Bouleversant : une veuve de 24 ans parle du suicide de son mari paysan


La lecture de ce livre de Camille Beaurain et Antoine Jeandey (1)  laisse le lecteur aussi triste que révolté. L’auteur décrit simplement, avec des mots et un style justes dont la sobriété même participe à provoquer ces sentiments, comment on peut aujourd’hui encore travailler dur avec persévérance, être digne et honnête, responsable et prévoyant, enthousiaste et lucide, courageux et assidu, et pourtant en arriver au suicide lorsque toutes ces qualités des hommes et des femmes de la terre sont anéanties par la bêtise, l’indifférence, le mercantilisme institué en raison sociale.
« Notre monde est devenu fou, il tue les paysans qui l’alimentent. »
Dès le début du livre, le lecteur s’imprègne du quotidien des agriculteurs avec ses contraintes régulières et sans trêve, ses obligations ni négociables ni modifiables, ses imprévus surchargeant le travail physique en plus des soucis financiers et administratifs. Vivre aussi sa vie ordinaire avec tout cela est difficilement imaginable – et ceci n’est pas une dérision – pour un citadin-bureaucrate-salarié. Il est sans doute totalement inimaginable pour ces gauchistes-végans-rêveurs prétendant refaire le monde depuis le quartier de Saint-Germain-des-Prés ou sur les voies sur berges parisiennes devenues des promenades tandis que les conducteurs qui travaillent se lassent dans les embouteillages en étant accusés de produire de la pollution.
Le texte amène à une courte intrusion dans la vie familiale du mari de Camille, lui qui se suicidera faute d’avoir obtenu une aide bancaire qui n’aurait certes pas représenté pour la banque autant de risques que ceux pris par ses traders dans des opérations à donner le vertige. La famille ne se montre pas généreuse avec le fils, restant propriétaire de l’exploitation et ne lui accordant qu’un fermage en droit duquel elle agira comme avec un inconnu, après lui avoir revendu le matériel au prix fort, le rendant dès le départ tributaire de la banque jusqu’au jour où…
Les nombreuses pages consacrées à la vie à la ferme amènent bien des réflexions, comme par exemple ces accusations répétées de pollution des sols et de l’air même en respectant les normes nombreuses et sujettes à variations permanentes. Malgré les contraintes qui, pour fastidieuses qu’elles soient, sont vécues et partagées avec autant d’amour que d’harmonie par ce jeune couple, on lit les soins prodigués avec une grande attention aux animaux auxquels la ferme est consacrée. Comme quoi l’élevage n’est pas forcément synonyme d’exploitation outrancière, d’indifférence ou de maltraitance. N’en déplaise aux petits bourgeois qui rêvent de revoir et corriger l’alimentation de l’humanité consommant de la viande depuis la nuit des temps. Certes des maltraitances animales ont été démontrées, non pas dans la ferme de Camille mais dans des exploitations industrielles tenues par des êtres sans âme, obéissant à des critères économiques, profitant de l’aubaine de méthodes d’abattage importées par des doctrines étrangères proliférant dans l’indifférence de ceux qui devraient faire respecter la loi et que nous payons pour cela.
Arrivent les lignes où l’on voit s’installer le mal, le stress, les craintes irraisonnées se mêlant aux appréhensions justifiées, le manque de sommeil et d’appétit, les visites médicales à répétition, les troubles relationnels s’ajoutant à la fatigue physique de journées de travail longues de deux fois celle d’un salarié ordinaire. Un burn-out dont on ne peut pas se libérer avec un arrêt de travail signé par le médecin : qui donc va faire le faire, ce travail ? Ainsi le mari de Camille fait-il son labeur sans discontinuer, tandis qu’elle l’aide alors même qu’elle a aussi un emploi extérieur permettant de se nourrir et de finir le mois. Qui envierait telle situation ? Pourtant, elle est le lot de milliers d’agriculteurs. C’est pourtant à eux – et aux marins pêcheurs – que nous devons tous d’avoir à manger dans notre assiette, pas seulement parce que nous payons à la caisse (2). Voici pourquoi un agriculteur se suicide tous les deux jours, une hécatombe se multipliant dans l’indifférence des foules, des médias et des politiciens. Et des banquiers aussi ; que mangeront-ils, ceux-là qui décident de la vie et de la mort, quand il n’y aura plus d’agriculteurs ? Le film de Édouard Bergeon sorti en salle à la fin de l’année dernière témoigne aussi de cette réalité (3).
Un chapitre est consacré aux banques et aux coopératives. Les banques, ces puissantes structures se voulant séduisantes avec leurs beaux arguments parlant de bon sens ou de bons esprits dans leurs vitrines, mais qui en fait surexploitent le travail paysan. Les coopératives, ces entités censées favoriser le développement agricole mais qui peuvent devenir au fil du temps l’unique créancier, fournisseur et client d’un agriculteur tout en permettant à quelques-uns d’accéder à des situations aussi confortables que rémunératrices (4).
Puis arrive le jour… où une jeune femme de 24 ans trouve son mari pendu dans une grange. On est avec elle et on voudrait remonter le temps. Il paraît que c’est suspect de déplacer le corps ! Mais quand on trouve son amour pendu, on le laisse comme ça ou on essaie de le ranimer ? Les administrations emploient de ces expressions ! Quant à la mutualité agricole, il ne faut pas trop lui en demander, elle qui se prétend sociale dans son nom… Voilà comment Camille se retrouve seule, démunie, presque accusée et en tout cas délaissée par ceux-là mêmes qui devraient être les premiers à lui venir en aide. Fort heureusement il reste l’humanité des humbles, de ceux qui ne demandent rien et qui font en silence. Ceux-là que le pouvoir politique méprise, que ce qui nous sert de président insulte, que des flics sadiques frappent et mutilent sans scrupule. Ils sont là, simplement.
Le récit se termine par une lettre d’amour adressée à son mari par Camille. Elle y cite le cas d’un autre agriculteur qui, trois jours plus tard, a anéanti sa famille avant de se donner la mort. Elle remercie son mari de l’avoir laissée en vie, de lui permettre de témoigner de la réalité du monde agricole qui n’est pas celui du salon de l’agriculture, loin s’en faut, d’où le titre du livre.
Elle témoigne donc avec cet ouvrage fort bien écrit dont la lecture ne peut qu’interpeller la conscience des justes et des hommes de bien. C’est pourquoi cet article a été écrit, afin de faire connaître son livre et que le plus grand nombre possible se le procure, le lise et le fasse lire, comme pour le livre de Fiorina Lignier (5). C’est bien le moins que nous puissions faire par solidarité, en mémoire du mari de Camille et de tous ceux que le système actuel et l’indifférence ont tués. Cet acte de simple humanité solidaire apportera selon les uns et les autres connaissance ou même révélation, reconnaissance et réconfort, et pourra participer à la prise de conscience vitale et urgente qui nous est nécessaire à tous et maintenant.
Daniel Pollett
(1) Tu m’as laissée en vie, Suicide paysan – Veuve à 24 ans
Camille Beaurain et Antoine Jeandey, Éditions du Cherche-Midi, 116 pages, 2019.
(2)  Camille Beaurain a souligné cette réalité lors d’une récente émission télévisée :
Ça commence aujourd’hui, émission du vendredi 28 Février 2020,
animée par Faustine Bollaert sur la chaîne France 2.
https://www.france.tv/france-2/ca-commence-aujourd-hui/1265705-ca-commence-aujourd-hui.html
(3)  Au nom de la terre,  réalisé par Édouard Bergeon, produit par Nord-Ouest Films, France, 2019.
(4) Voir cet article à propos du directeur de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) :
https://resistancerepublicaine.com/2020/02/25/macron-au-salon-de-lagriculture-avec-faurax-directeur-de-la-fnsea-qui-gagnerait-13400-euros-mensuels/
(5) https://liguedumidi.com/tir-a-vue-la-repression-selon-macron-1/

