Bruxelles : le périphérique en dit beaucoup sur notre société

Publié le 3 septembre 2019 - par - 17 commentaires - 1 859 vues
Share

En Belgique, les plaques minéralogiques personnalisées sont auto•risées
Incitation à la collision arrière ? Dans ce cas, le fautif serait en droit !

Le périphérique bruxellois est intéressant à observer car c’est une connexion à la croisée des géants D-F-UK-NL. J’y passe pas mal de temps, voici quelques observations…

J’ai toujours été fasciné par le monde autoroutier, surtout les Autobahn. C’est un univers à part et surtout une sphère où les islamistes ne vous cassent pas les bonbons.

L’autoroute Paris-Bruxelles, c’est celle de la drogue. L’Europe civilisée a toujours eu pour coutume le jumelage entre communes étrangères. Aujourd’hui, on peut dire que Paris et Bruxelles sont jumelés touristiquement terroristiquement et désolé de cet adverbe de manière fort peu académique.

130 km/h sur les autoroutes françaises c’est du foutage de gueule, 120 sur les autoroutes belges du foutage de gueuze. Le législateur belgo-français doit responsabiliser les conducteurs au lieu de les emprisonner dans ces vitesses ridiculement basses, qu’il aille voir les stats de mortalité en Allemagne ! La qualité du réseau autoroutier français est telle qu’il accepte sans broncher du 160 de croisière.

La présente au style quelque peu frivole mais dans mon entourage extrafamilial, question tacots, on adore les Allemandes, on adore critiquer les Françaises et on adore détester les Italiennes. Mais que serait la vie sans ces délicieuses taquineries au quotidien ?

0/3 Bande d’urgence

Je ne peux faire de contrepublicité mais disons que si Salvini reprenait les commandes de l’industrie automobile italienne, la bande 0/3 serait moins encombrée.

1/3 Bande de droite : l’Europe de l’Est dans sa splendEUR

En semaine, c’est une file interminable de 38 tonnes aux immatriculations belges (françaises et allemandes de plus en plus rares) et étrangères : Pologne en tête, ensuite Hongrie et Roumanie au coude à coude. Très fréquent et prisé par les Polonais et les Roumains : le Renault Master bâché. Il prend 2 à 4 palettes, 1 500 à 2 000 kg de marchandises et est rapidement mobilisable aux quatre coins de l’Europe. Muni d’une niche sur cabine, il peut opérer des semaines sans retour au foyer comme un U-boot en chasse aux transporteurs français. C’est la Wunderwaffe du fret de faible/moyen volume même en convoi, imbattable.

Après la chute du Mur, on a lancé aux Polonais : « Ouvrez-vous aux marchés, soyez concurrentiels, capitalisez », d’ailleurs y avait-il une seule alternative ? Que nenni ! Ils se sont vite pris au jeu et la Pologne détient aujourd’hui 25 % du transport routier européen, c’est énorme ! Je tiens tout de même à signaler que Renault et PSA (sans compter Opel) ont vendu 53 000 voitures neuves en Pologne en 2018 et que les Français y sont très agressifs en matière de grande distribution.

2/3 Bande centrale : le royaume de l’escargot

C’est la zone du Belge moyen très fier de sa nouvelle Renault Scenic. Il est aux anges, même son pull est losange. Les Belges apprécient la carrosserie française. Chiffres de vente véhicule neufs 2018 : VW 52 738, Renault 50 213, Peugeot 42 623 unités. La Flandre préfère VW, la Wallonie Renault. Le dieselgate VW n’est plus qu’un lointain souvenir, il en faudra beaucoup plus que ce fait divers pour abattre le premier constructeur mondial 2018. Couché GM, à la niche les Japs sauf le respect dû à Toyota Valenciennes.

Les familles nombreuses ne pouvant se caser dans une 206 ni se casser en 207, les musulmans belges optent généralement pour le monospace de seconde main, moyenne d’âge 12-15 ans. Les préférés : Citroën Picasso, Opel Zafira, VW Sharan. Je les repère de loin : un barbu au volant entouré de 3 ou 4 voiles magnétisés par les smartphones. Évitez le coup de klaxon flatteur envers les voilées sinon Momo vous attend au tournant pour une queue de poisson halal vers le canal.

3/3 Bande de gauche : le royaume du car goth

Autant l’aéronautique et la marine françaises méritent l’admiration, autant les caisses allemandes suscitent l’adoration. Après les heures de pointe, la vitesse de pointe sur cette bande qui est en réalité une extension de l’Allemagne : en avant la cavalerie Mercedes-Audi-BMW et vas-y que je te colle au pot. Le cul des Allemandes, c’est pour moi un orgasme visuel permanent mais en définitive on n’a que les plaisirs qu’on mérite.

De temps à autre une 508 vous joue les trouble-fêtes et à juste titre. Un journaleux allemand a même écrit que la 508, « c’est la bagnole qu’on aurait dû concevoir nous-mêmes ». Perso, j’ajouterais les Alpine A110 et A310 (je ne suis pas raciste), direction Musée d’Art Contemporain de Berlin(e).

La plus sensationnelle qu’il m’ait été donné de lorgner est la Bugatti Chiron (prononcez Tchayrone sinon vous êtes vieux jeu) montée à Molsheim France, depuis 1998 sous contrôle Volkswagen AG. Immatriculée en France, elle filait doux probablement vers la juive diamantaire Anvers, c’est vrai Place Vendôme ça fait ringard.

Douce France, cher pays de mon espérance

Je délaisserais toutefois volontiers tout ce paradis mécanique allemand pour me calfeutrer définitivement en Camargue. Suffiront à mon bonheur : un break braque français, deux chevaux blancs et une 2 CV Méhari, histoire de procéder au monitoring anti-islaming dans le secteur.

Cette Camargue est à ce point fascinante que Goering en personne avait laissé pour instruction à ses sbires de n’y point toucher, voyant là les futurs terrains de chasse de la race supérieure. De race supérieure il n’y a jamais eu, si ce n’est dans le secteur automobile.

In fine

Tout n’est pas rose en ce plat pays belge si gris, excepté la tronche des flics de teinte rougeâtre tant ils picolent. Selon les estimations, Bruxelles sera à majorité musulmane (2030 ?) bien avant Paris.

Et les Résistants ont également droit à leurs persécutions comme le stand vandalisé de Zineb el Rhazoui lors de la Foire du Livre 2019 au Bruxellistan. La honte…

https://www.huffpostmaghreb.com/entry/des-livres-de-zineb-el-rhazoui-dechires-a-bruxelles_mg_5c67d2c1e4b033a79942e680

Happy end patriotique

Geneva Motor Show 2019… wow!
À quand une version robotisée Banlieues 2020 ?
Version Cheval de Troyes, moteur Peugeot, direction Seine-Saint-Denis

Richard Mil

Festival de plaques personnalisées : mais ne vous avisez pas de froisser les musulmans !

Richard Mil

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
POLYEUCTE

Que de Soupapes (voir plus bas) sur le Périph de Bruxelles ! Normal !
Combien de Sous Pape sur celui de Rome ?
Histoire de rire, je ne conduis plus….

La_Soupape

😆

Dugenou

J’imagine un belge portant une plaque « Remigration ».

Anne Schubert

J’adore vous lire, Monsieur Mil, vous êtes vraiment tordant.. et drôlement judicieux ! (Juste une remarque, les francais ne disent pas « bande » mais « voie ». J’ai fait la même erreur au début….) Cobntinuezàá écrire, s’il vous plait !

La_Soupape

Alleï Anne, même si on ne sait pas rouler sur la bonne bande, on sait comprendre l’ami Richard qui en effet est un sacré boute-en-train !!!

Moi j’aime bien les Belges, enfin surtout les Wallons (pass’que les Flamands c’est autre-chose), vous savez ne pas prendre au sérieux ce qui fait chier au quotidien et vous êtes super accueillants…

Joël

« Pologne en tête, ensuite Hongrie et Roumanie au coude à coude. »
J’ai remarqué depuis quelque temps des Lituaniens de plus en plus nombreux sur nos routes.

patphil

les voitures immatriculées ainsi n’ont pas peur des battes de baseball folles ou des bougies déséquilibrées qui rayent les portes et attaquent les parebrises

La_Soupape

Sais-tu Richard que le maxi code est depuis pas mal de temps, non-plus à 38 T mais à 40 et même 44 en combiné rail / route ?
Sinon les petits porteurs bâchés (ça serait le rêve que toutes les morues qui nous font chier aient sur la gueule des bâches en PVC à 800 g/m2, elles crêveraient toutes à la vitesse grand V) ne sont pas là pour concurrencer les semis ou les camion-remorques mais pour exporter les produits manufacturés à moindre coût en Pologne en petites séries. C’est en effet de l’esclavage moderne vu qu’y z’ont pas de mouchard (-3,5 T) et les Polaks ne se gênent pas du tout pour le pratiquer mais ils rentrent souvent à vide, y’a rien à recharger en si petites quantités.
Les pays de l’est ont totalement pourri le transport avec leurs chauffeurs merdiques après 89…

La_Soupape

…sous l’impulsion de mafieux comme par exemple Willi Betz, un bon transporteur « teuton » qui n’était rien d’autre que la mafia Bulgare sous couvert d’une très vieille entreprise Allemande, les chauffeurs venaient de ces pays et gagnaient en gros jusqu’à 10 fois moins que nous mais avec la formation en rapport :(

On s’est retrouvé envahis par des tas de petits cons alcooliques qui ne respectaient rien et qui étaient pas solvables, si bien que les flics pouvaient même pas vraiment les planter même en cas d’infractions monstrueuses, en plus y’avait des « ordres ».

Les transporteurs de l’ouest se sont engouffrés dans la brèche et à coup de camions modernes qui faisaient bander les nouveaux venus, y z’ont pourri le métier…

La_Soupape

…ils ont ouvert des agences à l’est et comme le marché de la libre circulation était en train de se mettre en place, il y a eu la disparition des autorisations bilatérales de transports ou de transit. Ce système était un truc assez simple qui avait été mis en place pour éviter la concurrence déloyale dans le transport et ca consistait pour un transporteur français qui chargeait en France pour la Grèce par exemple à avoir une autor Italienne et Yougoslave de transit et une Grecque de transport qui permettaient de recharger soit en Grèce soit dans les pays de transit. Ces autorisations etqient délivrées par le ministère des transports et une Belge par exemple (non c’est un mauvais exemple 😄) valait une Française. On faisait tamponner par la douane des 2 pays à chaque frontière…

La_Soupape

…et on remplissait un avis de passage avec le numéro de l’autor, la date et su j’me souviens bien, mais c’est bien loin tout ça, la marchandise transportée. On rendait les autorisations à chaque voyage et si y’avait eu un problème dans un pays quelconque, ben on pouvait se brosser pour en avoir d’autres. Elles étaient contingentées de manière draconiennes et quand y’en avait plus à la fin de l’année, eh ben on pouvait pas charger sauf pour la Belgique et la Hollande qui s’en branlaient assez joyeusement, pour vous, le commerce passe avant les papiers à la con et vous avez raison !
Du coup, quand la douane a été abolie en CEE et franchement c’est une bonne chose entre nous, ben les transporteurs de l’ouest ont immatriculé de flottes complètes de tracteurs dans ses pays et ont…

