1

Campagne vaccinale en Israël : « une nouvelle Shoah » affirment deux scientifiques

https://cdn.futura-sciences.com/buildsv6/images/wide1920/c/3/4/c34a1e7ce2_50167015_vaccin-coronavirus-ahmet-aglamaz-adobe-stock.jpg

Campagne vaccinale en Israël : « Une nouvelle Shoah » ?

Le mot est terrible, excessif, voire indécent, mais ce sont deux scientifiques qui osent une telle comparaison. La situation est-elle si grave ?

Mais qui croire, tant les informations sont contradictoires ?

Tout cela mérite d’être creusé, décortiqué, mais surtout dans la plus grande transparence pour dégager la vérité due au peuple.

Ce qui est certain, c’est que les labos ont exigé un partage de responsabilité en cas d’effets secondaires inattendus de leur vaccin.

Pourquoi ne pas les assumer si ce vaccin est « sans risques » ?

Personne n’a pu vérifier les effets secondaires en 10 mois.

Lisez cet article avec le lien ci-dessous. Assez sidérant, en totale contradiction avec le discours officiel.

https://www.francesoir.fr/videos-debriefings/vaccination-en-israel-des-chiffres-de-mortalite-qui-interpellent-video

Il y a peu, j’écrivais un article vantant les mérites de la campagne de vaccination en Israël, en espérant que la chute des contaminations grâce au vaccin se confirmerait. Et je jugeais même excessifs les doutes et réserves de certains quant à l’intérêt de la vaccination de masse pratiquée par ce pays.

Israël en passe de gagner sa guerre-éclair contre le Covid

Grave erreur ! Il semblerait que la réalité n’ait rien à voir avec l’optimisme affiché par l’État hébreu. Il faut donc savoir retourner sa veste, mais « toujours du bon côté » dirait Dutronc. Et quand on ne sait plus qui dit vrai, on attend.

Car c’est un article plutôt terrifiant que nous livrent deux scientifiques sur les effets secondaires du vaccin Pfizer. L’ingénieur Haim Yativ et le Dr Hervé Seligmann ont analysé toutes les données vaccinales et constatent une aggravation de la mortalité chez les personnes vaccinées.

Et par conséquent, je reprends leurs conclusions en guise d’introduction. Effrayant !

Nous concluons que les vaccins Pfizer, pour les personnes âgées, ont tué au cours de la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes que la maladie elle-même en aurait tué, et environ 260 fois plus de personnes que la maladie parmi les plus jeunes. Nous insistons sur le fait que cela vise à produire un passeport vert valable au plus 6 mois et à promouvoir les ventes de Pfizer. 

Si ces deux scientifiques sont dans le vrai, cela s’apparente à un désastre sanitaire sans précédent.

Mais justement, qui dit vrai ? Nos deux scientifiques ou le ministère de la Santé israélien ? Y a-t-il tromperie du gouvernement qui  joue une course contre la montre  ?

Connaît-il les risques du vaccin ? Accepte-t-il une mortalité supérieure temporaire, afin d’obtenir au plus vite l’immunité collective, pour en terminer avec le confinement et pour relancer l’économie ? On s’interroge.

Chacun connaît l’inclination des États à mentir au peuple, soit pour le tromper sciemment, soit pour ne pas l’effrayer. Les mensonges d’État mènent en général les peuples au désastre. Le dernier en date fut celui des ADM, armes de destruction massives soi-disant présentes en Irak, qui a conduit à la deuxième guerre du Golfe, avec le succès que l’on connaît : le Moyen-Orient a été déstabilisé à jamais.

Les affirmations de Haim Yativ et Hervé Seligmann ne sortent pas de leur chapeau comme par magie.  Le Pr Seligmann n’a rien d’un charlatan.

https://www.zobodat.at/biografien/Seligmann_Herve.pdf

Ce sont les données officielles qu’ils ont analysées avec un œil critique. Ils n’ont aucun intérêt  personnel à protéger.

Par conséquent, j’ai tendance à les croire quand ils affirment :

Que 51,9 % des décès concernent les 12,5 % de vaccinés.

Que les cas graves touchent davantage les personnes vaccinées.

Que la mortalité mensuelle, depuis la mi-décembre, date du début de la campagne vaccinale, a été multipliée par 3,5.

La conclusion de tout cela ? Difficile de savoir où on va.

Quel que soit l’âge de chacun, jeune ou moins jeune, il me paraît urgent d’attendre afin d’en savoir plus.

Car non seulement les effets immédiats du vaccin posent d’énormes questions sans réponses, mais les effets de plus long terme restent à découvrir. 

Et pas besoin d’ordonnance pour prendre de la vitamine D, de la vitamine C et  du zinc, pour  essayer de déjouer le virus, ou du moins pour éviter les cas graves.

Car jouer les cobayes avec l’ARN messager, selon nos deux scientifiques, cela équivaut à jouer à la roulette russe

Attendons d’y voir plus clair.

Jacques Guillemain