Bouleau n’a fait que son boulot et Zemmour se l’est bien payé !

 

L’ectoplasme Gilles Bouleau, certes bien moins affable que d’ordinaire,  a parfaitement fait son boulot de propagandiste ! Que pouvait-il faire d’autre que d’essayer de coincer Zemmour, avec ses faibles moyens ? Et il est fort à parier que sa « stratégie » fasse école lors d’autres interviews du même acabit…

C’est ici qu’il convient de se remémorer qu’Éric est journaliste politique depuis quarante ans, qu’il connaît fort bien ses adversaires et plus encore, ses confrères… C’est presque eux qui sont à plaindre car il ne va pas les rater, d’ici à ce qu’ils redoutent de le recevoir… Z devenant la terreur des plateaux télé !

Zemmour est un homme efficace, il n’est qu’à observer comment, très rapidement, il a obligé les candidats Républicains à droitiser leurs discours…

À aucun moment il n’a écrasé ou éludé, il affronte encore et toujours. Lors de ce « match » de douze minutes,  c’est le journaliste de TF1 qui perdu la partie. C’était prévisible, tant Éric Zemmour a toujours manifesté une supériorité indéniable dans ce genre d’exercice. Depuis septembre, nombreux sont les propagandistes qui ont tenté de « l’avoir », il ne s’est jamais laissé faire, traitant même Ruth Elkrieff  de folle… Z ose tout et c’est à ça qu’on le reconnaît! Et à la fin de son entretien sur TF1, Bouleau s’est fait ramasser pour ne pas l’avoir interrogé sur son programme, lui faisant ainsi remarquer qu’il faisait mal son métier… Selon Le Parisien : « en quittant le plateau du JT, alors qu’il regagnait sa loge, des témoins ont même entendu le tout nouveau candidat lâcher un « connard » sonore, manifestement à l’adresse du présentateur vedette de TF1 », ce qui est plus drôle encore. Attendu à la sortie par nombres de micros, il ajouté : « C’était une interview de  procureur. Devant les autres, il s’efface, poliment, humblement, parfois de façon larvaire (…) il a voulu faire son malin.« 

Dans « L’heure des pros » sur CNews,  Gérard Carreyrou, ancien directeur de l’info de TF1, a démoli Gilles Bouleau : « J’ai été choqué hier soir en tant que journaliste et plus particulièrement en tant que journaliste à TF1 où j’ai été vingt ans. Je n’ai jamais vu une interview qui était une interview – la première d’un candidat – aussi déséquilibrée. On ne fait pas ça !  » Et d’ajouter : « Ni à l’époque de PPDA, de Claire Chazal, jamais on aurait traité de cette manière. Je me demande pourquoi. Bouleau est un bon journaliste. On avait l’impression qu’il avait préparé une série de mines pour essayer de faire exploser Zemmour ».

Jouant sur les mots, Z dit qu’il n’est plus essayiste, plus journaliste mais candidat à la présidentielle. C’est une bonne formule, un slogan de démarrage… Au-delà de ses idées, qu’il domine admirablement, il demeure un très grand pro, avec une défense hors du commun, sachant parfaitement mettre son contradicteur en difficulté. Pour le vérifier, il n’est qu’à regarder d’anciennes prestations chez Ruquier ou ses débats plus récents, du vendredi soir, sur CNews.

Toutes les campagnes sont des combats et Zemmour en a observé pléthore. Il sait qu’opposants et journalistes seront avec lui pire encore, comme il sait parfaitement où il va et ce qui l’attend. La Une de Match comme celle de Closer n’ont pas dû le surprendre, plus toutes les surprises que nous ignorons mais auxquelles il s’est probablement préparé.

Pour l’humilier, le diminuer, l’on raconte maintes fadaises sur son équipe de campagne, parlant d’amateurisme… Il est normal qu’il y ait beaucoup de jeunes, puisque c’est Génération Z qui a appelé à sa candidature. Ce sont des militants, des « petites mains » actives et très efficaces.

