1

Bonne année la France, bonne année les Patriotes

Parce que charité bien ordonnée commence par soi-même, Bonne et grande année aux vaillants volontaires de Riposte Laïque, au front depuis quatorze ans pour tenter de débusquer, à défaut de la maîtriser à eux seuls, la redoutable armée en phase invasive de la France et les inévitables paillassons qui lui facilitent l’entrée dans ce qui reste de la forteresse gallo-franco-romaine.
Bonne année à nos lecteurs dont le nombre augmente avec régularité malgré les efforts de quelques manipulateurs de réseaux pour nous réduire et en fin de compte nous effacer du décor.
Bonne année, « Debout » aux Patriotes dont le rassemblement sous une bannière unique semble aujourd’hui encore du domaine de l’utopie, et qui auraient tout intérêt à rabattre juste un peu leurs égos volontiers surdimensionnés pour prétendre à une véritable efficacité.
Bonne année, désertique, venteuse et décharnante, à nos fidèles et constants ennemis de l’armée du Prophète, à qui nous souhaitons de tout cœur le confinement le plus définitif possible dans les cagnas de l’Hôtel-des-Pélerins-du-Pape-François-et-de-la-Gare de La Mecque, air non conditionné et vue sur la mer de Chine.
Bonne année aveugle et sourde, agenouillée comme le veut la pratique  fellatrice, à leurs porte-cotons bien-de-chez-nous, individus et associations, camarillas et milices, trop nombreux pour être cités, qu’un séjour low cost dans les harems du sultan de Topkapi éveillerait aux dures réalités du monde coranisé.
Bonne, mais brève-autant-que-possible, année à nos gouvernants dont les timides velléités de résistance à l’envahisseur rappellent avec férocité celles de l’autruche affolée galopant devant le fauve affamé, et dont la tête ensablée au bout de quelques errances s’est depuis longtemps détachée du cœur comme celle de la « bécasse faisandée dans l’obscurité d’une cave ».
Parce qu’au fond, nous sommes, les uns et les autres, les enfants d’une très grande Histoire mêlant le païen et le sacré, la gloire et le chagrin, le service aux autres et la liberté pour soi, Bonne année aux Français innombrables que fait encore vibrer le « sentiment d’appartenance à quelque chose d’indicible et d’unique », au chaud dans une « matrice palpitante », oui, bonne année à tous ceux qui croient encore en la France éternelle.
Jean Sobieski