1

Calais : n’en déplaise aux inquisiteurs, Marie-Jeanne Vincent a lancé sa campagne

Les hasards du calendrier nous réservent toujours des surprises. C’est un 27 mai, Journée d’hommage à la Résistance que Marie-Jeanne Vincent, candidate Civitas dans la 7e Circonscription du Pas-de-Calais a officiellement lancé sa campagne pour les Législatives. Lancement  en présence d’Alain Escada, président de Civitas, de Carl Lang, Président du Parti de la France, et en l’absence de Jean-Marie Le Pen, Président des Comités Jeanne dArc, absent pour raison de santé. Ces trois partis rejoints par le  SIEL et la Ligue du Sud présentent 150 candidats aux Législatives.

En dépit d’une mobilisation médiatique que l’on peut qualifier de « grotesque » tant sur le fond que sur la forme, le lancement de campagne de la candidate Civitas s’est bien déroulé comme prévu à Calais.

Les valeureuses forces « humanistes », « progressistes » souhaitant que Madame Vincent « soit virée de l’Education Nationale » ont vaillamment défilé au son des tambours et en burka,  dans le centre-ville pour se poser devant le Lycée où exerce la candidate Civitas que les Commissaires politiques de la Gauche Bien Pensante aimeraient sans doute soumettre à La Question !

Camarades patriotes et résistants, les Inquisiteurs ne sont pas ceux que l’on croit !

A mille lieues de ce cortège grotesque et carnavalesque, une trentaine de Calaisiennes et Calaisiens ont assisté à une rencontre de qualité.

Au regard du raout, ils ont eu bien du courage. A Calais, une candidate Catholique ne peut s’exprimer sans que ne pèsent  sur elle les menaces de l’ultra-gauche ou d’une institution culturelle où elle travaille en tant que Professeur de Lettres et Théâtre. Institution qui contrairement à l’article 5 de ses statuts estime que Madame Vincent n’est plus « politiquement correcte » pour ne pas dire … « Religieusement correcte ». Sans doute.

Le respect de l’Etre Humain

Marie-Jeanne Vincent lorsqu’on l’interroge sur les mots, maux dont la presse locale subventionnée l’affuble, se gausse. « Monsieur pensez-vous sérieusement que je puisse être homophobe, antisémite, néo nazie et pourquoi pas membre de Daesh ? Cela est tout simplement grotesque. J’ai face à moi des adversaires qui ne supportent pas une candidature catholique. Ils me stigmatisent sans oser dire que j’ai un programme social pour la circonscription. Un programme certes conservateur mais empreint d’un indéniable catholicisme social, d’une Foi qui respecte l’être humain, la nature et la création. Il est évident que cela perturbe les commissaires de la pensée unique de gauche comme de droite qui protègent leurs intérêts et leurs fesses ! Mon engagement est un engagement pour la vie, contre la malbouffe, pour le développement de la culture et de l’éducation pour tous. Autant de valeurs Chrétiennes de Droite que la gauche qui pense à l’envers s’est accaparée ! Aujourd’hui, cela est fini. La France Catholique est en marche et les Colonnes infernales de la République ne la feront pas céder ou reculer. »

A Calais, avec courage, Marie-Jeanne Vincent a affirmé : « Que rien le la ferait reculer d’autant qu’elle portait les deux patronymes des saintes patronnes de la France Chrétienne ! ».

Malheureusement absent pour des problèmes de santé, Jean-Marie Le Pen, aurait sans nul doute aimé cette répartie de la candidate à laquelle il a apporté par vidéo son total soutien.

Carl Lang, président du Parti de la France a insisté sur les valeurs de Résistance portées par la candidate. Valeurs qui lui ont été fièrement transmises par sa tante Gaulliste, résistante et catholique qui l’a élevée.

« Le régime communiste est tombé car 7 militants un jour ont eu l’audace de résister sur la Place Rouge « , a rappelé Carl Lang en insistant sur la nécessité du peuple Français menacé par l’islamisation, le grand remplacement de se mobiliser pour ne pas finir comme « les Indiens d’Amérique dans des réserves… »

Alain Escada, Président de Civitas, a rappelé l’idéal de Cité Chrétienne dont l’objectif est bien de replacer l’individu au cœur du développement économique, de permettre aux familles de vivre dans une réelle harmonie conforme au Pays Réel.

Cabale médiatique et politique

Au cœur d’une cabale médiatique, politique, victime de l’instrumentalisation d’élèves de son établissement qu’elle n’a jamais eus en cours, la candidate Civitas a eu des mots très dignes lors de la conférence de presse ayant suivi le lancement de campagne : « L’Ecole est et doit rester un sanctuaire. C’est en tout cas ainsi que je conçois mon métier d’enseignante. Dans mes cours, personne ne parle et ne parlera jamais de politique. Toutes les idées se doivent d’être respectées. Je suis sincèrement désolée que l’étudiante qui m’a certes diffamée ait pu être menacée. Je suis menacée moi-même et c’est inacceptable. Personne ne doit être menacé pour ses orientations politiques, religieuses ou philosophiques. Cela est contraire à ma conception d’une Cité Chrétienne. »

Le lancement de campagne fort heureusement s’est déroulé sans aucun trouble à l’ordre public ce qui était la priorité des candidats de Civitas qui n’ont rien à voir avec la « caricature ultra droite dont d’aucuns eussent aimé les affabuler » . In fine, cette réunion  a été aussi l’occasion de réunir des soutiens autour de la candidate catholique. « Les personnes qui se sont proposées de m’aider, de nous aider moi et mon mari qui est mon suppléant ne sont pas toutes catholiques. Elles partagent néanmoins nos valeurs qui sont de replacer l’Humain au cœur du développement économique de la 7e circonscription. Nous ne sommes pas dogmatiques ». Belle claque aux Frères et Sœurs de la Pensée Unique …

A Calais, en dépit des tempêtes médiatiques, une nouvelle force politique a bel et bien vu le jour. Elle est certes conservatrice, catholique mais est portée par une dimension humaine oubliée par les partis politiques corrompus déconnectés du Pays Réel.

Hemingway aurait dit: « en avoir ou pas ».

Visiblement Madame Vincent en a ;  des vraies convictions respectueuses de l’Autre qui en font un OVNI politique.

C’est avec élégance et intelligence qu’elle a défendu ses convictions de la France Eternelle. En cela, elle n’a pas fini de déranger les apparatchiks calaisiens, de la droite molle et de la gauche folle.

Emile Maurois