Boston-mariage homo-murs des cons-Istres: le rouge est mis

Publié le 1 mai 2013 - par - 1 587 vues

En une semaine, le traitement des événements les plus importants du moment nous a donné une nouvelle fois la preuve s’il en fallait une que tous les échelons de ceux qui nous gouvernent, nous jugent, et nous informent sont gangrénés par une seule et même couleur : le rouge.

Commençons par ce qui nous est le plus lointain géographiquement, avec les attentats de Boston. On pourra échafauder nombreuses théories sur les motivations des frères Tsarnaev, et probablement nous ne saurons jamais le fin mot de l’histoire, culture du secret américaine oblige. Pourtant, on sait que ces jeunes apparemment bien intégrés (le plus jeune ayant même reçu une bourse pour étudier à Boston) ont agi pour des motifs d’abord religieux. Les chaînes infos se sont fait prier si j’ose dire pour enfin nous révéler trois jours après qu’à leur grande surprise, les deux assassins se réclament de l’islam radical.

Par contre, pour faire pleurer dans les chaumières, on nous montre à l’envi sa pauvre mère enturbannée ou son oncle, dans leur quartier pauvre de Makatchkala, qui nous expliquent que ce n’est pas de leur faute, ou la désormais traditionnelle théorie du complot orchestré par le FBI… En nous montrant ces images, on insiste encore et toujours sur le rôle de la société, l’entourage, la pauvreté, et l’antiaméricanisme, pour expliquer la déviance des uns et des autres. Pas une fois des prêches haineux pouvant être entendus à la mosquée locale ne sont mis en cause. Bien entendu, il ne faudrait pas stigmatiser la deuxième religion de France…

Toujours à ce sujet, c’est tout de même étrange que deux jeunes d’apparence défavorisée peuvent se permettre d’aller étudier aux USA avec une bourse de seulement 2.500 $. Qui même en France peut se permettre un tel privilège ? Un financement occulte par les magnats musulmans de cette ville n’est pas à exclure. N’oublions pas que Samuel Eto’o était venu la bas gagner 20 millions de dollars par an pour jouer au football dans un club appartenant à l’un d’eux, alors de l’argent, il y en a. Et suffisamment pour envoyer deux jeunes nigauds se faire sauter chez l’ennemi juré. Après tout, Obama ne traque pas les terroristes jusque dans les chiottes comme son homologue russe…

Revenons un peu de l’autre coté de l’Atlantique et à sa liberté de la presse. Ca y est la loi officialisant le mariage gay a été votée à l’Assemblée, et on peut dire que tout le monde est content. Bah oui, c’est ce qu’on nous dit non ? Ah c’est vrai il y aurait quelques manifestations « d’excités, de fascistes, d’intégristes »… Mais qui s’en soucie, ils sont minoritaires et ne représentent pas franchement la France vue par les médias ! A l’opposé des manifs organisées par l’extrême gauche, où les représentants syndicaux squattent les 20 heures des jours durant (comme sur les retraites en 2010), et où toutes les excuses sont bonnes pour les éventuels fauteurs de troubles, on a préféré mettre en avant des personnalités peu crédibles. Je parle évidemment de Frigide Barjot, qui a été du pain béni (toujours si j’ose dire) pour les médias, avec son passé de jet setteuse et son retour à la foi chrétienne disons surprenant.. Elle a été délibérément piégée dans des traquenards médiatiques  ou n’aurait pu s’en sortir qu’un orateur hors pair, et encore… La religion (judéo-chrétienne  bien sur, pas l’autre…), la tradition et les valeurs étant décrite comme le mal absolu par les rouges noyautant les médias, ce genre de traitement n’est pas vraiment surprenant.

Et que dire du fameux « murs des cons » ? Je ne condamne pas vraiment le procédé, j’en ferai bien un moi-même, avec les tronches de leurs auteurs. Mais la seule différence est que je ne rends pas la justice, et que je ne suis pas au gouvernement. Cette affaire aura permis de mettre en lumière la connivence entre magistrats et pouvoir de gauche. Par leur soutien à ce syndicat ouvertement rouge, Taubira ou EELV nous montrent que la séparation entre l’exécutif et le judiciaire n’existe presque plus ! Mais aucun journaliste ne semble s’en inquiéter plus que ça, alors que Sarkozy était qualifié de dictateur dès que lui ou son gouvernement se mêlait de réformer ou de donner son avis sur la justice du pays qu’ils dirigeaient. 

Plus proche de nous chronologiquement, on a du subir les commentaires évasifs sur la tuerie d’Istres . Jamais la censure n’a été aussi rapide pour dissimuler l’appartenance culturelle du soi disant déséquilibré. Dès la fin d’après-midi, c’est RTL, un média très intégre, le seul qui donne par exemple antenne à Eric Zemmour à une heure de grande audience,  qui nous informe de liens entre Karl Rose et Al Qaeda (http://www.rtl.fr/actualites/article/fusillade-a-istres-un-homme-se-revendiquant-d-al-qaida-tue-trois-personnes-en-pleine-rue-7760803512 ) .

Mais ensuite, plus rien. Ni les chaînes infos, ni aucun 20 heures, ni même aucun journal papier n’a pris la peine de creuser plus loin cette théorie. Pour tous les journalistes commentant l’affaire, il s’agit là d’un acte isolé, commis par un jeune en manque de repères. Deux choses assez évidentes m’interpellent cependant, pour étayer cette théorie de l’appartenance du tueur à la mouvance islamiste :

– Le maniement d’une kalachnikov et sa réparation ne s’apprennent pas au café du coin, mais plutôt dans les banlieues majoritairement peuplées de délinquants islamistes organisées (voir les interpellations de Marignane du mois de mars) qui sont légion autour d’Istres

– La page Facebook du tueur (https://www.facebook.com/karl.rose.146) où l’on peut voir que son seul livre de référence s’intitule « Le judaïsme une escroquerie de 4000 ans » et qui croit au complot dans l’affaire Mohammed Merah, deux théories fumeuses très en vogue chez les intégristes.

Alors est-il possible que le maintien de la paix sociale ait été exigé par le ministère de l’Intérieur en ne divulguant pas par voie de presse les motivations religieuses du tueur ? C’est à mon avis le plus plausible, sinon pourquoi une information sortie par RTL, un média respecté par ses pairs, n’ai pas été creusé ? Et même sans cette probable pression, les trotskystes d’un autre temps qui dirigent nos journaux ne l’auraient pas relayée, il ne faudrait tout de même pas que l’islam soit encore une fois stigmatisé. Par contre quand la paix sociale est troublée par d’honnêtes citoyens défendant pacifiquement un modèle familial traditionnel, on peut sans problème les taxer d’intégristes chrétiens, ou d’extrémistes… Deux poids deux mesures !

Mais la grande question qui se pose est : pourquoi ? Né dans les années 80, ma génération et moi-même avons passé des heures entières à nous poser la question : comment en arrive-t-on à ce point à nier la réalité face à ces problèmes d’intégration,  à développer tellement de haine devant ses contradicteurs, et surtout à privilégier toujours l’autre contre nos propres frères ? J’en appelle à ceux qui ont vécu les années 70, pour m’expliquer comment une idéologie comme du syndicat de la magistrature résumée ci-dessous a pu proliférer :

«Soyez partiaux, écrivait-il. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d’un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d’un côté (…) Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l’enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l’ouvrier contre le patron, pour l’écrasé contre la compagnie d’assurance de l’écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.».

Cette idéologie « Robin des Bois » peut être louable, mais permet trop d’abus, qui ont notamment permis l’explosion de la délinquance d’origine étrangère. Cela dit, on ne peut que se réjouir que les principaux ayatollah de cette inversion des valeurs vont bientôt être expédiés à la retraite. Leurs remplaçants auront, je l’espère, une connaissance un peu plus terre à terre et moins fossilisée de la réalité du terrain. Il serait salutaire d’obliger tous les magistrats quelle que soit leur fonction à faire un stage disons d’un mois minimum dans leur carrière dans une maison de quartier à Villepinte, Bondy ou Gennevilliers par exemple. Mais l’actualité et la radicalisation de chacun va de toute façon accélérer les choses, et nous démontre tous les jours que cette idéologie destructrice et dépassée ne peut pas s’appliquer bien longtemps.”

Joseph Antoine

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi