1

Brigitte adore Éric, mais embrasse-t-elle sa cause ?


Car si BB embrasse la cause d’Éric, et si l’essayiste BC, Bock-Côté, se pointe sur CNews en septembre, je risque bien de perdre mon pari !

Certes, à cette heure, rien n’est fait, rien n’est officiellement dit.

Mais beaucoup attendent Éric comme le messie.

L’ami Jacques Guillemain ne vient-il pas aussi de se fendre d’une nouvelle et belle déclaration d’amour patriotique ?

« L’homme providentiel qu’on attend, c’est lui, Eric Zemmour. Un grand patriote qui n’a rien à voir avec les professionnels de la politique qui n’ont fait que mentir au peuple et le trahir. De droite comme de gauche, ils sont tous discrédités ».
https://ripostelaique.com/zemmour-je-pense-quil-faut-agir-je-sais-ce-quil-faut-faire.html

Zemmour a bien confirmé à Valeurs Actuelles :
“je pense que l’on peut agir. Je sais ce qu’il faut faire, j’ai en tête les étapes nécessaires, mais il faut aussi que les Français soient prêts à la bataille et refusent de se laisser soumettre plus longtemps à la propagande ambiante.”

Zemmour est en effet sûrement le seul à pouvoir renverser la table, mais une condition apparait indispensable pour qu’il soit investi de cette légitimité.

Il faudrait que son programme présidentiel de retour à la souveraineté nationale soit entériné par un référendum soumis au peuple après l’élection présidentielle mais avant ou à l’occasion des législatives.

Mais il faudrait aussi, nonobstant batailles d’égo et obtention des parrainages, qu’il réunisse toutes les chapelles patriotes qui refusent la mondialisation anarchique et l’islam conquérant.

Sinon Zemmour ne ferait rien de mieux que ses prédécesseurs.

Il serait comme les autres, et particulièrement comme Macron et sa clique sanitaire : le pantin de l’oligarchie mondialisée qui tient le politique par la prévarication et le chantage.

Et la France continuera à sombrer dans la décadence.

Même Brigitte, qui adore Éric et admire son courage de polémiste, n’embrasserait pas sa cause sans contrepartie, car « malheureusement, il n’a pas tout à fait la même vision sur les animaux que moi » a-t-elle renchéri.

Si “La France n’a pas dit son dernier mot”, c’est au peuple qu’elle le devra et par lui que la Nation survivra.

Éric Zemmour peut-il relever ce défi pour que vive la France éternelle ?

Alain Lussay