Brigitte Bardot aimerait-elle la liberté d’importuner vue par Kamel Daoud ?


Avec Kamel Daoud, la « liberté d’importuner » vue du Sud manquait au débat. Car avec Kamel Daoud, le droit d’importuner c’est le droit de cuissage ?

Je ne sais pas si Brigitte Bardot, qui trouvait agréable qu’on lui dise qu’elle avait « un joli petit cul » sera d’accord avec lui.

D’autant que dans sa dernière chronique du « Point », Kamel Daoud nous explique que la masturbation intellectuelle des femmes qui viennent de s’écharper en place publique par médias interposés encourage le harcèlement sexuel chez ceux du Sud.


http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/kamel-daoud-la-liberte-d-importuner-un-droit-de-cuissage-soft-18-01-2018-2187643_1913.php

Ceux du Sud, comprenez les adeptes de la belle religion d’amour de paix et de tolérance qui suivent à la lettre les préceptes coraniques. Et en matière de harcèlement sexuel, le beau modèle a fait très fort en donnant le meilleur exemple au monde musulman.

Ceux du Sud, largement impliqués dans les violences faites aux femmes, mais épargnés par les féministes de pacotille, genre Caroline de Haas, qui ont profité de la propagande #balancetonporc pour dénoncer le mâle blanc, en oubliant de dénoncer les harcèlements de candidats à l’immigration majoritairement musulmans.

On se souvient que Caroline de Haas, fondatrice d’Osez le féminisme, avait déjà dénié les violences de Cologne : « à ceux qui me disent que les agressions sexuelles en Allemagne sont dues à l’arrivée des migrants : allez déverser votre merde ailleurs ! »

On rappellera à ces pseudo-féministes l’enquête réalisée par « Le Parisien » qui a établi le portrait-robot de l’agresseur sexuel à Paris : un étranger de 34 ans !
http://www.leparisien.fr/paris-75/enquete-inedite-sur-les-viols-a-paris-22-01-2016-5475347.php

Enquête réalisée après Cologne mais bien avant les sordides violences de la Chapelle-Pajol, et les nombreuses agressions faites aux femmes par des clandestins majoritairement musulmans, installés dans nos villes et nos campagnes par les islamo-collabos qui nous gouvernent.

Alors quand Kamel Daoud estime que le droit d’importuner, revendiqué par les femmes occidentales, devient licence de harceler au Sud, ne se trompe-t-il pas d’analyse ?
Kamel Daoud ne s’étouffe-t-il pas quand il ose dire qu’en vertu du puritanisme islamique « nous respectons tellement la femme qu’on la voile, qu’on la préfère préservée par un emballage ? »

On avait connu Kamel Daoud mieux inspiré dans ses propos au lendemain des agressions de Cologne : « On assiste à un choc des cultures : d’un côté des pays où les femmes sont cachées, voilées, confinées au foyer. Et de l’autre une culture où les femmes sont libres, les cheveux au vent, fières de leur corps et de leur indépendance. En agressant ces femmes libres et fières, n’est-ce pas en partie les valeurs occidentales qu’on agresse ? »

Alors Kamel Daoud est-il rattrapé par la police de la pensée islamo-compatible ?
Kamel Daoud est-il frappé par une repentance bien mal venue pour la libération de la femme musulmane ?

Car Kamel Daoud ne sait plus où il habite, quand il préfère fustiger « l’affreux droit de cuissage soft » à l’occidental que de continuer à dénoncer « ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir »  « dans le monde d’Allah, la femme est niée, refusée, tuée, voilée, enfermée ou possédée. »

SI Kamel Daoud a oublié d’où il vient, on lui rappellera que l’islam est la pire idéologie sexiste qui érige la primauté de l’homme musulman sur la femme. Qui ne respecte pas la femme. Qui considère que la femme vaut la moitié d’un homme. Comme le prouvent les dizaines de versets discriminants sur l’égalité, le témoignage, l’héritage, le mariage, la polygamie et la répudiation, entre autres. Que l’islam est donc bien une idéologie construite sur les violences faites aux femmes.

