1

Bourdin et Camélia Jordana n’ont vraiment pas à nous faire la morale !

Il a bien raison de rire au nez des auditeurs qui l’écoute religieusement.

La petite bourgeoise Camélia Jordana dit avoir peur de rencontrer un policier et se fait la porte-parole d’une banlieue « terrorisées » par la Police, et dont les habitants se feraient « massacrés » par celle-ci !

Une banlieue qu’elle n’a jamais vu de près par ailleurs, puisque fille d’une grande famille bourgeoise, (Maman thérapeute, papa chef d’Entreprise dans le BTP) et vivant dans une résidence huppée du sud de la France, comme nous le dit Patrice Quarteron dans sa vidéo. (Source)

Voici Jean Jacque Bourdin le « chevalier blanc » de RMC qui se fait gauler par les pandores pour excès de vitesse, et dépassement de la règle des cent kilomètres de son lieu de domicile.  Le chevalier à l’Audi 6, va devoir repasser à la machine pour rester blanc, et pour continuer à écouter sans rire, les plaintes de ses auditeurs payés aux SMIC qui croient encore à sa rigueur et sa droiture ! 

Les gendarmes de :

Image

Ces deux exemples nous démontrent s’il le fallait que nous sommes bien les couillons de la farce ! Une élite journalistique, politique, et artistique estime qu’elle n’est pas concernée par les mesures qu’elle réclame à cors et à cris par ailleurs et qu’ils justifient souvent à longueur d’émissions.

Le fameux « faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais ». Jean Jacques Bourdin ne cesse jamais, chaque jour, de faire la morale à tout le monde et d’agir en Fouquier-Tinville des salons, à la moindre occasion, lorsqu’il a en face de lui, un représentant identitaire et souverainiste.

Il utilise la moquerie, le cynisme, le doute, la rhétorique habituelle pour démonter son invité du moment avec lequel il ne partage pas les vues politiques ! Il regarde son interlocuteur avec suspicion, fait des mimiques assassines, interrompt les réponses,  analyse les propos sous son optique, et affirme qu’il ne fait que son travail, et qu’il n’a aucune idée préconçue. Seuls les idiots peuvent croire ces fadaises.

Tout homme et toute femme a ses opinions et il est difficile d’en faire abstraction. C’est une prouesse d’arriver à les mettre en retrait et de mener un débat en toute objectivité. Un vrai talent que n’a pas/plus Jean-Jacques Bourdin. Il s’étonne encore, que certains refusent de le rencontrer !

Il aurait eu une « dérogation » pour s’évader de son domicile. Étonnant !

Le virus serait donc sensible aux dérogations préfectorales, ou gouvernementales, et de fait, ne contaminerait pas les personnes que Bourdin aurait pu rencontrer.

Aurait-il été soigné chez le Professeur Raoult, ainsi que sa femme Anne Nivat, qui en profite pour faire savoir le nom du gendarme qui a verbalisé son vertueux mari ! Une curieuse méthode chère Anne, que celle de la délation d’un membre de la gendarmerie sur les réseaux sociaux. Curieuse vision d’une défenderesse de la cause humaniste, et qui dénonce à la vindicte populaire, un gendarme qui ne faisait que son travail. A quand la divulgation des noms de policiers, de gendarmes, de douaniers qui interviennent sur les trafics divers et pas seulement sur la route, dans vos futurs tweets ?

Jean Jacque Bourdin aurait eu une « dérogation » ! Par qui ? Pourquoi ? Au nom de quoi ? Qu’est-ce qui pourrait motiver une telle dérogation permettant à un citoyen comme tout le monde, de ne pas obéir aux règles sanitaires imposées pour tous ?

Jean Jacque Bourdin peut friser les 200 km/h et se faire le chantre du 80 km/h sur son antenne sans que personne ne trouve rien à y redire, surtout pas sa femme et ceux qui lui ont permis de « déroger ».

Qui est donc Jean Jacque Bourdin ? Quelle est sa fonction si ce n’est le porte-parole d’un pouvoir macroniste avec lequel il entretient de bonnes relations !

Nous sommes bien dans le nœud de ces privilégiés hors sol qui s’estiment absous d’obéir aux lois et règles ! Les mêmes qui s’offusquent en public, des zones de non-droit dans des quartiers entiers hors république. En fait, eux comme les voyous des quartiers, sont hors sols, hors la loi commune à chaque citoyen. Seuls les citoyens d’en bas comme disait Raffarin, les sans dent de François Hollande, les ligueurs et autres graines de fascistes comme le disait le branleur Benjamin Griveaux au sujet des gilets jaunes, sont priés d’obéir, de se confiner, et surtout, de fermer leurs gueules.

Cet épisode Covid 19 a été riche d’enseignements pour tout le monde ! Il a souligné les différences de statuts en fonction des origines sociales face à la machine judiciaire et policière.

Je remercie chaleureusement ce gendarme qui a fait juste son boulot contrairement à ce pense Anne Nivat dans son tweet pour le coup dégueulasse, et digne des heures les plus sombres.

Gérard Brazon