1

Calais : les antifas qui ont tagué ma maison me rappellent les nazis qui bombaient « Juden »

On se souvient que lors des dernières élections législatives, à Calais, une violente campagne avait visé une enseignante, par ailleurs professionnellement irréprochable, Marie-Jeanne Vincent, coupable, aux yeux d’une élève militante chez Mélenchon, de défendre les couleurs de Civitas. Bien que ne partageant pas, loin s’en faut, toutes les orientations de Civitas, Riposte Laïque avait pris la défense de l’enseignante, et polémiqué durement avec Nord Littoral et tous les petits commissaires politiques qui relayaient cette campagne. 5 mois plus tard, nous avons donc l’occasion de faire le point de la situation à Calais avec Marie-Jeanne Vincent.

Riposte Laïque : Quoi de nouveau vous concernant, depuis les élections législatives, où vous avez été victime d’une violente campagne, comme enseignante, pour vous être présentée comme candidate de Civitas ? Pas de préjudice professionnel ?

Marie-Jeanne Vincent : La campagne de presse s’est calmée puisque la période des élections est passée. Les plaintes que j’ai déposées y sont sans doute aussi pour quelque chose. Au niveau professionnel, j’ai toujours été et je suis toujours soutenue par mes élèves qui me connaissent et ne se sont pas laissés impressionner par les immondes ragots d’une presse aux ordres. Je leur ai toujours enseigné la valeur de la liberté d’expression et j’ai pu constater que mon enseignement n’a pas été inutile, ce dont je ne suis pas peu fière. L’Education Nationale est restée parfaitement neutre dans cette affaire, mon engagement politique relevant de ma vie privée. Et contrairement à certains collègues gauchistes, je n’ai jamais, au grand jamais, fait de prosélytisme auprès de mes élèves.

Les grands défenseurs de la liberté d’expression du Channel ne veulent plus travailler avec moi, pénalisant mes élèves !

Le plus gros problème est venu du Channel Scène Nationale. Je vous rappelle que je suis professeur de lettres et de théâtre et je travaillais donc en partenariat avec cette structure. On m’a donc demandé très poliment et avec beaucoup de diplomatie de ne plus travailler avec cette structure et de continuer à exercer mon métier de professeur de théâtre uniquement dans les murs du lycée, le Channel, grand chantre de la tolérance et de la liberté d’expression ayant exigé que je n’exerce plus avec eux. Ce faisant, ce sont donc mes élèves qui sont pénalisés et discriminés puisqu’ils n’ont plus – de ce fait – accès aux facilités de cette structure culturelle qui prêtait ses locaux et ses moyens techniques à l’option théâtre. On m’a donc, toujours très courtoisement, évincée de l’option spécialité pour me laisser l’option facultative puisque par une facétie du règlement, Le Channel n’est partenaire que de l’option spécialité. C’est celle qui rapporte des subventions…

Riposte Laïque : Parlons de la situation de Calais. On a d’abord annoncé la fin de la jungle et la répartition des milliers de clandestins dans toute la France. Et donc le retour à une situation normale dans votre ville. Apparemment, cela n’a pas duré bien longtemps. Qu’en est-il, aujourd’hui ?

Marie-Jeanne Vincent : Actuellement, on compte entre 800 et 1.000 clandestins à Calais. Les associations « humanitaires » ont fait des pieds et des mains pour les faire revenir et ne pas perdre leurs subventions. Ces associations – soutenues par la mouvance antifa – organisent régulièrement des distributions sauvages de nourriture en plein centre-ville dans le seul but de faire de la provocation et d’obtenir un point de fixation pour les clandestins. Les dégradations se multiplient, la saleté règne et plusieurs agressions ont eu lieu : vol, viol et tentative de viol, attaques et barrages sur l’autoroute… On est très loin d’une situation normale !

Riposte Laïque : Avez-vous entamé des démarches pour alerter les autorités, sur cette situation intolérable ?

Marie-Jeanne Vincent : J’ai écrit personnellement et à deux reprises à M. Mignonnet, Adjoint à la Sécurité à la municipalité de Calais pour l’alerter sur la situation intolérable vécue par les Calaisiens et pour lui demander, en particulier, de régler le problème des distributions sauvages en centre-ville. Je n’ai eu aucune réponse…

La population souffre, l’élu ne répond pas… C’est dans la logique de la politique calaisienne depuis des décennies.

Riposte Laïque : Si nous en croyons la presse locale, il s’est produit des actes de vandalisme graves, cette nuit. Vous pouvez nous en dire davantage ?

http://www.lavoixdunord.fr/node/260799/paywall

Les antifas ont tagué le centre-ville de Calais, et ma maison. Ils me rappellent les milices collabos qui taguaient « Juden »

Marie-Jeanne Vincent : En effet. La mouvance antifa ravage régulièrement le centre-ville en couvrant les bâtiments publics et privés de tags orduriers et incitant à la haine. De nombreux bâtiments ont été dégradés la nuit dernière dont mon domicile. Ces tags incitent à la violence et à la haine. Les antifas n’ont aucune considération pour le pauvre Calaisien qui venait de faire repeindre sa façade ou pour les murs d’un collège fraîchement rénovés. On a affaire à une bande d’idiots utiles, d’ados gosses de riches en mal de sensation qui se prennent pour des grands rebelles une bombe de peinture à la main. Ces imbéciles heureux se comportent exactement comme les nazis ou les milices collabos qui taguaient d’ignobles « Juden » sur les façades des commerçants. La délation , la violence et la bêtise…

Riposte Laïque : Quel est votre regard sur l’attitude du maire de Calais, Natacha Bouchart, qui, il y a quelque temps, se réjouissait de l’enrichissement culturel amené par les migrants ?

Marie-Jeanne Vincent : Mme Bouchart ne parle plus de l’enrichissement culturel amené par les migrants Elle emploie maintenant un tout autre discours. Il faut dire que les élections de 2020 doivent se préparer en avance… Mme Bouchart découvre enfin la lumière et se rapproche de plus en plus du discours de Civitas !

Riposte Laïque : Marine Le Pen est également venue, il y a quelques jours, à Calais, épauler une femme violée par un migrant, et apporter son soutien aux forces de l’ordre. Est-elle la seule personnalité politique dans ce cas ?

Marie-Jeanne Vincent : Mme Le Pen a été la seule personnalité politique à venir à Calais suite à cette affaire mais je ne suis pas sûre qu’il ne s’agisse pas de récupération politique… J’ai été une des premières à dénoncer ce viol sur ma page Facebook mais je suis invisible auprès des politiques et des medias locaux, mes indignations étant toujours sincères et non bassement politiciennes. Cette venue a au moins eu le mérite de faire réagir Mme Bouchart qui semble découvrir les exactions des clandestins.

Riposte Laïque : Comment réagissent les commerçants, et les Calaisiens, devant un tel quotidien ?

Les milices gauchistes exercent une terreur quotidienne sur les Calaisiens

Marie-Jeanne Vincent : Les commerçants sont effondrés, le centre-ville est de plus en plus désert, les boutiques ferment les unes après les autres.

Quant aux Calaisiens, ils ne reconnaissent plus leur ville, ils demandent le calme et la sécurité comme tout citoyen. Ils souhaitent pouvoir profiter de leur ville de nuit comme de jour sans risquer de se faire agresser, détrousser ou violer. Pourtant, le silence règne dans la ville et les habitants se taisent à cause de la presse locale totalement vendue et qui n’hésite pas à dénoncer le moindre propos qu’ elle juge « déviant ». Le pauvre Calaisien , s’il ose s’exprimer, risque de retrouver son nom et sa photo en une du nouveau « Je suis partout » local, livrés à la vindicte gauchisante, risquant de perdre son emploi ou de ne jamais en trouver. A Calais, l’engagement politique se paye et j’en sais quelque chose. Les milices d’ultra-gauche font régner la terreur, s’en prennent aux biens et aux personnes. Il est lamentable qu’une soixantaine d’illettrés avinés, drogués et ultra-violents persistent à dégrader la ville et agresser tous ceux qui ne pensent pas comme eux.

Les leaders antifas, Jason Brebion et le comique Laurent Maameri, se prennent pour les Che Guevara du Calaisis…

Riposte Laïque : Et vous, quelle va être votre réaction ? Et selon vous, que faudrait-il faire pour mettre fin aux agissements de ces miliciens ? Connaissez-vous au moins leurs noms ?

Marie-Jeanne Vincent : Ces miliciens sont connus de tous. Leur leader est un certain Jason Brebion, assisté du comique de service Laurent Maameri. Ces deux là se prennent pour les Che Guevara du Calaisis alors qu’ils n’en sont que les morpions. Aucune réflexion, aucune culture, une bêtise crasse et jamais un mot de compassion pour les victimes des exactions de leurs gentils camarades migrants. Ces purs produits du système qui se revendiquent féministes et usent et abusent de la grotesque écriture inclusive ne s’insurgent jamais des affaires de viol ou d’agressions sexuelles. Ils vont même jusqu’à défendre des violeurs emprisonnés, sous prétexte qu’ils sont d’origine africaine… La femme violée a sans doute porté plainte par racisme… ? On peut en sourire mais ces guignols sont dangereux, ce sont de véritables gardes rouges prêts à toutes les violences pour faire taire les opposants. Personnellement, dans ce genre de crime, j’ai toujours une empathie pour les victimes, pas pour les tortionnaires…

La peur ne m’atteint pas, malgré les agressions subies par mes enfants et moi

Riposte Laïque : Avez-vous peur, parfois, de subir une agression ?

Marie-Jeanne Vincent : J’ai déjà subi des agressions et ce en compagnie de nos enfants. Quand je vous dis que ces miliciens ne reculent devant rien… Ils crachent leur haine sur tout ceux qui ne pensent pas comme eux, insultent, frappent, détruisent les biens.

Cependant, la peur ne m’atteint pas. Il faut lutter jusqu’au bout pour la liberté et je lutterai jusqu’au bout. Je viens d’une famille de résistants et ce ne sont pas deux ou trois sacs à vin à moitié analphabètes et quelques harpies mal lavées qui vont me faire peur. Ils n’ont pas compris qu’à Civitas, nous n’étions pas des militants mais des combattants.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?

Marie-Jeanne Vincent : Je sais que ce n’est pas dans l’esprit de votre site mais je sais aussi que, contrairement aux gauchistes, vous respectez la liberté d’expression. Alors j’ajouterai : Christ Roi et #MontreTaCroix et à Calais, on n’a jamais demandé un certificat de baptême aux combattants qui nous rejoignent. C’est ça, la vraie tolérance.

Pierre Cassen : Effectivement, Marie-Jeanne, le Christ Roi, ce n’est pas trop notre truc, mais vous avez le droit de le dire, même sur RL. Bon courage pour la suite…

Propos recueillis par Pierre Cassen