Brexit : contrairement à Sarkozy, Teresa May respectera l’avis de son peuple

Publié le 30 janvier 2019 - par - 21 commentaires - 897 vues
Share
Theresa May devant les députés de la chambre des communes le 29 janvier.​.
On peut ne pas aimer Theresa May, on a le droit de ne pas aimer les Anglais, « nos ennemis de toujours », qui ont pourtant été à nos côtés en 14-18 et en 39-45, mais nul ne peut nier le fait que la Grande-Bretagne soit une très grande démocratie.
.
Envers et contre tous, Theresa May ne reviendra pas sur la volonté du peuple de quitter l’UE. Et c’est tout à son honneur. Le peuple veut le Brexit et il l’aura. Un référendum populaire, ça se respecte !
.
Pas question de redistribuer les cartes. Il n’y aura pas de deuxième référendum, quelles que soient les peaux de banane glissées sous les pieds des Anglais par Bruxelles, qui tremble à l’idée qu’un succès du Brexit pourrait avoir un effet domino fatal à l’UE.
.
Quand on voit avec quel mépris Sarkozy a traité le peuple français, qui avait dit « non » à la Constitution européenne en 2005, on mesure à sa juste valeur ce que signifie l’expression « peuple souverain » de part et d’autre de la Manche.
.
Quand on voit avec quelle désinvolture Macron s’est assis sur le référendum répondant « oui » à la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, piétinant au passage 178 décisions de justice favorables au projet, on comprend que la démocratie vue de l’Élysée n’est  qu’un mot vide de sens.
.
D’ailleurs, en pleine crise des Gilets jaunes, Macron n’a rien trouvé de mieux que de signer en catimini le Pacte de Marrakech que les GJ rejettent, ainsi que le Traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle, qui liquide le peu de souveraineté qui reste à la France.
.
Ces deux traités étaient en gestation depuis un an. Mais Macron a imposé l’omerta sur les deux projets, mettant le peuple français devant le fait accompli huit jours avant la signature ! Une ignominie de plus. Macron est un contre-modèle de démocrate, bien aidé par une presse subventionnée et aux ordres.
.
Theresa May souhaite donc renégocier avec Bruxelles, puisque le 1er accord a été jugé trop favorable à l’UE par les députés brexiters.
.
.
Car le pire pour tout le monde serait une sortie sans accord le 29 mars 2019.
.
Ce qui coince, c’est la frontière irlandaise entre le Nord et le Sud.
.
Afin de ne pas rétablir de frontière, le 1er accord prévoyait que le Royaume-Uni reste dans une union douanière avec l’UE. Ce que les hard-brexiters refusent.
.
Le temps presse et Theresa May va tenter de renégocier avant le 13 février, date à laquelle un nouveau vote du Parlement doit approuver le nouvel accord, si nouvel accord il y a. Un accord qui serait accepté  à la fois par les députés brexiters et les pro-européens.
.
Évidemment, Macron ne l’entend pas de cette oreille.
.
Ennemi juré des populistes et des eurosceptiques, il vient de déclarer que « l’Accord de 585 pages actuel, était le meilleur possible et n’était pas négociable ».
.
Il est clair qu’à Bruxelles, Berlin ou Paris, il n’est pas question de donner un coup de main à Theresa May pour la sortir du bourbier.
.
Plus c’est difficile pour les Anglais, plus le risque de contagion avec un possible éclatement de l’UE s’éloigne.
.
Il faut donc savonner la planche au maximum à Theresa May.
.
Cela dit, l’UE n’a aucun intérêt à favoriser un hard-brexit qui couperait les liens avec l’Europe.
.
Car le Royaume-Uni reste une grande puissance économique, avec un siège permanent au Conseil de sécurité et un droit de veto, une force nucléaire et une armée de 1ère catégorie. En ces temps incertains, cela pèse lourd…
.
Londres a de solides appuis au sein de l’Europe, notamment avec des pays partisans de la fermeté face à Moscou.
.
Pour l’UE, il s’agit donc de trouver le bon équilibre. Pas de cadeau aux Anglais, ce qui pourrait susciter quelques vocations chez les eurosceptiques, mais pas de rupture totale, ce qui nuirait aux intérêts de tous.
.
Le feuilleton du Brexit n’en est pas encore à son dernier chapitre ! Il est même possible que Theresa May demande un délai supplémentaire qui repousse la date fatidique du 29 mars.
.
La peur d’un hard Brexit, néfaste aux deux parties, pourrait adoucir les positions tranchées de l’UE, inflexible jusque-là sur le calendrier. À suivre…
.
Jacques Guillemain
Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Odette Lejeune

et dire que la france ne voulait pas de l’europe ; mais le gouvernement n’en pas tenu compte du temps de sarkosy le peuple nous des rien du tout pour tout ces gens là

Charles

je ne connais rien à la politique Anglaise et encore moins les Anglais, mais une porte de sortie pourrait exister, si les enjeux sont énormes.
Serait-il envisageable que l’Angleterre et l’Irlande crée une bandelette de terre afin de réunir l’Irlande du Nord avec celle du Sud ? D’ ou : plus de problème de frontière.

DUFAITREZ

De Gaulle n’en voulait pas. Ils sont entrés… Refusé l’euro, mais négocié pied à pied tous accords internes. Jusqu’à « Give my money back » célèbre.
« Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée ». Toujours mis le pied dans l’entrebaillement.
Ils continuent ! Qu’on en finisse ! Déjà deux ans !
L’U.E. doit rester ferme, pour ne pas se dévaluer, une fois de plus, puis ouvrir la porte à d’autres

Dominique Martin

……milliardaires sur le dos de Michael McKibben et d’autres. Voir American Intelligence Media pour les détails .Pour être sur le conseil privé de la reine , faut être au moins pédophile ou pourri sinon on n’a pas de moyen de vous faire chanter.Puis , on vous nomme SIR . Comme Murloch -Brown .

senechal

C’est bizarre, mais je préfère de loin un régime de Royauté réellement démocratique, plutôt qu’une pseudo république dictatoriale!.
Je dis pseudo république, car un pays qui a abandonné ses pouvoirs politiques, monétaire, diplomatiques et sociétaux à puissance étrangère ne peut en aucun cas se qualifier de république suivant la définition qu’en donne les dictionnaires!.
Si si, allez voir de ce coté:
Définition : République – La Toupie
http://www.toupie.org › Dictionnaire

Zorglub

je n’aime pas les anglais en fait nos ennemis de tout temps sauf pour les 2 dernières car ça les arrangeait bien. Mais pour ce qui est du Brexit , OUI qu’il partent en claquant la porte comme nous devrions le faire ( là je rêve) Qu’ils ne se laissent pas embobinés par le micron et la grosse bertha and so on ….

D’autant plus que comme d’habitude, les anglais nous taillerons des croupières dans quelques années! Déjà leur taux de chômage baisse à 4% alors que nos donneurs de leçons français et politique se tapent du 3,5 millions de chômeurs soit prés de 10%!

Mélanie

C est bizare on a le droit de pas aimer les anglais et on peut raconter toutes sortes de blagues ou de se foutre de leur gueule.c est pas raciste.
Par contre on a pas le droit de dire qu ‘on aime pas les arabes et encore moins le droit de se foutre de leur gueule sans être traité de racisme de fachots d extrême droite etc etc.

Charles

Oui, mais les arabes ont du pétrole et surtout des petro-dollars et construisent grandioses pour attirer des sous.

Dupond

Exact !!!
D’ailleurs erdogan leur a fait construire des palais pour qu’ils viennent dépenser leur fric en Turquie
https://immobilier.lefigaro.fr/article/en-turquie-des-maisons-vides-alignees-par-centaines-sont-laissees-en-plan_49efa5f6-141c-11e9-8616-0ced9439dd56/

André Léo

Oui et non, ami Guillemain!
Thérésa May se bat pour obtenir l’accord de son parlement et de certains « torries » sur les tremes imposés par Bruxelles qui refuse de renégocier, Macron et Merkel en tête.
Si quitter l’europe du fric était facile, d’autres auraient été tentés de dire M…aux lobbies américains de Bruxelles. Pour l’heure, un référendum n’est pas envisagé en GB.
Avec Sarko, il ne s’agissait pas de « quitter » l’europe de Giscard et Delors, mais de dire NON au nouveau traité, qui sera signé plus tard par Sarko à Lisbonne après sa trahison du NON !

E Chouard, qu’on retrouve à la manœuvre dans une « tendance » G.J avait à l’époque argumenté sur la mort de notre souveraineté nationale, supplantée par le gouvernement des commissaires désignés.

ven85

vous pourrez rentrer dans cette europe totalitaire mais vous ne pouvez plus en sortir,l’europe fait tout pour que l’angleterre ne sorte pas de l’europe et que les anglais fassent un 2 referendum du brexit,bien sur ou le non,l’emportera comme il l’ont fait a l’irlande il y a quelques annees qui par referendum voulait sortir de l’europe, 3 referendun ont eu lieu,et la 3fois,irlande a voter pour rester dans l’europe

Dupond

Brexit ou pas Brexit , c’est toute l’UE, sous la coupe des mondialiates immigrationnistes gauchistes, qui est en train de se dissoudre . Ce n’est plus l’UE des peuples mais des capitaux qui doivent circuler mais dans un minimum de poches . Une europe puissante mais peuplée de misérables …..il est normal qu’un peuple humilié a qui on impose une imigration pesante alors que le chomage ne cesse de croitre finisse par se révolter !!! Qu’il le veuille ou non ce gouvernement giclera de gré ou de force

Georges Gilles de La Tourette

Dupond,
Ce gouvernement giclera dans 3 ans ou moins mais attention de ne pas le remplacer avec une brochette similaire de traîtres immigrationnistes à la sauce socialopétisante. L’UE c’est le chaos islamique assuré, tout doit être mis en oeuvre pour une sortie salvatrice de cette nasse mortifère.

batigoal

Theresa May est une vraie femme politique responsable: elle fait le sale boulot à la place des leaders du brexit, farage en tete, qui se sont défilés comme des lâches. Apres pourquoi l’UE favoriserait un accord au profit de la GB? C’est la GB qui veut partir, qu’elle en paye les conséquences. Triste pour sa jeunesse qui avait voté « remain » alors que c’est les vieux qui ont voté « leave » en immense majorité. Donc ils ont choisi un avenir qu’ils ne verront pas. Pour Sarkozy, loin de moi l’idée de le défendre, mais il avait dit dans son programme presidentiel qu’il renégocierait un traité « simplifié ». Etant élu, il avait donc le mandat pour le faire.

Viktor

Nigel Farage mérite le respect. Rappelons qu’il fut le créateur de UKIP parti qu’il a animé de nombreuses années et qui fut le fer de lance du Brexit. Rappelons ses discours patriotiques sans concession, mais aussi plein d’humour très British, au Parlement européen, face à des Van Rompy, des Barroso, des Juncker, Sarkozy, Merkel, Cohn-Bendit et j’en oublie. Il quitta UKIP le 04/12/2018 estimant que son parti ne pouvait à lui seul conduire la sortie du Royaume-Uni de l’U.E. Rendons hommage une fois encore à Nigel Farage qui fut au départ la cheville ouvrière du Brexit et qui risqua d’y laisser sa peau dans un « étrange » accident d’avion. On aimerait bien en France avoir un Nigel Farage, pour nous défendre à Bruxelles !

kabout

trés bonne vidéo sur ce sujet ! ( Fdesouche)

https://youtu.be/IhMAeXlxfcA

kabout

trés bonne vidéo sur ce sujet ( Fdesouche)

https://youtu.be/IhMAeXlxfcA

Viktor

C’est oublier la légendaire ténacité des Anglais. Quand au reste, ne nous faisons pas de souci pour nos amis d’Outre Manche, en bons marins ils savent d’où vient le vent et à terme, sans l’euro, ils vont mieux s’en sortir.

Lucie

Ils n’ont jamais eu l’euro.

Viktor

De même la Suède et le Danemark ont su garder leur monnaie nationale.