Avec ces textes immuables qui traitent la femme de champ de labour du mâle coranique qui y va quand et comme il veut (S2-v223), et qui autorisent le mahométan à frapper sa femme s’il craint sa désobéissance (S4-v34).

Alors le même musulman en terrain de conquête où la femme occidentale est son butin, ça donne ce que les enquêtes révèlent et que refusent de voir les mouvements féministes.

Surtout quand des abrutis comme l’imam de la mosquée de Brest, Rachid Abou Houdaya déclarait que « si la femme sort sans honneur, qu’elle ne s’étonne pas que les hommes abusent de cette femme là », ou comme celui de la mosquée de Maison Alfort, Hatim Abou Abdillah prévenant que les femmes coquettes et parfumées sont des “fornicatrices” qui “subiront un châtiment atroce”.

Alors Kamel Daoud doit se reprendre et continuer à dire que le ver est dans la taule islamique. Et si Kamel Daoud pense qu’il est nécessaire « à la fois de sauver le désir, défendre le féminin et guérir le masculin », Kamel Daoud doit poursuivre son immense boulot de témoignage contre les écuries d’Allah et les textes coraniques, causes du problème existentiel du malade mahométan.

Pour que les femmes musulmanes soient aussi libres que les occidentales, les cheveux au vent, fières de leur corps et de leur indépendance.

Alain Lussay

image_pdf
0
0

43 Commentaires

  1. Brigitte Bardot parle en tant que Française à des Français comme elle, des gens civilisés … Au contraire de ces pauvres filles, balances@délatrices qui déroulent un tapis rouge à l’Islam.

  2. Titre aguichant avec B.B. le reste autour de ce « Kamel Daoud » bien nommé ! Bof !
    B.B. aurait pu signer le « Manifeste des 100 », Fière de son corps dont elle fit largement usage en toute indépendance… Fière d’être Française, dénonçant l’Invasion.
    Un seul mot résume sa Carrière et sa Pensée ? Le Mépris !
    Merci B.B. !

  3. Je suis d’accord avec Daoud si effectivement dans ce nouvel article il voit dans la licence d’importuner une manière de cuissage soft pour les « ingénus » du Sud. c’est bien pourquoi je suis réticente à ce verbe « importuner » qui signifie le droit d’être lourd, de harceler sans relâche, jusqu’à ce que l’importunée craque. D’ailleurs pour des ingénus du Sud, importuner signifie aussi que la femme libérée est une femme qui provoque – chez eux, une femme qui ne provoque pas est voilée. Je ne crois pas que BB ait vu cet aspect-là, elle pensait plutôt aux relations qu’elle a connues où sa forte personnalité lui permettait de choisir ses amoureux et son succès au box-office ne l’obligeait pas à susciter les importunités des producteurs.

  4. lisez le coran, plume en main, notez les versets assassins, misogynes, antijuifs, antichrétiens, anti tout ce qui n’est pas musulman

    • religion violente, issue en direct de l’an 700 et quelques, et qui jamais ne se coulera dans la république laique !!! de gros, gros problèmes à venir car ça ne fait que commencer !

  5. La drague à la manière arabo-musulmane c’est toujours la grande classe ! Cela va de soi !

  6. La semaine dernière, au moment d’entrer dans ma voiture, un homme m’a abordée « ne craignez rien, je voulais juste vous féliciter parce que vous portez des hauts talons à une époque où les femmes ont toutes des baskets » et il est parti sans que je lui réponde. Et bien j’étais contente !

  7. Puisque vous évoquez l’article de Daoud sur les viols de Cologne, voici sa conclusion : « Mais fermer les yeux sur le long travail d’accueil et d’aide, et ce que cela signifie comme travail sur soi et sur les autres, est aussi un angélisme qui va tuer. Les réfugiés et les immigrés ne sont pas réductibles à la minorité d’une délinquance, mais cela pose le problème des « valeurs » à partager, à imposer, à défendre et à faire comprendre. Cela pose le problème de la responsabilité après l’accueil et qu’il faut assume »

    Je ne suis pas sûre que « le travail sur soi et les autres » dont il parle ne contienne pas une critique de l’hospitalité occidentale qui ne serait pas assez « complète ». Bref, il faudrait en même temps que les rééduquer, se rééduquer humblement au contact de ces ingénus du Sud.

  8. Les femmes musulmanes sont des femmes CULTIVÉES ! Si – Si , c ‘ est le coran qui le dit ……; mmmpfrrr .;

  9. Ne touchez pas à Brigitte Bardot qui est une des rares personnes qui représente ENCORE la France d’avant le Grand Remplacement.

    • Exact, bien dit !! BB n’a pas eu besoin d’une bande de frustrées décérébrées pour vivre comme elle le voulait; librement..
      Ainsi, elle a plus apporté pour la libération des femmes que toutes ces hyènes subventionnées !!
      #jesuisBB

  10. Faire du gringue aux femmes fait partie du jeu de la séduction si l’humour et le respect y sont intégrés .Mais pour les mahométans,la séduction ne se conçoit que l’engin à la
    main,en situation significative .

  11. Je pense vraiment que ces débats deviennent inutiles et ennuyeux.
    Pour faire très simple, les filles ont le droit de se faire complimenter sur leur physique sans qu’ une horde de féministe lgbt transswag ne vienne faire la morale en décochant des flèches dans le dos des hommes.
    Il y a un mot a intégrer c est le respect. On peut faire énormément de chose en respectant les gens.
    Les muz ne comprendront jamais l occident et encore moin la France de BB avec les années yéyé. Mais que certain français ne le comprenne pas la ça me pose problème.
    Laissons chacun vivre sa liberté dans le respect la tradition et la vision de vie de chaque personne. ( hors contexte politique qui nous manipule bien comme il faut et bien sûr hors contexte religieux surtout concernant l’islam)

  12. Le dernier paragraphe de l’article est un non-sens.
    Une femme musulmane libre, fière de son corps et indépendante, ça ne peut pas exister!
    C’est en contradiction flagrante avec les textes qui régissent cette « religion ».

  13. Ce Kamel Daoud critique l’islam… mais est-il toujours musulman ? Si oui, inutile de discuter, ce n’est que takya….
    Quant à la De haas (phonétiquement ça veut dire « cul » en anglais) comment s’étonner qu’elle ne dise que de la merde cette frustrée ?? même un chamelier lubrique ne voudrait pas d’elle.

  14. Rachid Abou Houdaya, Hatim Abou Abdillah, Kamel Daoud… avec des noms comme ça : un seul mot : dehors !

  15. Ce que disent Catherine Deneuve, Brigitte Bardot et moi-même concerne une autre époque : nous étions entre occidentaux et les rapports entre hommes et femmes étaient régis par des codes connus et acceptés mutuellement. Les allochtones bouleversent ces codes et ni Catherine, ni Brigitte, ni moi, ni aucune autre femme n’acceptons l’état actuel dénoncé par Sophie Peeters dans https://www.rtbf.be/auvio/detail_sofie-peeters-femme-de-la-rue-bruxelles?id=2085934 Cela signifie l’incompatibilité entre autochtones et allochtones.

    • C’est vrai,une cour,même maladroite et trop insistante ne dérogeait pas à la règle de la séduction .Si une femme était importunée,elle pouvait le faire savoir à son soupirant si je puis dire sans risquer de se faire égorger .

    • Je fais partie de la classe Deneuve, Bardot et de la vôtre, Anne. Parfaitement d’accord avec vous. Bacissimi.

    • Et c’est là où c’est une réalité quand certains disent que ces femmes comme Brigitte Bardot et autres sont d’une autre époque (cette époque correspondait en fait, à une époque d’épanouissement des femmes) mais ce qu’ils oublient de dire pour une question de bien-pensance, c’est que cette « autre époque » correspondait à l’époque d’AVANT l’immigration massive ! D’où que dans le reportage de Sophie Peeters, on ne voit que du harcèlement de rue du fait d’hommes non blancs… Et d’ailleurs, même les « néo féministes » le savent très bien que le harcèlement de rue est le fait d’hommes non blancs, puisqu’elles ne voulaient pas le pénaliser parce que ça allait viser les hommes comme elles appellent « racisés » (non blancs) dont elles prennent systématiquement la défense…

