1

Calais : Une Femen découvre l’orgasme dans la boue avec un migrant musulman

Je pensais avoir compris le fonctionnement des Femen, vous savez celle qui confondent les WC et les églises, qui se peinturlurent la poitrine à coup de slogans déjantés et qui cassent de la cloche à Notre Dame, hé bien non, je me suis trompé ou alors on m’a mal expliqué.
Celles qui jouent les chevaliers tétoniques voués à combattre l’oppression du mâle, succombent aux charmes ravageurs des soudards soudanais de l’armée islamique. Ainsi en est-il pour une certaine Marguerite Stern qui sanglote à propos de la jungle de Calais « J’y ai trouvé l’amour, aujourd’hui j’ai peur que l’on me l’arrache ». C’est beau, c’est grand, que c’est bien dit, j’en vois déjà qui ont les yeux humides. »
MS
Qui est cette damoiselle parisienne  tombée en pâmoison dans la boue d’un camp de clandestins ? Est-ce une amazone qui livre des produits frais ? Marguerite Stern est un véritable petit caméléon, un coup brune, puis blonde puis bleue bizarre, un coup anti-macho et anti-catho farouche et convaincue, puis soumise à un musulman pur et dur pour qui la femme, celle-là ou une autre, n’est qu’un champ à labourer. Extraits choisis de qu’elle écrit sur le NouvelObs:
(1) Vous devriez sortir un peu de chez vous et aller visiter l’église qu’ils ont construite. Peut-être que, comme moi, vous seriez émerveillée par la beauté de ce lieu, par la connaissance et le savoir faire, par la nef, l’autel et le clocher. Oui des lieux de culte et des lieux de récréation madame… Car même parqué dans un ghetto, il faut bien continuer à se divertir. Il faut bien continuer à vivre.
Fichtre ! Que de beauté dans une église. Question: Pourquoi simuler un avortement et faire pipi dans une église ?
 
Dans leurs pays, on voile les femmes, on les parque à l’intérieur des foyers et l’on pratique la polygamie. Pourtant, moi petite blonde avec mon pull rose, je n’ai jamais eu de problème, je n’ai jamais été sifflée ou harcelée comme je peux l’être en plein milieu du 5e arrondissement de Paris. J’ai laissé mon appareil photo et mon portefeuille dans une yourte pendant que j’allais me promener sans craindre qu’on me vole.
Diantre ! Que de gentlemen capables d’offrir une tasse de thé à une petite blonde seulement vêtue d’un pull rose (le soutien gorge est interdit chez les Femens, pour le reste je ne sais pas).
Lors d’un essai d’embauche de la prude damoiselle dans un restaurant à Marseille on a droit à cette profonde réflexion:
(2) Et puis j’ai eu un flash-back environ une heure avant de devoir partir, alors que j’avais déjà enfilé ma petite robe noire mi-longue – rien au-dessus du genou, « il faut savoir s’effacer » – et mes vieux collants couleur chair, les seuls qui ne soient pas troués.
Palsembleu ! Rien au dessus du genou !!! Même pas un string, le seul instrument à corde et à vent, je commence à comprendre.
bar
Bouquet final, la damoiselle s’exprime sur ses zammours dans la jungle humide:
Et puis un jour, je suis tombée amoureuse. Ce jour-là, le dernier rempart de protection qu’il me restait a explosé. On ne choisit pas qui on aime, et d’ailleurs, les proverbes populaires disent qu’en général, c’est quand on s’y attend le moins que cela vous tombe dessus. Ce que les bulldozers envoyés par l’État sont en train de détruire, c’est l’endroit où j’ai rencontré l’amour de ma vie.
Parfois, je m’imagine qu’un jour on racontera à nos enfants comment leurs parents se sont rencontrés, comment ils sont allés danser dans les bars de fortune d’un ghetto, comment ils se sont aimés autour d’un feu de bois, et parfois aussi à même le sol dans une cabane mal imperméabilisée. On leur racontera que la première fois qu’on s’est parlé on était vraiment habillés n’importe comment, mais qu’on s’est quand même trouvés beaux.
Puis, plus loin:
Par exemple, le jour où je lui ai demandé si ce serait un problème pour lui que ses enfants ne soient pas musulmans, il n’a pas su quoi répondre faute de s’être jamais posé la question.
Sacrebleu ! C’est y pas qui vont nous faire des petits, là, dans la boue !
nid d'amour

Ma conclusion après avoir lu les écrits de cette manipulatrice à faible audience, c’est que la jungle c’est sympa, que vendre ses fesses à des vieux messieurs grisonnants c’est pas le top mais écarter les gambettes devant un clandestin, c’est l’extase.

Philippe Legrand

(1) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1412985-migrants-chere-calaisienne-en-colere-allez-les-voir-ils-vous-apprendraient-l-humanite.html
(2) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1478207-confrontee-au-sexisme-j-ai-refuse-un-emploi-j-avais-l-impression-de-vendre-mes-fesses.html
(3) http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1490448-jungle-de-calais-j-y-ai-trouve-l-amour-aujourd-hui-j-ai-peur-qu-on-me-l-arrache.html