1

Ça se précise : 500 000 soldats russes vont forcer Zelensky à capituler

Ça se précise. 500 000 soldats russes vont forcer Zelensky à capituler

Voici ce que je lis sur le site de Boris Karpov

Suivez la chaîne Telegram de Boris Karpov : https://t.me/boriskarpovblog

⚡️⚡️Valery Gerasimov prépare une grande offensive dans les 7 prochains jours.

« Valery Gerasimov a élaboré un plan à grande échelle pour une opération offensive en Ukraine, dont le but est de forcer Kyiv à capituler. Jusqu’à 500 000 soldats seront impliqués dans l’opération. Il a commencé à préparer ce plan au cours de l’été et c’est pour sa mise en œuvre que Gerasimov a été nommé commandant en chef du NWO le 11 janvier. Des réserves de munitions, d’équipements et de tout le nécessaire pour des opérations de combat actives dans plusieurs directions en un mois ont déjà été préparées pour l’offensive. Avec une forte probabilité, les Forces armées RF lanceront une offensive dans trois directions : Kharkov, Zaporozhye et l’ouest de l’Ukraine. Ce plan sera mis en œuvre dans les prochains jours vraisemblablement après l’importante intervention de Vladimir Poutine prévue le 18 janvier. »

Il est évident que la nomination de Valery Gerasimov, reconnu comme étant le meilleur général russe actuel, n’est pas un hasard. Le père de la doctrine militaire russe travaille sur cette offensive capitale depuis cet été.

Tout semble donc prêt pour lancer les opérations. Ce sera sans doute la plus grande offensive interarmées depuis 1945.

Les guerres ont toujours été la pire des solutions, mais pour les Russes, systématiquement trompés par les Occidentaux qui ont élargi l’Otan comme jamais et qui ont refusé d’appliquer les accords de Minsk, l’opération spéciale est devenue vitale pour assurer leur protection et leur sécurité.

Et quand la guerre devient inévitable, il devient impératif de la gagner.

Il est tout de même assez sidérant que les Occidentaux, mais surtout les Européens, aient cru naïvement et croient encore que Poutine peut se permettre de perdre cette guerre. Non seulement il ira jusqu’au bout, mais si l’Otan s’obstine à défendre un pays mafieux et corrompu au nom de la démocratie, ce sera une dangereuse escalade devant laquelle les Russes ne reculeront jamais.

Un pouvoir mis en place en 2014 suite à un coup d’État de la CIA est-il une démocratie ?

Poutine l’a dit, il ira jusqu’au bout, mais les Occidentaux croient qu’il bluffe. Non, Poutine ne bluffe pas. Il détient une supériorité technologique imparable sur les Occidentaux et rien ne le fera reculer. Depuis 20 ans, alors que les naïfs Européens désarment à qui mieux mieux, Poutine a reconstruit un outil militaire de dernière génération qui n’a plus rien à voir avec l’ère soviétique.

Par conséquent, en tant qu’Européens, soit nous laissons l’ours russe dépecer l’Ukraine, car cette guerre n’est pas la nôtre, soit nous persistons à attiser les braises d’une guerre que nous perdrons de toutes façons, tout comme nous avons perdu la guerre économique voulue par Bruno Le Maire.

En politique, et à plus forte raison quand on fait parler la poudre, il faut avoir les moyens de ses ambitions. Or, les armées européennes sont exsangues.

Enfin, pour prouver que l’Ukraine est un puits sans fond, où s’engloutissent en pure perte les matériels et les milliards de dollars, voici un autre exemple de la corruption ukrainienne, relevé sur le blog de Boris Karpov.

« 50 SUV Chevrolet Tahoe américains donnés à l’Ukraine par General Motors ont disparu après leur arrivée dans le pays.

Il était prévu que les voitures seraient utilisées comme sanitaires, mais aucun des départements n’a été pris en compte. Leur sort et leur localisation sont inconnus. »

Sans doute bientôt sur la Côte d’Azur en France…, nous dit Boris Karpov.

Un Tahoe, pour ceux qui ne connaissent pas, ce n’est pas une Twingo, c’est ça. Et les 50 se sont pourtant évaporés.

Espérons que cette grande offensive mettra fin aux hostilités pour ramener la paix en Ukraine et préparer les longues négociations devant garantir la sécurité de tous en Europe.

Allemands et Français comprendront peut-être enfin qu’il eût été plus sage de faire respecter les accords de Minsk comme le réclamait en vain Poutine depuis des années. Que de morts évitées si nous avions des leaders intelligents et lucides !

Poutine parlera demain 18 janvier. Il faudra bien l’écouter…

Jacques Guillemain