1

Callac : 150 gauchistes ont voulu attaquer le rassemblement des patriotes

Ce samedi 5 novembre, un rassemblement d’opposants au projet Horizon et à l’accueil de migrants à Callac se déroulait, devant la mairie, à partir de 14 h 30. De nombreux orateurs (voir la liste ici) se sont succédé à la tribune afin de réclamer de la part de la municipalité un référendum sur ce projet qui suscite de nombreuses tensions dans la commune depuis des mois maintenant.

D’autres intervenants ont également témoigné de leurs expériences (comme à Saint-Brevin-les-Pins) et des combats locaux menés avec succès, y compris sur d’autres thématiques. La manifestation  s’est tenue de 14 h 30 à 17 h avant que les organisateurs n’appellent à se disperser (la manifestation était initiée par l’association Les Amis de Callac et ses environs).

Celle-ci  a rassemblé des habitants de la commune, mais aussi de nombreux Bretons venus de Rennes, Guingamp, Brest, ou encore Nantes, ainsi que des Vendéens, des Angevins, des Normands et même… un Occitan en la personne de Richard Roudier, président de la Ligue du Midi. Le rassemblement s’est déroulé dans le calme.

 

 

 

 

 

On ne peut pas dire la même chose de la contre-manifestation, organisée par l’extrême gauche, des syndicats, avec l’appui de la municipalité de Callac. Une banderole aux accents « haine de soi » était déployée sur l’estrade sur laquelle on pouvait lire « Réfugiés, ne nous laissez pas seuls avec les Français ».

 

Aux alentours de 15 h, et alors qu’un rassemblement festif se déroulait depuis plusieurs heures au plan d’eau de Callac, une centaine de militants d’extrême gauche rejoints par des syndicalistes ont cherché à aller perturber le rassemblement des opposants au projet Horizon. Il aura fallu l’intervention des forces de l’ordre, nombreuses et bien organisées (comme quoi… d’autres préfets auraient sans doute des leçons à prendre en terme de maintien de l’ordre auprès de la Préfecture des Côtes-d’Armor), pour que l’affrontement, à l’initiative des contre-manifestants, soit évité.

 

 

Les gendarmes mobiles ont ainsi fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants radicaux, masqués ou cagoulés pour certains, et dont une partie provenait notamment de la ville de Brest, mais aussi d’autres coins du Finistère.

Finalement, il n’y a pas eu d’affrontements entre manifestants opposés et le millier de personnes venues manifester dans un camp ou dans l’autre à Callac s’est dispersé aux alentours de 17-18 h.

Quel avenir désormais pour le projet Horizon et l’accueil de migrants à Callac ? Il semblerait que le nombre de migrants annoncé diminue au fur et à mesure de la contestation qui grimpe dans la commune. Il semblerait que les acteurs du projet Horizon cherchent possiblement désormais à se focaliser sur les autres points du projet (maison d’assistantes maternelles, maison des associations, rénovations urbaines…). Quant au projet Viltaïs, il est, lui, confirmé et deux familles d’Afrique noire arriveront prochainement dans la commune (une vingtaine de personnes en tout).

Quel sera le climat dans les prochaines semaines à Callac ? Difficile de le savoir, en attendant sans doute que les élus locaux – dont certains étaient côte à côte dans la journée avec l’extrême gauche violente qui a tenté d’attaquer le rassemblement du samedi – ne s’expriment et annoncent les évolutions de la situation. Les opposants à l’accueil de migrants ont, quant à eux, prévu de continuer à mobiliser pour y mettre fin.

Reportage vidéo à suivre prochainement.

Yann Vallerie

Crédit photo : Breizh-info.com

[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine