1

Bordeaux : le Préfet socialiste Pierre Dartout ose interdire une manifestation contre la charia

pierredartoutCOMMUNIQUE DE RESISTANCE REPUBLICAINE ET RIPOSTE LAIQUE

Le Préfet socialiste Pierre Dartout ose interdire une manifestation contre la charia à Bordeaux !

Tous les jours, depuis que le ministre de l’Intérieur Cazeneuve a décidé d’imposer à la France entière les 12.000 clandestins qu’il a laissé s’installer à Calais, ce régime multiplie les actes anti-démocratiques graves, faisant de plus en plus ressembler notre pays à un Etat totalitaire.

Après avoir imposé des clandestins à Allex, avant que ne se tienne le référendum promis par le maire, le 2 octobre, le préfet de la Drôme, Eric Spitz a osé faire interdire ce même référendum en saisissant le tribunal administratif.

A Privas, le 30 septembre, le préfet de l’Ardèche, Alain Triolle, après avoir autorisé des gauchistes à occuper la rue huit heures durant, s’est permis d’interdire la manifestation organisée par Viviers Bleu Marine, dans le cadre de l’Opération « Sauvons notre pays ».

Le pire est atteint, ce jour, à Bordeaux, où, à l’initiative du Siel, après un hommage rendu à Flora Tristan et la remise d’un coran à Alain Juppé, devait se tenir une manifestation contre la charia – loi islamique qui autorise, entre autres, la lapidation des femmes et tous les meurtres encouragés par le Coran. Parmi les intervenants, devaient s’exprimer le conseiller régional Ile-de-France Karim Ouchikh, président du Siel, l’écrivain Renaud Camus, le docteur Alain de Peretti, président de Vigilance Halal, Alain Wagner, porte-parole de l’Union des Contribuables et Citoyens, Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine, Pierre Cassen, fondateur de Riposte laique, Simplement sous la pression de groupes gauchistes, qui ont annoncé une contre-manifestation au même lieu et même endroit, le préfet socialiste Pierre Dartout (énarque de la même promotion que celle de François Hollande), s’est permis d’interdire ce rassemblement, osant argumenter qu’il n’avait pas assez de policiers pour assurer l’ordre public. Argument hypocrite, quand on sait qu’il y a une semaine, le FN avait manifesté contre l’invasion migratoire, et que des gauchistes et des socialistes avaient contre-manifesté au même endroit, sans le moindre problème.

Cette interdiction notifiée au dernier moment, 24 heures avant la manifestation, est doublement scandaleuse. D’abord, elle montre la connivence entre les milices gauchistes, totalement protégées par le pouvoir socialiste, comme l’étaient les Chemises brunes par le régime de Mussolini, et ce régime, qui s’appuie sur des petits fascistes se disant d’extrême gauche pour empêcher les patriotes de manifester.

Ensuite, la France est le premier pays au monde où une manifestation contre la barbarie que constitue la charia est interdite par un pouvoir qui cautionne donc, outre les lapidations de femmes, les amputations de voleurs, l’appel au meurtre des juifs, des homosexuels et des mécréants, ainsi que l’esclavage sexuel des non-musulmanes et la pédophilie.

A Montpellier, ce samedi 8 octobre, les mêmes prétendus antifas – nouveaux collabos du 21e siècle – entendent, en appelant à manifester au même lieu que la Ligue du Midi, qui a déposé sa demande il y a un mois, obtenir du préfet la même décision que celle de Privas ou de Bordeaux.

A une période où notre pays est menacé chaque jour par des attentats islamistes, où certains de nos villages sont submergés par la venue de dizaines de clandestins, ce régime, ses exécutants des basses oeuvres et ses milices gauchises ont choisi leur camp : celui du parti millénaire des collabos que dénonçait Eric Zemmour, sur RTL, le 9 septembre 2016.

Plus que jamais, partout où cela est possible, nous appelons les Français à s’organiser pour refuser l’invasion migratoire et la soumission à l’islam que veulent leur imposer Hollande-Valls-Cazeneuve et leurs complices.

Christine Tasin, présidente de Résistance républicaine

Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque