Callac : la journée d’une manifestante

callac-768x576.jpg

Pour ou contre l’installation de migrants à Callac ?

Le maire de Callac a déclaré : « Si je sollicite l’avis de la population, 80 % des gens voteront contre. » Hallucinant !

Samedi, avec un petit groupe de gens convaincus que la France doit rester la France, nous partons pour Callac. Auparavant, certains d’entre nous ont participé aux collages d’affiches appelant au rassemblement. Nous avons tous, bien sûr, abondamment communiqué sur cette manifestation, appelant nos proches et nos amis à y participer.

Petite anecdote amusante. À l’arrivée, après plusieurs heures de route, nous sommes arrêtés par un barrage de policiers. Après vérifications de nos cartes d’identité, l’un d’eux, se fiant sans doute à nos bonnes têtes, nous montre une direction, vers la droite. « La salle, c’est par là. » La salle, celle où se déroule la fête organisée par les partisans du projet, avec l’appui du maire. On a failli se retrouver de l’autre bord !

Après précision de notre part : « On ne se rend pas dans une salle, on va sur la place de la mairie, on est CONTRE le projet », nous voilà orientés à gauche. En somme, les gens de DROITE à GAUCHE, les gens de gauche, à droite ! Est-ce de la discrimination positive ?

Deux nouveaux contrôles d’identité plus tard, on peut se garer. Les forces de l’ordre sont présentes, c’est plutôt rassurant.

Il est tôt, 13 heures. Sur la place, très ventée, on retrouve déjà du monde.

Le seul endroit à l’abri du vent étant le porche de l’église, déjà occupé par un groupe qui casse tranquillement la croûte, on retourne manger… dans notre voiture.

Une heure après, les manifestants sont là, plutôt nombreux, bien motivés à se faire entendre. Des drapeaux bretons, français, chouans…

Sous un petit crachin breton, en plein vent, on commence avec des slogans : « Les résistants, c’est nous ! »  « On est chez nous ! » « Ensemble, on va gagner ! »

J’ai déjà un peu froid et je me pose la question de savoir comment des personnes venues d’Afrique vont supporter le climat breton, le froid, la pluie.

On nous rappelle que le maire a refusé tout échange avec nous. Il ne se présente pas, refuse toute discussion avec des personnes, pourtant non violentes, opposées à son projet. Il n’explique pas son but, n’a pas le courage de ses idées. Quelle est la finalité de son programme ? Belle démocratie !

Les organisateurs ont prévu beaucoup d’intervenants !

Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque, animateur de la journée, Christine Tasin, présidente de Résistance Républicaine, Patrick Jardin, père de Nathalie, tuée au Bataclan, le général André Coustou, administrateur des Maires pour le Bien Commun, Gilbert Collard, président d’Alternative France, très attendu, plein d’entrain et de chaleur… Treize intervenants au total prennent la parole. Tous soulignent la folie du projet « Horizon ». Callac doit rester Callac, la Bretagne doit rester la Bretagne et la France doit rester la France !

En fin d’après-midi, un groupe de militants favorables au maire cherche à pourrir notre rassemblement. Pour les disperser, les forces de l’ordre interviennent avec des gaz lacrymogènes. Tout le monde en prend plein la figure, nous aussi.

Et à ce stade, je ne résiste pas à la joie de vous la faire ; si Sandrine s’était trouvée là, elle aurait pu la replacer, sa désormais célèbre réplique : « nous avions la gorge qui grattions, nous avions les yeux qui brûlions. » Je rappelle qu’elle est enseignante-chercheuse.

Les derniers orateurs doivent faire vite. La menace est présente. Pour notre sécurité, on nous invite à quitter rapidement les lieux.

Au retour, dans la voiture, la motivation pour continuer à se battre est bien là. Toujours aussi forte !

Tout ces gens venus à Callac pour défendre leurs valeurs sont tenaces : la route pour arriver au centre Bretagne, les conditions météo, le retour dans la nuit… il faut en vouloir. Je retiens ce mot : COURAGE.

Petite déception de voir que, malgré tout ce qu’on a pu faire en amont, on n’était pas plus nombreux. 600 quand même selon la préfecture de police. On espérait plus de monde. Mille personnes peut-être.

Pour les gens de Callac, difficile de dire combien étaient là, avec nous, mais la pression exercée sur eux doit être forte. Le référendum demandé est refusé. Le maire l’a dit lui-même, sur le marché, devant témoins : « Si je fais un référendum, 80 % des gens voteront contre. »

J’ai l’impression que nous sommes écrasés, broyés par les forces qui travaillent contre la France, celles qui sont prêtes à faire disparaître notre mode de vie, notre culture, notre monde.
Il faudrait s’échapper par le haut. Comment ?
Quelle solution trouver pour sortir de cette oppression ? On ne peut plus espérer débattre. Avec qui, d’ailleurs ? Il faut trouver autre chose.

Quand je vois certains commentaires sur RL, j’ai mal. « Bien fait pour les Bretons, ils ont voté Macron ! »
Vous rendez-vous compte que si Callac passe, on aura des Callac dans tout le pays ? À Saint-Brevin-les-Pins, en Loire-Atlantique, un projet similaire se met déjà en place. Dans d’autres communes de France aussi. On ne se bat pas seulement pour Callac mais pour tous les villages de France.

Il ne s’agit plus ici d’accueil de migrants, mais de déplacements de populations venues d’Afrique – ou d’autres continents. On procède à des essais de brassage de peuples qui n’ont rien à faire ensemble. Tout cela soutenu par la bien-pensance, qui espère sans doute ne jamais être confrontée aux problèmes que cette politique va engendrer.

Si je reviens trois ans en arrière : on a résisté à la fable du Covid, au passe sanitaire, on se bat à présent pour Callac… Nous voilà en plein dans la transition démographique voulue par le pouvoir.

La lutte continue !

Jeanne Le Vézu

image_pdfimage_print
15

22 Commentaires

  1. Exactement !!! , De toutes façons il est beaucoup trop tard , c’est bien pour celà que je possède ce pseudo.

  2. Merci beaucoup pour votre compte-rendu très concis, parfait et décrivant très bien l’ambiance !
    Il n’y a pas de troquet dans ce trou pour manger au chaud ?
    A moins que les Gôchiasses l’aient investi…
    Ou alors les débits de boissons sont déjà supprimés pour mieux recevoir les mahométans…
    Parce qu’avant de manger on aime bien se laver les mains, se mettre à l’aise au chaud et se détendre. La voiture après un voyage de plusieurs heures… c’est pas folichon. Bravo pour votre détermination.

    • À Fabiola Ferrante
      Il y a sûrement des troquets. Mais nous n’avions accès qu’à une partie du village. Les forces de l’ordre empêchaient la rencontre entre les deux rassemblements : POUR le projet et CONTRE le projet.

  3. J’étais à Callac pour les deux manifestations; j’y retournerai autant de fois qu’il faudra pour faire plier le maire et faire capoter son projet . Il n’y a plus de démocratie dans notre pays, il n’y a que mépris du peuple par une soi-disante élite fossoyeuse de la France, de son Histoire , de sa culture et de ses traditions. Face à cette idéologie destructrice dont Macron est le porte-feu, nous n’avons d’autre choix que de nous unir et nous battre sans cesse jusqu’à la victoire.
    Puisqu’ils sont faibles avec les forts, soyons unis et forts . Faisons les trembler par notre détermination et nous les ferons reculer.
    L’union des droites est INDISPENSABLE pour gagner le combat contre tous ces traitres . Je l’appelle de tous mes vœux !
    St DENIS- MONJOIE

  4. rappelons nous que ceux qui dénonçaient avec raison le « grand remplacement » étaient diabolisés, ostracisés, et pour finir traduits devant la 17emechambre, par l’état et les collabos – aujourd’hui regardons ce qui se passe : ce sont ces traitres à la patrie, ces destructeurs de notre beau pays, que l’on voudrait voir devant les tribunaux

  5. C’est le « grand remplacement «  de la population française qui se fait à marche forcée.
    Il n’y a plus de démocratie ( y en a-t-il eu un jour d’ailleurs? )
    Destruction de notre identité, de notre culture, de nos valeurs !
    Voilà où notre gouverne-ment nous entraîne !

    • C’est malheureusement vrai
      Mais pour ceux qui sont avec le maire et le soutiennent, ils vont le découvrir à leurs dépens.
      Tant pis pour eux

  6. S’il nous fallait encore un exemple, voici comment notre gouvernement se moque de la démocratie et de nos droits les plus stricts. Macromagnon la vilaine petite fiotte et sa clique de blaireaux jettent en pâture toute personne qui ose critiquer leur démarche ainsi que ceux qui défendent notre civilisation. Les loups sont dans la bergerie et au lieu de nous défendre, notre gouvernement ouvre le portail. Le flot de migrants incontrôlables et qui viennent parasiter notre société vont bénéficier de moult avantages que nos retraités n’ont pas le droit d’obtenir. Assez de cette saloperie ! Aux armes citoyens, formons nos bataillons et marchons pour sortir de l’Elysée tous ces cons !

  7. J’étais à Callac. Article remarquable, rien à ajouter, rien à enlever. Merci Madame.

    • Et je n’ai pas parlé de la pancarte des gens favorables au projet : « Ne nous laissez pas seuls avec les français ».
      Tout est dit. Ils n’ont que mépris pour eux.
      On le voit jusque dans leur orthographe. Les Français, avec une majuscule, s’il vous plaît !

  8. Tango , bonjour dans un sens je suis d’accord avec vous , quand j’ai connu la Bretagne , il n’y avait pas un seul migrant , maintenant ils sont envahis , mais je suis d’accord avec les habitants de Callac pas de migrants chez nous à Callac

    • Je suis breton, né en Bretagne de parents Bretons nés eux-mêmes de parents bretons, etc etc.
      Dans les années 70, dans la petite ville où j’habitais (et habite encore), il n’y avait PAS UN SEUL membre des « minorités visibles » (Noirs, Maghrébins…) à l’école, publique ou privée, ni au lycée. PAS UN SEUL.
      Quand j’ai eu mon bac, je n’avais pas vu un seul Noir (ou Maghrébin) de ma vie, sauf en colo, quand j’avais 10 ans, à l’autre bout de la France.
      Aujourd’hui, vous ne traversez pas cette petite ville de Centre-Bretagne sans voir au moins, en 5 minutes à peine, 5 ou 6 « chances pour la France ». Ils sont partout. C’est une véritable submersion, mais les Bretons, comme les autres Français, ne se rendront compte du problème que quand ce sera trop tard, quand leur angélisme – alimenté par les MSM – disparaîtra sous les coups de boutoir du RÉEL.

      • « C’est une véritable submersion, »…..sachant qu’ils sont 1,5 milliard à leur point de départ….

  9. « Bien fait pour les Bretons, ils ont voté Macron ! ». J’en ai une autre : « « Bien fait pour les Français, ils ont voté Macron ! ». De plus, ayez conscience qu’en plus de la bêtise présente dans nos rangs, ce forum, où on est anonyme, pullule de trolls et autres démoralisateurs. Ca ne mange pas de pain, à défaut d’arguments.. . Allez donc voire ce qu’une vermine anonyme ose écrire à Patrick Jardin sur un autre fil. La meilleure réponse, c’est de laisser paraître ce genre de commentaires pour que tout le monde comprenne à quoi on a affaire, ce qu’ont fait les modérateurs;

  10. Macron a déclaré la même chose que le maire de Callac à la BBC: « S’il y avait un referendum pour sortir de l’UE, les Français voteraient probablement oui ».
    L’abrutie, ministre des affaires étrangères allemande, Baerbock, a dit « qu’elle n’en avait rien à faire de l’opinion de ses électeurs concernant la politique vis à vis de la Russie ».
    Je ne sais pas quand auront lieu les élections à Callac, mais si le maire est reconduit, nous devrons nous poser des questions quant à la volonté des Français de survivre.

    • Les Bretons, comme la plupart des Français réagiront quand ils se heurteront à la réalité. Il sera alors trop tard, hélas.

  11. Où étiez vous quand la France a ramené de force des enfants reunionais pour repeupler la Creuse , dans les années 60? On n à pas été plus envahi non ?

Les commentaires sont fermés.