    • https://www.marianne.net/debattons/editos/harcelement-de-rue-quand-les-antiracistes-stigmatisent-les-racises
      Un extrait de l’article qui montre bien le raisonnement de ces « néo féministes » qui ont un problème idéologique (leur féminisme vient se heurter à leur « antiracisme », enfin, ce qu’elle croit être antiraciste…) car avant les femmes, elles préfèrent défendre les hommes qu’elles pensent « racisés » (non blancs). Ce qu’en dit l’auteur de l’article : « Il faudrait donc décréter que le harcèlement est condamnable s’il a lieu dans un appartement, dans une maison, dans une entreprise ou dans un bureau, mais pas dans la rue, parce que cela pourrait mettre en cause des hommes victimes présumées du « racisme d’Etat », et donc inattaquables. »

    • Enfin, quand je dis que le « harcèlement » de rue (je le mets entre guillemets parce que dans « harcèlement », certaines mettent tout et n’importe quoi…) est le fait d’hommes non blancs, je ne dis pas que c’est à 100 % le fait d’hommes non blancs, mais par contre, c’est très majoritairement.

    • Il y a Etienne Liebig des « Grandes Gueules », qui a dit de ce qu’a dit Brigitte Bardot : « Elle est à côté de la plaque générationnellement ». Alors qu’Etienne Liebig est à côté de la plaque dû à son idéologie de gauche (il n’a pas besoin de dire de quel bord il est pour qu’on le devine aisément) car il ne remarque pas qu’en fait, notre société change à ce niveau, entre autres, car elle devient de plus en plus puritaine, suite à l’immigration massive, à l’islamisme, mais aussi à la bien-pensance. Elle prend une autre tournure, à l’époque c’était l’émancipation des femmes, aujourd’hui, ce qui est « moderne », c’est le voile, la femme qui se cache, l’islam, l’islamisme. Ce qui est aussi considéré comme « moderne », c’est censurer le moindre propos mal-pensant, tout ce qui est considéré mal-pensant.

    • Donc notre société en est arrivé à faire passer l’islamisme (et tous ces signes religieux) comme « moderne » alors que l’islam n’a pas bougé depuis 14 siècles, à faire aussi croire qu’une femme qui se cache sous un voile, c’est « moderne », et à faire passer la censure comme « moderne »… Et le puritanisme que nous voyons de toutes ces « néo féministes », ce n’est qu’une suite logique de l’islamisation de notre société, c’est ce que les gens ont parfois du mal à comprendre. Quand d’un côté, en Algérie, des femmes se battent pour porter le bikini, de l’autre, en France, certaines se battent pour porter le burkini, le voile partout, ou la burqa (comme je l’ai dit, en France l’islamisme est considéré « moderne », et les grandes marques industrielles aident aussi en cela en montrant des femmes voilées)

    • NON, ce n’est pas utile. Sauf si l’on veut faire de la publicité pour LE POINT (magazine bobo en pleine déconfiture) et (ou) pour Kamel DAOUD,(dont j’ignorais jusqu’alors l’existence sans importance aucune)….

  16. En fait, tout le malheur des musulmans est qu’ils sont incapables d’aimer !

    • Aimer suppose intelligence et discernement ;l’islam rend tellement con que ses adeptes
      sont aussi sensibles que des pieds de chêne .

    • Oui .Surtout les femmes .Peu ou pas aimées dans leur enfance ,par une société et par une mère qu’elles encombrent et qu ‘elles ne valorisent pas ,elles ne peuvent pas reproduire ce qu’elles n’ont pas connu.
      Des bécassines comme Caroline Haas ou Clémentine Autin refusent cette évidence ,c’est pourquoi elles tapent comme des malades sur les hommes blancs parce que c’est facile et n’aura aucune incidence ,c’est un effet de mode , mais ne défendront jamais les femmes des pays sous-développés en faisant semblant de penser qu’il y va de leur liberté d’accepter de n’être rien.
      Ce n’est pas très loin du « et s’il me plaît à moi d’être battue »

Les commentaires sont fermés.