Boubakeur, sabre au clair, prend d'assaut nos églises

http://www.christianophobie.fr/wp-content/uploads/2015/06/rtl.jpg
Observatoire de la christianophobie : 93 % des Français sont contre.
Dalil Boubakeur, celui qui a déclaré que « tous les musulmans ont les mêmes objectifs, seules les méthodes diffèrent », et qui s’allie à l’UOIF branche des Frères musulmans en France, celui qui pense que les Frères musulmans sont des gens civilisés, alors que l’Egypte les a déclarés terroristes et interdits sur son territoire, celui qui a déclaré en 2011 que l’islam est une idéologie de lutte et d’agression, celui qui a demandé, lors de la rencontre annuelle du Bourget organisée par l’UOIF, que 2500 nouvelles mosquées soient construites d’ici deux ans, celui qui a porté plainte contre les caricatures de Charlie en 2005 (mais cependant défilé le 11 janvier 2015 pour ne pas fâcher), bref, Dalil Boubakeur, recteur de la mosquée de Paris, mosquée sous perfusion algérienne, ne l’oublions pas, président du CFCM jusqu’à fin juin, demande que les églises vides soient transformées en mosquées. Tout cela fait beaucoup pour un seul homme, mais nous commençons à être habitués.
Il faut savoir que le père de Dalil Boubakeur, Hamza Boubaker, a été lui même recteur de la mosquée de Paris, de 1957 à 1982. A cette date, l’Algérie lui a rendu ses biens nationalisés après la guerre d’Algérie, et en échange Hamza Boubakeur aurait donné la mosquée de Paris à l’Algérie, mosquée qui ne lui appartenait pas mais l’Etat français ne s’est pas défendu. Si des églises françaises étaient transformées en mosquées, ne risqueraient-elles pas le même sort ?…
Il y a bien entendu un préalable chez les catholiques avant qu’une église puisse servir à autre chose qu’au culte catholique : elle doit être désaffectée. Il s’agit d’une cérémonie au cours de laquelle l’évêque, revêtu du violet couleur de deuil, déclare l’église désaffectée. Elle est alors vidée de ses objets sacrés. L’église est à nouveau sous la responsabilité de la commune (si elle a été construite avant 1905), elle peut décider de la louer ou de la vendre, et même, de la démolir. Une association propriétaire peut prendre les mêmes décisions. Parions que désaffecter une église pour qu’elle puisse devenir mosquée ne poserait pratiquement pas de problèmes au clergé. Seul le peuple catholique se sentira choqué, offusqué, trahi même, car la plupart du temps il a contribué lui-même à la construction des églises, par son travail physique ou par ses dons, ses privations même, mais qui s’en préoccupera ?…Certainement pas ceux qui organisent des pèlerinages islamo-chrétiens et autres cérémonies surréalistes au cours desquelles on psalmodie le takhbir, cri de guerre.
Il y a certes en France actuellement des églises qui sont vides et cela constitue un problème, surtout financier, à l’heure où nos finances sont au plus bas. Il y a des précédents d’églises qui ont été transformées en mosquées. Ce sont des choses qui en soi pourraient à la rigueur se faire, s’il y avait du côté des emprunteurs un minimum de tact et de savoir-vivre, qui leur fait défaut. Sans parler de Sainte Sophie, qui avec ses minarets ne ressemble plus qu’à un insecte venimeux planqué dans les hautes herbes et prêt à vous sauter à la gorge, on peut parler d’une paroisse de Tours, qui prête son sous-sol aux musulmans. De Clermont-Ferrand, où pendant trente trois ans une chapelle a été prêtée aux musulmans par une congrégation religieuse, chapelle qui a été restituée par la suite mais dans quel état (ce que taisent les rares journaux qui en parlent et la congrégation elle-même), entre autres ses vitraux ayant tous été ôtés car ils n’étaient pas halal. A l’aéroport d’Heathrow, une salle multi-cultes a été confisquée par les musulmans : ils ont fait disparaître les objets des autres cultes, ont refusé de les laisser célébrer, et tout simplement de rendre la salle. Il est risqué de prêter ou confier une église à des gens qui se comportent de manière, disons, indélicate et le mot est faible. Mais c’est le pas qu’un élu FN de Roubaix a franchi sans état d’âme, proposant de lui-même, alors qu’on ne lui demandait rien, qu’on prête une église de Roubaix aux musulmans !
Mais ce qui pose vraiment problème, c’est le sans-gêne avec lequel Boubakeur présente les choses, à l’heure où, en Algérie, des églises sont fermées (dix temples protestants fermés l’an dernier) et où les non-musulmans doivent se cacher pour exercer leur foi. J’ai entendu parler d’ un jeune prêtre à Alger qui doit célébrer la messe pratiquement en cachette, en tout cas le lieu où il célèbre ne doit rien afficher qui puisse déplaire à l’islam, pas de croix par exemple et rideaux bien tirés. Mais l’église de Sartrouville (Yvelines), qui avait reçu un coktail molotov (encore un Vladimir) a été reconstruite sans clocher pour ne pas déplaire : nous sommes déjà sous la loi algérienne.
Ce qui pose problème, c’est cette phrase de Boubakeur : « c’est le même Dieu, ce sont des rites qui sont proches… » Mais si c’est le même Dieu qu’attend M.Boubaker, suivi de tous les musulmans qui sont en France, pour se faire catholique ?…Oui, qu’attendent-ils tous  ?… Mais qu’on se rassure, le Dieu des chrétiens et Allah ne sont pas du tout le même Dieu. Allah déteste ses fidèles et surtout les femmes, qu’il a honte d’avoir créées puisqu’elles doivent se cacher, alors que le Dieu des chrétiens aime ses créatures au point d’avoir donné sa vie pour tous les hommes même non chrétiens, et au point de les vouloir libres de le suivre ou pas, et libres de critiquer. Allah ne donne rien aux musulmans, rien d’autre qu’une soumission d’esclaves et une culpabilité oppressante et invasive, il ne leur donne que du sang et les larmes, et s’ils hasardent la moindre critique, ce sont des hommes morts. Le Dieu des chrétiens donne aux chrétiens les clés d’une vie spirituelle. Rien à voir donc. Les rites sont proches ? Ces rites que sont l’égorgement des moutons dans des fleuves de sang, l’amputation, la flagellation (lors de l’Achoura), et le crime d’honneur  ?… Avec quel rite chrétien peut-on comparer cela : avec le baiser de paix du dimanche peut-être ?…Quant à la lapidation, on peut rappeler à M. Boubakeur que le Christ l’a abolie : l’islam a donc deux mille ans au bas mot de retard sur le christianisme.
M. Boubakeur ajoute que « musulmans et chrétiens peuvent coexister et vivre ensemble ». Ce n’est pourtant pas ce qui se passe en Algérie, où les cent vingt mille kabyles convertis au christianisme sont pourchassés et doivent se cacher, où les chrétiens qui se réunissent, possèdent des bibles ou refusent de faire le ramadan sont condamnés à des peines de prison ferme. La liberté de culte n’existe pas en Algérie. On sait bien que partout où l’islam s’est installé au cours des siècles il a essayé de s’imposer et de supplanter totalement les autres religions. Les chrétiens d’Orient en passe d’être éliminés en savent quelque chose. Les musulmans, écrivait Claude Lévi-Strauss en 1955 dans « Tristes Tropiques », sont « incapables de supporter l’existence d’autrui comme autrui ». Lévi-Strauss parle aussi de ce souci des musulmans de fonder une tradition qui s’accompagne d’un appétit destructeur de toutes les traditions antérieures. Ce qui est exactement du totalitarisme. Et on nous parle de « vivre ensemble » ?…N’oublions pas ce que dit Erdogan : « les mosquées seront nos casernes. » Sans même parler du refus de la démocratie par l’islam.

