »on ne serait pas proche du tous les parents en général et encore moins des parents pauvres » ! Qu’est-ce que la situation sociale des parents, pauvres ou non, vient faire dans la construction des programmes ?  (Libé 22/10, p 16)

C’est Viviane Youx, de l’AFEF, qui estime que « l’objectif est d’aller vite sans laisser aux enseignant le temps de réfléchir ». (Idem) Quand on connaît les résultats de leur réflexion sur le niveau d’apprentissage des fondamentaux, nous sommes en droit de nous poser des questions !

C’est Laurence De Cock qui s’alarme sur le fait qu’il n’y aurait plus d’Histoire de l’immigration et que les femmes n’y trouveraient plus leur place, etc. (Idem)

Outre que le ministre Blanquer dit que c’est faux. Mais nous imaginons bien, toutefois, l’utilisation de ce programme par nos profs gauchistes pour justifier la repentance, la culpabilisation et, surtout, pour se mettre dans la poche des gamins réfractaires à la nation France, soit par lâcheté, soit par idéologie !

Le plus effarant, c’est cette réflexion de Denis Paget « ces nouveaux programmes seront très difficiles pour une partie des élèves avec une survalorisation de l’aspect chronologique » ! Il poursuit en affirmant que « ces gens qui poussent en ce sens ont pour idée que le lycée n’est pas pour tout le monde ! Le but, c’est de le profiler comme l’antichambre de l’Université » ! À mon avis, c’est le minimum des devoirs d’un lycée !

Ce monsieur se fout que les lycéens sortent avec un BAC discrédité, fassent des fautes graves en français, n’aient pas ou peu de culture générale et se plantent dans leur première année de fac ! C’est toute la gauche dans cet exemple !

Tous nos enfants ne sont pas doués pour faire de hautes ou longues études ! Cela n’en fait pas pour autant des idiots, ni de futurs ratés sociaux ! Par contre, l’idéologie gauchiste les mène tout droit à l’abîme en leur faisant mépriser un devenir manuel riche en possible réussite ou rêver à un avenir impossible !

Le Figaro, sous la plume d’Éric Anceau, avec lequel j’ai quelques divergences secondaires par rapport à l’opposition forte que j’ai avec Libé, se félicite que la principale nouveauté, et pour tout dire, le bouleversement par rapport à des années de pédagogisme, réside dans le retour salutaire de la périodisation, des repères chronologiques et géographiques, des portraits vivants des grands acteurs de l’Histoire et du récit. Faisons ensuite confiance aux étudiants, à nos enfants, pour se faire une idée sur ce qu’était, et ce qu’est encore, la France ! Un vieux pays qui a beaucoup souffert, une vieille civilisation qui a beaucoup donné, un peuple qui ne veut pas mourir et qui cependant peut être fier de ses réalisations !

Gérard Brazon (Libre Expression)

image_pdf
0
0

11 Commentaires

  1. Excellent, le dessin ! Mais le pasticheur d’Hergé a oublié « Canaques ! » ☺

  2. Manifestation au Brésil : «On ne veut plus jamais de la gauche, car c’est elle qui a coulé le pays !»
    Apparemment, eux ont compris. Pas comme chez nous où après 14 ans de mitterrand les Français avaient dit plus jamais ça.

  3. Quand on pense que le saint patron des socialistes se nomme Jaures ;un colonialiste,
    et un antisémite furibard. Il faudrait sortir ce
    faux cul du Panthéon comme on le fit de Marathon.

  4. Il est temps , en quatrième depuis la rentrée mon petit fils a étudié l esclavage et le racisme bien sûr le racisme anti musulmans et anti juifs les autres racismes n ‘existent pas .Avec comme exemple de racisme un extrait de r t l évoquant le cas de madame t…. condamnée en 2014 pour avoir avoir injurié l’islam et donc avoir incité à la haine contre les musulmans .
    J ai expliqué à mon petit fils qu’en France on peut blasphemer merci Voltaire.
    En cherchant sur internet j’ai trouvé que me t était Christine Tasin , fondatrice de riposte laique , condamnée pour avoir dit à propos de l’engorgement des moutons que l’Islam était une religion de merde .
    Je crois que le jugement a été annulé en appel mais ce qui est grave est que ces professeurs ne manquent jamais de de parler d’Hitler mais ne s’ aperçoivent même pas de se qui se trame.

    • « à propos de l’engorgement des moutons » C’est quoi ? C’est quand ils sont trop nombreux pour rentrer dans la bergerie ?

        • Rassurez-vous ! « L’humour, c’est la politesse du désespoir » a dit quelqu’un de sérieux. J’apprécie sans excès les grands manitous du couteau, quelle que soit la victime.

      • K. O Ne vous inquiétez pas, dans pas longtemps vous n’aurez plus à vous poser la question, toute cette racaille de plus en plus violente, qui a les bonnes grâces de Macron et qui n’en fout pas une rame dans les écoles mais dont nous payons la scolarité viendra vous montrer comment entrer dans la bergerie. Vous entrerez debout, mais la sortie sera couchée !

        • Comment ça ? Et il n’y aura pas une patriote pour me défendre ?
          Pour vivre bien, vivons couché !

Les commentaires sont fermés.