Bordeaux : peu importe la loi, du moment qu’on loge des migrants

Publié le 18 juin 2020 - par - 12 commentaires - 1 059 vues

Heureux le propriétaire du 40, rue Lafontaine. Il a pu vendre sans être préempté par InCité ! Il a obtenu de son acheteur le prix qu’il demandait. Il n’a pas été spolié. Et pourtant le bar-restaurant- hôtel meublé correspondait en tout à ce que, officiellement, la mairie de Bordeaux combat : le logement indécent. L’habitat médiocre. 

Des chambres meublées minuscules.

Imaginez, construites dans la cour, distribuées par un escalier en béton extérieur, une quinzaine de chambres minuscules ! Pas d’espace, peu de lumière, un vis-à-vis à moins de 2 mètres devant les fenêtres…

Indécent, minable. Eh bien, InCité, la Société d’économie mixte de la ville de Bordeaux n’a pas préempté. InCité n’a trouvé rien à redire ! Le petit immeuble en pierres est sur-occupé, sa façade sur rue a été défigurée par un rideau métallique qui n’a même pas de coffre, par des huisseries en PVC, la porte a été changée sans respecter le style de la ville de pierre…

Pire, bien pire que ce qui a justifié des procédures lourdes d’expropriation de petits propriétaires bordelais, à proximité, rue Kléber, rue Lafontaine, cour de l’Yser… Une honte.

Mais qu’est-ce qui explique cet étonnant laxisme ? Ce qui semble être une faute, ou même un passe-droit ?

Pourquoi les responsables de la SEM de Nicolas Florian, maire successeur de Juppé et candidat pro-Macron, ont-ils fait preuve d’un pareil laxisme ? Pourquoi ce propriétaire n’a-t-il pas été spolié comme les autres ? Pourquoi n’a-t-il pas été préempté à la moitié du prix ou moins  encore ? Comme le font systématiquement les amis de Nicolas Florian ? C’est l’acheteur qui a fait la différence.

InCité ferme les yeux pour la bonne cause : loger des migrants.

InCité a laissé l’acheteur acheter au prix du marché. Curiosité. D’habitude, systématiquement, InCité tente, pour chaque transaction, de récupérer les immeubles à bas prix, mais toujours avec de bonnes justifications. C’est toujours pour faire baisser les prix du marché, ou pour faire du social, ou pour lutter contre la spéculation… Mais dans le cas présent, pas du tout. InCité a laissé l’acheteur payer plein pot et n’a pas tenté de récupérer le bien, à bas prix, en usant du « droit de préemption » délégué par les élus de l’équipe Florian. Et pour cause, l’acheteur est le conseil départemental, et il s’agissait de loger des MNA. Des « Mineurs non accompagnés ».

Pour des clandestins, souvent délinquants, manifestement ce n’est pas grave que le règlement sanitaire départemental soit violé… À chacun sa morale. À moins que, dans la nécessité et dans l’urgence, ou, dans l’émotion, comme dirait le ministre de l’Intérieur Castaner, la loi n’ait plus besoin d’être respectée. 

L’ancien hôtel meublé devenu foyer pour MNA. Le conseil départemental n’a pas été obligé de respecter la ville de pierre : huisseries bois, pas de rideau métallique, porte d’entrée sans imposte…

La salle du bar est devenue salle de réunion. Elle est fermée pour cause sanitaire. Les mineurs se baladent dans les rues…

Les chambres construites dans la cour sont exiguës et ne respectent pas le règlement sanitaire départemental.

François Jay

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
LANKOU RU

Fallait le virer le “crane d’œuf” au lieu de lui refiler le poste de maire , lui l’interdit de séjour , planqué 1 an au Canada
Et les bordelais laissent faire ? Jusqu’à quand ?

SYLVIE

qui retournent chez eux ,si les chambres sont trop petites . retour a l’envoyeur

Rems

Qu’ils vivent dans leur merde ne doit pas les gêner de toute façon ils sont habitués………………

Versaline

Et si la liste “pastèque” (les écolos), verts dehors et rouge dedans passe, alors là Bordeau est foutu !

J’ai bien observé ce phénomène à Grenoble dans les années 70 / 80 où le maire Dubedout faisait sytématiquement préempter à vil prix. Résultat, le propriétaires renoncent à aliéner, et n’entretiennent plus leurs biens dont ils savent qu’ils ne pourront pas les vendre à leur prix réel. Résultat, un parc locatif complètement dégradé, plus de logements corrects à louer et des prix de loyer de folie pour les apparts à peu près propres. Résultat final, un parc qui se dégrade et des quartiers entiers anciens qui ne sont plus entretenus. Aux mêmes causes les mêmes effets.

Les ROUGES

ILS VONT encore foutent le Feu !

Jesse James

Avec Ali Juppé ,Bordeaux a maintenant des mosquées à tous les coins de rue !

philpat

les gaulois payeront ! pourquoi se gêner

joseph d arimathie

MNA : ZERO TRACAS ? ZERO BLABLA ?

Natou

Je suis Bordelaise et je ne reconnais plus ma ville , c’est devenu très très sale même au centre ville ! On est envahi des quartiers où on ne peut plus aller , plus un commerce écrit en français ( St Michel) entre autre !

Moi je vis dans un petit village à 20 minutes car c’est le seul moyen de ne pas se mélanger aux arabes , noirs , migrants mais jusqu’à quand ?

Ils construisent des mosquées partout même à Pessac !

ven85

ce sont bien les moutons de francais qui les elisent,le cerveau laver par les mediats

BERNARD

Encore de belles chances pour Bordeaux ! Merci Ali et Cie.. et vive la Coloniale !

Lire Aussi