Ce qui pose problème, c’est de voir M. Boubakeur jeter son dévolu sur les églises : n’est-ce pas prémédité ? Pourquoi les églises et pas les gares désaffectées, ou les usines et autres hangars industriels ou commerciaux qui ne servent plus ?… Il y a là une volonté de l’islam de prendre la place du christianisme, toute la place, de le remplacer. C’est le grand remplacement. C’est la guerre.

Boubaker se comporte comme un conquérant. Qu’il prenne garde, car la moutarde nous monte au nez et nous pourrions bien réagir un de ces jours. Nous, les catholiques qu’on cherche à humilier (l’islam aime bien humilier, il n’y a qu’à lire les forums de la ouma, ils n’ont que ce mot à la bouche, et cela leur vient en droite ligne du coran, qui parle beaucoup d’humilier les ennemis de l’islam ou tout simplement ceux qui n’y croient pas), et plus largement, nous les Français, croyants ou non, qui considérons que les églises font partie de notre patrimoine spirituel, artistique et historique, de notre patrimoine tout court, celui de la grande famille des héritiers de la France de toujours. Heureusement, Mgr Lalanne, évêque de Pontoise, a fermement dit qu’il était catégoriquement opposé à ce que des églises soient transformées en mosquées. Mais qui d’autre ? Pas une seule autre voix pour défendre les églises dans le désert des évêques ? Les évêques sont-ils déjà partis en vacances ?…Allo, Les Barbarin et autres Vingt-Trois ?…Parlez plus fort, on ne vous entend pas. Ah, si, un autre évêque a parlé : l’ineffable Mgr Dubost qui ne perd absolument jamais une occasion de se comporter en dhimmi, annonce qu’il préfère qu’une église soit transformée en mosquée plutôt qu’en restaurant !… Eh bien non, nous sommes nombreux j’en suis sûre à préférer qu’une église soit transformée en restaurant plutôt qu’en mosquée ! Un restaurant, c’est de la convivialité, de la joie. Une mosquée, c’est de l’enfermement, de la radicalisation, et la radicalisation, c’est le malheur assuré pour tous.

Mais voilà que nous apprenons que M. Boubakeur a fait du rétropédalage : son ballon d’essai ayant, quand même, soulevé un tollé, ne voilà-t-il pas qu’il annonce que jamais, non jamais, il n’a pensé à « emprunter » nos églises !… Non non trop tard M . Boubakeur, vous vous êtes une fois de plus dévoilé. Mais une personne avertie en vaut deux : désormais nous vous surveillerons encore plus.

A l’heure où il y a, en France, selon l’Observatoire de la christianophobie, une église par jour agressée, pillée ou profanée par des individus dont il vaut mieux taire l’identité (mais elle n’est un secret pour personne, ce sont tous des Vladimir, ou des « déséquilibrés »), alors que l’an dernier c’était « seulement » une église par semaine, accomplissons un acte de courage : croyants ou incroyants, réinvestissons nos églises. Assistance à la messe pour les croyants, promenade culturelle ou sentimentale pour les autres, allons dans nos églises, et montrons qu’il y a du monde et qu’elles sont à nous. Les églises sont ouvertes à tous et à toutes, contrairement aux mosquées. Les fréquenter à nouveau, ne serait-ce qu’à petite dose, fera, peut-être, reculer la barbarie. Mais cela ne suffit pas. Il faudra un jour chasser les collabos qui squattent le pouvoir.

Le Général de Gaulle ne voulait pas que son village de Colombey les Deux Eglises s’appelle Colombey les Deux Mosquées. Comme on le comprend !

Sophie Durand

image_pdf
0
0