La_Soupape

…gardé les semis immatriculées dans les pays d’origine ce qui leur permettait de garder les avantages (principalement la possibilité de charger pour certains clients et rester implantés dans leurs pays) et faisaient tirer les semis par des tracteurs immatriculés à l’est avec des chauffeurs de l’est. C’est pour ça quon a commencé à voir des semis d’un pays avec un tracteur d’un autre.
En plus le cabotage a été autorisé, c’est le fait de permettre à un Allemand de charger en Espagne pour l’Italie sans repasser par l’Allemagne ce qui etait interdit avant.
Bref le transport est devenu un joyeux bordel, à cela s’est ajouté l’arrivée massive de macaques comme chauffaillons de merde qui cassent tout, volent, respectent rien et on a le cocktail explosif du transport actuel…

La_Soupape

L’Europe a balancé des montagnes de pognon dans les pays de l’est et principalement en Pologne pour financer la privatisation du transport routier puisque avant, dans tous ces pays, c’était des transporteurs d’état ; en Pologne PKS, en Hongrie Hungarocamion, en URSS SOVTRANSAVTO sous la gigantesque organisation Sovinter avto service, en Roumanie RO-TIR 😄, en Bulgarie la SOMAT, les espions sur roulettes 😆, en Tchécoslovaque CSAD, tous avaient de très bons chauffeurs biens formés, très peu payés et parfaitement sûr puisque en cas de connerie de leur part, c’était la famille qui morflait au pays et donc ces petits transporteurs font les putes pour des clopinettes et viven dans des conditions de merde.
Je vis bien de ne plus en être, crois-moi et le périph de Bruxelles me manque pas !!!

Mil

Hello La Soupape. Il faut savoir que ces petits porteurs bâchés sont AUSSI utilisés en sous-traitance par de grosses cylindrées comme Ziegler (preuves à l’appui) en door-to-door. Ils chargent une ou deux palettes au dépôt central pour livraison directe au client. Ensuite ils transportent à gauche à droite du petit fret dans toute l’Europe en fonction de la demande. Certaines missions peuvent cinq-six semaines, les chauffeurs ne sachant parfois eux-mêmes ce qui les attend. Mais leur vie est moins pénible que celle des poids lourds, le Master n’étant en somme qu’une très grosse bagnole hyper facile à conduire. Amitiés polono-bruxelloises.

La_Soupape

Ben oui ils font ce qu’on appelle du dégroupage puisque faire de « l’épicerie » en semi est un poil merdique et coûte un pognon monstre et y’a pas toujours que des lots secs, en langage clair, c’est la totalité d’un changement qui part de chez un client pour être vidé chez un autre.

Comme tu dis, les chauffeurs ne savent pas ce qu’y les attend mais ça c’est le lot normal de tout le monde sur la route. Seuls les boites qui roulent en régulier ont le fret de départ et celui de retour mais moi j’ai jamais fait ça, ça m’a toujours revulsé de devenir un « fonctionnaire »de la route, y’en a plein mais c’est quand-même plus cool d’avoir la surprise du voyage quand t’es vide, enfin pour moi…

La_Soupape

Maintenant tu sais quand t’es dehors, t’es dehors et faut pas faire sa pucelle à chialer pour rentrer au bout d’une semaine. En ce qui me concerne, le plus longtemps que je suis resté sans rentrer, c’est 5 mois et j’en suis pas mort, la preuve, faut juste s’organiser un peu surtout pour les lessives mais bon, quand t’as un tracteur confortable en grande cabine (ça c’est impératif) et si encore mieux t’as ta semi avec un grand coffre sur le côté, ben tu peux partir longtemps sans problème.
Moi j’aurais vraiment tripé à faire des voyages comme j’ai vu des Anglais avec qui j me marrais vraiment qui faisaient du, tiens-toi bien, Londres -Pékin !!!

maujo

L a Soupape, je viens également du transport international, au début, en 1962, en France, c’était un métier ou les patrons s’en mettaient plein les fouilles surtout avec les frais de douane, l’âge d’or du transport, bien comptant d’être à la retraite depuis 10 ans, le métier était devenu misérable avec tous ces transporteurs de l’Est.