image_pdf
0
0

54 Commentaires

  1. nous savons cela depuis plus de 100 ans c est pourquoi il faut arreter d ecrire et de déblaterer…et de demander de l argent aussi ,…fermez votere gueule met agissez vous etes entrain d expliquer aux nazis ou a staline ou a gensis khan attila que c est pas bien ce qu ils font … cela fait 10 ans 1que vous écrivez alors que vous dormiez depuis 1962… vous n avez rien vu venir ? merde avec le dialogue euro arabe de VGe estaing ? avec Oriana Fallaci ? si demain vous etes islamisés c est parce que vous vous serez couchés

  2. Bordel !. cette article est sencé nous faire pleurer ?…c’est une plaisanterie vos agriculteurs ne vote que pour les subvention de l’union des des traites européistes..racketté aux peuples heleno-chrétien blanc
    La nations le pays ils n’ent non strictement rien à foutre …ils onts toujours voté pour la mondialisation de l’union des traitres européistes……c’est part leurs vote qu’ils se suicide…comme les flics qui se suicide
    A cause de la pression hiérarchique et des conditions misérables….sa ne l’est empêche pas de tabassé d’ebornier de mutilé les français qui dénoncent et ose résisté à cette politique de haute-trahison !
    Et bien moi sa me dérange pas qui se suicide… ( qu’ils le fasse en silence )
    ..la lois de la nature élimine toujours les tarés dégénéré non Viable !

  3. les suicides n’arriveront plus s’ils réussissent (comme le prince de Monaco) à rester entre grands propriétaires terriens (comme avant dis donc! )
    propriétaire oui, travailleur de la terre ,non .
    de gentils immigrés ou FDS sans terre payés à la tâche pour faire le boulot, c’est l’avenir.
    ils manifesteront, mais ne se suicideront plus…
    Et les subsides européens , ils vaut mieux les donner à des gens sérieux, non ?
    le bio les agacent, mais si les prix de la terre à l’hectare s’envole…les vilains feront très bien aussi le bio pour leur maitre…

  4. Vous ne parlez pas de l’INRA : ces « ingénieurs » qui ont inventé les poulets en batterie, les veaux arrachés à leur mère, les cochons sans queue, les truies immobilisées, les vaches sans cornes ou décornées n’importe comment, les multi antibiotiques pour tous ces pauvres animaux si malheureux entre deux barres de métal, hors sol, ces hangars qui font peur et qui sont vendus si chers…
    J’en veux à mort à ces pourritures d' »ingénieurs » qui ont pourri le milieu agricole.
    Cavalière et ancienne propriétaire de chevaux, j’ai longtemps vécu au milieu des élevages de bovins, de chevaux, des champs de maïs, de blé, etc. Les paysans qui sont restés fidèles à la nature, loin des connards de l’INRA, s’en sont mieux sortis et les animaux aussi.
    INRA = HONTE !!!

    • je n’ai jamais acheté le moindre fruitier issu de leurs recherches.
      et je ne constate pas une grosse différence avec des voisins pro inra .
      sauf qu’eux ils traitent…et tentent péniblement la « lente conversion bio »
      S’ils ne traitaient pas, je n’aurais pas à rougir de mes vieilles greffes venues de loin. (sourire)

  5. Quand j’ai lu votre article monsieur que je ne connais pas, j’ai décidé de laisser pisser puis finalement j’ai changé d’avis.
    C’est un concentré de clichés tous plus niais les uns que les autres agrémenté de l’inévitable saillie au sujet des « végans de St-Germain » et toutes les conneries qui vont avec pour soutirer une larmichette au lecteur qui gobera ça sans sourciller !
    La vérité, monsieur que je ne connais pas, c’est que Vous ne connaissez rien du tout ni de la cambrousse, ni du monde « abominable » des pecnauds et le gugus de St-Germain ou de St-Miche, c’est vous !
    Qu’on soit pécore, flic ou épicier, on doit faire face aux emmerdement avec une bonne grosse paire de couilles quand on est un Homme et pas une lavette !

    • On se defait pas de la merde en se flingant quand on a du monde autour de soi, c’est juste ne rien avoir dans le froc une attitude comme ça !
      Maintenant si vous voulez, moi je vais vous y emmener voir les montagnes de merde que les pecnauds laissent partout, les centaines de litres d’huile moteur ou hydraulique qui finissent dans la nature, le bétail si tellement choyé qu’il en a parfois les yeux crevés, les castrations à vif pass’que ça coûte moins cher etc etc, alors svp, arrêtez de dire des conneries affligeantes après avoir lu un bouquin pondu par une pauvre nana qui a juste fait l’erreur de se coller avec une tâche, merci !
      Le monde des pecnauds est un monde de fourbes et de roublards et y’a plein de gens qui en chient grave, urbi et orbi, pas que les ploucs, désolé !

  6. Je me tue à essayer d’expliquer sur ce site que l’islam n’est pas le seul problème de notre pays, qu’il n’est qu’un problème parmi d’autres, mais que tous trouvent leur origine dans une seule et même chose : ces gens, ces traîtres, qui nous gouvernent.
    Nous ne réglerons aucun problème – pas celui de nos agriculteurs que les autres – si nous n’attaquons le mal à la racine : c’est une révolution contre l’état qu’il faut, plutôt qu’une révolte contre les museaux.
    Les museaux, on s’en occupera en temps utile. Mais il y a plus urgent.

    • Surtout ne vous stoppez pas dans votre élan : tuez-vous et bon débarras..!!
      Cela vaudra toujours mille fois mieux que de vous entendre pérorer bassement  » que l’islam n’est pas le seul problème de notre pays, qu’il n’est qu’un problème parmi d’autres  » ..
      Car que je sache les agriculteurs français n’ont pas assassiné et égorgé comme certains musulmans l’ont fait dans des attentats terroristes, près de 300 personnes depuis 2012 , à commencer par le bon musulman Mohamed Merah, qui a massacré plein de petits enfants de 5 ans à 8 ans, dans une école primaire de Toulouse Paix à leurs Âmes !!

    • Ah bon ?
      C’est bizarre, c’est la première fois que j’te vois !
      T’es arrivé quand ? Samedi dernier ?
      Ah ben c’est pour ça alors, on est que lundi soir, enfin pardon, mardi matin depuis 5 mn…

      • @la_Soupape : Encore qui prend sa vessie pour une lanterne, car il n’a même pas capté que je suis depuis 2007, l’un des 1ers contributeurs de RL..

  7. Mais comment avec autant de QE (quantitative easing), il n’y a pas quelques euros pour l’Agriculture, non je déconne 30/60 milliards d’euros/mois, il n’y en a pas assez pour tout le monde, surtout pour la plèbe.

  8. Vous vous demandez ce que nous mangerons lorsque la paysannerie française aura disparu? C’est pourtant simple: des viandes bourrées d’hormones, des végétaux bourrés d’OGM, venus soit des pays d’ex Europe de l’Est, soit du continent américain (traité CETA oblige). Le tout sera retraités avec de bons produits chimiques purs et permettra de gaver les actionnaires de l’industrie agro-alimentaire.
    Il est temps de comprendre que dans l’Europe voulue par les mondialistes, chaque ex-état doit être spécialisé. Aux Allemands l’industrie haut de gamme, à l’ex Europe de l’est un peu d’agriculture. La France doit devenir un gigantesque parc d’attraction et un bordel, un peu comme l’était Cuba à l’époque de Battista

    • Notons au passage que cette spécialisation de la France correspond trait pour trait à ce qu’avait prévu Hitler pour elle, après la guerre : un pays utile pour la mode, le tourisme… Et que c’est encore à peu près comme cela que les allemands voient la France aujourd’hui !

      • Vos propos c’est du grand n ‘importe quoi !! C’est par sur RL que vous réglerez vos complexes de dernier de la classe.. ..
        En fait ,Hitler avait prévu de faire de la France , un grand pays tourné vers uniquement l’agriculture, alors que l’Allemagne se serait enorgueilli d’être la plus puissante Industrie du monde ..CQFD

  9. Franchement j’en ai la larme à l’œil,
    Pour Antoine,
    Pour Camille,
    Pour tout ces travailleurs de la terre.
    J’ai la rage contre tous ces salopards de politiciens et ces saloperies de banques,
    J’ai honte pour le comportement de la famille de ce pauvre homme, la « famille », tu parles.
    Mille fois merci pour ce superbe billet que je trouve superbement bien écrit.
    Cordialement

  10. Alors pourquoi lors du salon de l’agriculture ils accueillent avec le sourire les gouvernants qui viennent y faire les beaux, même pas un tas de fumier pour les accueillir…

    • Ben pass’que c’est des suceurs de croupions, des lèche-culs si tu préfères.
      Faut les comprendre aussi, les « sub », la PAC, la chasse (sont pratiquement tous chasseurs les pecnauds), les prêts à taux 0 sur 25 piges et tout le merdier, ça vaut bien une p’tite feuille de rose de temps-en temps hein !

  11. Et le président de la FNSEA leche le cul du traître de moncon avec un con pareil les pauvres paysans ne risquent pas d’être défendus.

  12. Très triste, mais quand même, les paysans français comme les autres veautants franchouillards, qui élisent-ils majoritairement depuis quarante ans et comment vont-ils se comporter aux prochaines élections?
    Selfies il y a quelques jours, tas de fumier devant les préfectures demain.
    Ainsi se comporte le gaulois depuis des lustres.

  13. Hélas , l’agriculture ( que j’ai bien connue puisque j’en sors ) est aux mains des mafieux de la FNSEA , syndicat complice de tous les pouvoirs depuis 60 ans .
    Pour en sortir , il conviendrait de dynamiter ce syndicat totalitaire ayant mis la main sur tout ce qui compte : chambres d’agriculture , système coopératif , système bancaire ….
    Syndicat pro mondialiste à outrance , ayant orienté les productions devenues industrielles vers l’exportation , TOUJOURS favorable au libre échange et aux traités commerciaux .
    Ces mafieux font la misère aux petits paysans qui s’accrochent à une agriculture familiale et mesurée ; ils souhaitent et orchestrent leur disparition , pour plus de concentration des terres ; ils ne représentent que 10% de la profession , mais organisent le bal à leur profit .

    • Ok Job, où se trouve le siège de cette merde mafieuse ?
      Et les agences sont à repérer pour définir l’action.
      Vous avez raison, il faut dynamiter cette institution de mafieux.
      Don directeur s’empoche 13400€ mensuel…. ! Il va les vomir ses sous volés aux petits agriculteurs.

  14. Les paysans effectuent un travail considérable pour gagner pour ainsi dire une misère. Certaines petites exploitations ont un salaire dérisoire. Les supermarchés sont de magnifiques exploiteurs…

  15. Cela pourrait’il étre possible de crée une association de la loi de 1905 pour venir en aide aux agriculteurs dans le besoin car donner 1 euro ou 5 euros c’est rien pour des personnes qui nous font vivre pour manger,attention du sérieux,cela est t’il possible.

    • Commence d’abord par regarder c’que t’achètes, ça sera déjà pas mal et pour ta cagnotte, ça sera sans moi !

      • @La_Soupape : Encore un qui prend sa vessie pour une lanterne !!
        ( Proverbe ZEN) ..

  16. Au lieu de vendre …. et chercher un autre emploi …
    ils se suicident dans des conditions horrible MAIS ils ont pensés Qui va le découvrir ?? ils le savent bien !!!
    Ils veulent Marquer a vie la vision terrible qui hantera jour et nuit !!!
    Partir et laisser tout les problemes aux femmes /enfants !!
    d autres on plus de problemes et santé familles , mais levent la tete !!!

    • Déjà, même la propre famille les a plombé financièrement…
      C’est une bande d’Encules.

  17. Déjà, sortons de l’Europe, et se sera bien mieux pour nos agriculteurs.

  18. Au lieu de foutre notre pognon par les fenêtres en nourrissant et en logent à l’hôtel les merdes d’immigrés, les gouvernants feraient bien de s’occuper d’abord de nos paysans dont on a tellement besoin et qui pour certains ne gagne pas leur croûte. Charité bien ordonnée est de commencer par soi-même. Révolution

  19. Une cousine de mon épouse s’est retrouvée dans cette situation lorsque son agriculteur de mari s’est pendu. Mais cela n’intéresse personne et surtout pas les végan et autres végétaliens intégristes qui tiennent la UNE de l’actualité. Quant aux banques, TOUTES les banques, elles n’ont de cesse de nous expliquer que NOTRE argent LEUR COÛTE CHER !

  20. Je suis ému et non moins triste de voir ce monde paysan dépérir, et ce, avec l’assentiment et la collaboration de nos chers politiques !!!!

  21. les banques qui font d’immenses bénéfices sont très regardants avec les petits !
    les services sociaux très généreux avec les migrants et les « quartiers » sont très chiches avec les paysans !
    quel drole de pays où ils préfèrent les autres aux notres

    • c’est triste ce sont des collabos qui payeront un jour, comme les collabos avec les nazis .

      • Toute dictature se termine un jour. Or, entre-temps, elle aura été responsable de millions de misères…

    • Pendant ce temps, à Moulins, Châteauroux et ailleurs, le Crédit « Agricole » se permet de reconstruire à coups de millions d’euro des bâtiments administratifs qui étaient loin de tomber en ruine. Cette Banque est abominable.

      • À Clermont-Ferrand, le C.A. refait entièrement son siège régional. Les travaux sont colossaux. Et comme vous le dites fort justement, ces bâtiments étaient loins d’être vétustes…

        • Eh oui, on préfère conserver une façade de béton et de plaques émaillées en mémoire de deux individus et laisser dépérir des milliers d’agriculteurs français, bien vivants et en souffrance, eux !!!!…… Le Crédit Agricole injectera autour de 40 millions d’euros dans son siège social (article du site http://www.7joursaclermont.fr, édition du 03/12/2019 00:16). Le sens des valeurs et des priorités, sans doute.

    • Ceux qu ils faut virer,tout d abord est de sortir,de l unite Nation,est de l Europe,car ces eux les coupables.J habite l Australie depuis 50 ans,et nous avons les memes problemes,les paysans qui ce suicide,1 tous les 2 jours.
      Les feus de brousse qui ont etaient une catastrophe,la population,a recoltes 150 millions de $,qui devaient etre pour ,reconstruire.L argent a etait donner a a la croix rouge,et elle a donner 10 millions,sur les 150?

  22. Les banksters ont tué le monde paysan et la désertification s’accelere . Le paysan qui mettait le fruit de son dur labeur sous le matelas etait a éliminer pour que les parasites puissent derriere leurs bureaux bien se goinffrer . Je ne souhaite pas la guerre mais parfois je souhaiterais revoir ce que ma mere a vu en Vendée en 42 époque ou les craneurs venaient des villes se mettre a genoux dans les villages pour une livre de beurre et une douzaine d’oeufs….moins arrogants a l’époque !!!

    • que les paysans leur vendaient à prix d’or. ou qu’ils réservaient aux Allemands.

      • Les allemands avaient a leur disposition des tikets de réquisition et se servaient chez le paysan au prorata de l’importance de la ferme ….oui il y a eu des paysans collabos tout comme il y a eu une grosse partie du monde du spectacle qui fricotait avec les nazis ….si vous le voulez je peut vous joindre le lien de la liste de celles qui se pavannaient au bras des frisés sur l’avenue des champs élysée pendant que des paysannes avec un mari prisonnier se tuaient aux durs traveaux des champs pour nourrir sa famille et souvent tenir en vie les résistants

    • oui Dupond1 oui nous avions besoin de ces personnes , et maintenant a cause des livraisons étrangères dans les super marché nous en sommes là c’est un désastre

      • En Auvergne, œufs, lait et viande de bœuf, pour ne citer que cet exemple, nous viennent d’ailleurs, pour ne pas dire de la C.E.E. C’est peut-être un mauvais exemple, dans le fond. Quoi qu’il en soit, je fais en sorte d’acheter Français…

    • parfaitement juste, la seule différence, c’est qu’à l’époque l’occupant -pas si cons-, respectait les agriculteurs… peut-être pour sa gueule, mais ils respectait. Alors, que maintenant, un tas de connards, prétendent diriger ça depuis Paris avec la complicité de Bruxelles et ils massacrent ceux qui les font se bâfrer !

      • Nous somme rendus au point de nous demander si nos politicards corrompus ne sont pas plus nos ennemis que les allemands ne l’étaient….il est impossible de trouver dans nos livres d’histoire des rois qui ont laissé le pays se faire envahir avec autant d’indifference ….je dirais meme avec une telle complicité . Beaucoup de nos « zélites » essayent de se blanchir en noircissant Pétain alors qu’a coté d’eux il n’etait vraiment qu’un petit joueur

      • Mes grands-parents ont été résistants, et malgré leur aversion pour les boches, ils reconnaissaient que ces personnes étaient relativement correctes. Parmi les officiers, beaucoup d’aristocrates. Bref, l’Europe devait garantir le plein emploi pour tout-le-monde et davantage de justice. On peut s’apercevoir du résultat !! Le coût de la vie n’a jamais été aussi élevé…

        • Tiens c’est marrant ça, quand JMLP a dit que la guerre en France n’avait pas été totalement inhumaine, ça a fait un giga scandale…

    • Effectivement, il faudrait de nouveau une guerre … Mais le Coronavirus fait le même travail.

Les commentaires sont fermés.