1

Braun se fout de notre gueule : faut pas dire « fermeture des urgences »…

C’est comme pour le terrorisme, faut pas dire « c’est l’islam », faut pas dire « c’est le djihad », juste que le décapité a eu la malchance de croiser la route d’un « déséquilibré ».

Pour Braun, la porte fermée des urgences c’est juste de la régulation : « Il n’y a pas de fermetures des urgences », a-t-il indiqué sur BFM, tout en appelant à cesser d’utiliser ce terme « qui fait peur ».

Dites cela au quidam qui est en train de faire un AVC… je régule, tu régules, Braun régule. Macron assassine. Mais, surtout, n’ayez pas peur !

La situation des urgences, en France, est catastrophique. 90 % des services manquent de personnel et médical et non médical… En juillet 13 % des services ont bien FERMÉ pendant plusieurs nuits et 8 % ont même fermé jour et nuit !

À l’hôpital de la Timone, à Marseille, des patients doivent attendre 20 h sur un brancard… aux Urgences ! Et c’est partout pareil, dans la France entière !

Qu’a trouvé Braun pour débloquer la situation ? La réintégration des soignants non vaccinés ? Vous rigolez. Juste d’imposer le passage par le SAMU pour être accepté aux urgences… ce qui n’empêche en rien les gens de débarquer aux urgences ! Qui ne peuvent pas, déontologiquement, les renvoyer chez eux, au risque de passer à côté d’une véritable urgence. Et par ailleurs le SAMU est lui aussi débordé…

Mais le gros Braun s’en fout. Il se gonfle d’importance et ne veille qu’à son image et à celle de Macron. Crevez, crevez, bonnes gens, on s’en tape !

Cependant, il devrait se méfier. Même le suce-Macron France-Info le dit et relaie une étude « accablante sur la situation des services ».

À l’heure où d’aucuns fustigent Darmanin qui en ferait trop sur Iquioussen et l’immigration, le soupçonnant de vouloir être calife à la place du calife en 2027 et surtout de contribuer au rejet de Macron, ça sent la fin de règne…

Christine Tasin

https://resistancerepublicaine.com/2022/08/06/braun-se-fout-de-notre-gueule-faut-pas-dire-fermeture-des-urgences/