Quant à son véritable staff, si par prudence, il s’affiche peu, grâce à la dernière émission de Livre Noir (3 h), on découvre un certain nombre d’intervenants,  tous de bons niveaux mais pas les plus importants, à l’exception d’Olivier Ubéda, son directeur de communication, qui a orchestré maintes campagnes dont celle de Sarko en 2007. Son témoignage est édifiant et pour les inquiets, très réconfortant (à 1 h 37′).

Concernant Zemmour, nous avons de très nombreuses certitudes, auxquelles nous pouvons ajouter le fait qu’il soit très bien entouré et que la galaxie Z va s’étoffer plus encore de remarquables compétences.

Daphné Rigobert

 

image_pdfimage_print
23

10 Commentaires

  1. « la théorie devient force matérielle dès qu’elle saisit les masses »

    Alors oui le glands remplacement de Camus est devenue force d’influence politique.

    « Les masses ne se laissent convaincre non par les faits, même inventés, mais seulement par la cohérence du système dont ils sont censés faire partie ». Hannah Arendt

    Seulement personne au Boobaland ne donne le pourquoi ultime et l’instigateur du glands remplacement, même pas Zardoz; alors cette théorie repose sur du vide, un effet « naturel » à l’insu de son plein gré en qq sorte…

    « I consider Xi Jinping the most dangerous enemy of open societies in the world. » Georges Soros

  2. ecoutez plutôt ce que dit Carreyrou, trés remonté, au sujet de la tarlouse bouleau

  3. A la décharge de gilles Bouleau, il a peut-être reçu des consignes. Ca on ne le saura jamais évidemment.
    Zemmour attaque le système, donc forcément le système se défend.

    • bouleau n’a pas besoin de recevoir de consignes !
      les photos qui circulent de lui avec macron démontrent clairement qu’il fait partie du cercle des amis proches du dictateur !

      et la deuxxième partie de votre phrase « le système se défend » est exactement le genre de désinformation que fait circuler le système !

      le système ne se défend pas car c’est lui qui attaque en permanence !
      c’est Zemmour qui se ddéfend des attaques du système.

      exemple de tournure de phrase de désinformation :

      « des militaires israéliens ont abattus un homme qui menaçait avec un couteau »

      au lieu de

      « un terroriste islamiste tentant une agression au couteau a été abattu par l’armée israélienne »

      on pourrait croire que c’est la même chose mais pas du tout!

      la première phrase laisse entendre que ce sont les soldats les agresseurs ou qui ont commis un crime !

  4. Tout à fait d’accord avec Kevin Bossuet « l’interview d’un procureur ». D’ailleurs il a du courage ce type, soi dit en passant. Prendre position pour Zemmour, ce n’est pas facile.
    On ne l’a pas laissé parler de son programme, mais c’était voulu.
    Peut-être aussi que Bouleau a obéi aux ordres, ça on ne sait pas

  5. un journaleux aux ordres ! zemmour fait la preuve qu’il est l’homme à abattre, le seul qui fasse peur

  6. bouleau, le lèche botte qui dit tout le temps « le président macron … » quand il parle de l’autre de l’elysée …. tout est dit !

  7. Et tout ces pseudos journalopes se disent FRANCAIS , vivant dans un pays démocratique , ou soit disant la liberté d’expression est un soit disant droit , ou nous sommes soit disant dans la pays des « droits de l’homme » .Je suis scandalisé de constater que RIEN n’y fait . Seul compte pour toute cette pseudo « bien pensance » de démolir celui qui ne pense pas comme eux , honte a eux ,ils ne méritent pas de se dire FRANCAIS .J’exècre au plus haut point ces petites gens et notamment le « Bouleau » .

  8. Bouleau applique le système du maître et du peuple et ça c’est insupportable ! Quand vous allez chez un avocat, assureur, médecin, notaire, autres et qu’on vous dit : » vous pouvez vous asseoir  » sauf que tout le temps votre siège est plus bas que le type qui vous invite ! Sachez que le mortel qui a un siège plus haut n’en fait pas un être supérieur, il vous signale que c’est lui le patron ! Où est le mot égalité là-dedans ? Quand le siège est à la même hauteur le maître a l’intention de s’occuper de votre cas ! 😇

Les commentaires sont fermés.