Cancel culture en Ukraine : Tout ce qui est russe doit disparaître ! 

Zygomyr est un roquet enragé qui se prend pour le centre du monde. Ignare, inculte, stupide, primaire. Amateur de déguisements ridicules comme Macronescu.

Formaté par la cancel culture, le virtuose du piano à queue a ordonné que tous les témoignages de la culture russe, depuis le temps de tzars, disparaissent du paysage public ukrainien. Statues, livres, tableaux, musique, films, tout doit partir à la casse !

Rien ne doit rappeler la grandeur de la Russie

Les chefs d’œuvre du passé offensent ses guerriers en peau de lapin. Il faut donc faire payer à Pouchkine, un temps exilé en Ukraine et mort en 1837, les raclées que les Ukronazis se prennent aujourd’hui. À chaque nouvelle ville perdue, les hiérarques déconfits se défoulent sur les objets qu’ils ont sous la main. Pauvres types !

À Tchernihiv, Mykolayiv, Moukatchevo, Zabolotiv, Oujhorod les statues de  «l’ennemi Pouchkine » sont déboulonnées, décapitées, envoyées au rebut. Comme naguère celles de Staline. Comparer ces deux hommes traduit un trouble de l’esprit… Les autorités assument : « Tout ce qui est russe doit être démantelé.»

Seul le maire d’Odessa comprend mais déplore ce rejet de tout ce qui est russe, et a refusé de renommer la rue Pouchkine. Mais partout ailleurs, les hiérarques se déchaînent à la tête de bandes de hooligans. Parangons de culture comme chacun sait.

Les responsables des bibliothèques publiques, scolaires et universitaires sont «invités» par le gouvernement à faire disparaître de leurs rayons Fédor Dostoïevski, Léon Tolstoï, Ivan Tourguéniev, dont les œuvres relèvent du patrimoine mondial de la littérature. Pour Nicolas Gogol, les Ukronazis hésitent vu qu’il avait la double nationalité.

En toute hypothèse, Oleksandra Koval, directrice de l’Institut ukrainien du livre n’y va pas par quatre chemins : « Quelque 100 millions d’ouvrages de propagande russe  devront disparaître !»

Tandis que pour le ministre de la culture Oleksandr Tkachenko :

« Il s’agit d’une guerre d’identité pour le peuple ukrainien. Par le rejet global du monde russe et de ses figures, la dé-russification doit renforcer la prise de conscience d’une identité nationale.»

Dans le même temps, des circulaires comminatoires enjoignent aux directeurs des médias, des théâtres, des cinémas et de salles de concert, de bannir les compositeurs russes, de l’opéra jusqu’au rock’n’roll en passant par les musiques de films.

Selon les instructions d’un tyranneau pitoyable et de sa cour de bouffons tragiques, il faut faire disparaître toutes les figures artistiques et intellectuelles héritées de l’empire russe, de l’ère bolchevique et de l’époque post-soviétique.

Imaginez un instant qu’en France, en guise de représailles contre Adolf ou Von Der Leyen, son clone en jupons, on décide un autodafé de tous les auteurs allemands de Kant à Goethe et de Schiller à Nietzsche. Et qu’on interdise de jouer Bach, Handel, Beethoven, Wagner…

Que diraient nos bobos européistes, grands amoureux de la diversité, chantres de la fusion des cultures et imprécateurs des penchants nationalistes ?

Les auteurs et artistes du présent ostracisés comme ceux du passé

Dans cette frénésie de dé-russification le parlement ukrainien a adopté le 19 juin 2022 une loi interdisant l’importation et la vente de livres imprimés en Russie.

Peu importe qu’il s’agisse de romans, de poésie, d’essais, de traités scientifiques ou d’ouvrages techniques. Avec cette décision stupide, ils s’imaginent sans doute que l’art et le savoir peuvent être étouffés par un embargo. Effet Streisand probable !

Il sera également interdit de diffuser dans l’espace public ukrainien de la musique composée ou jouée par des artistes ayant obtenu la citoyenneté russe après la chute de l’URSS en 1991… Phase suivante : Exiger leur disparition de YouTube ?

Dans sa grande tolérance, le virtuose du piano à queue a toutefois ouvert aux  musiciens concernés la possibilité de solliciter des autorités ukrainiennes une autorisation de représentation et de diffusion, à condition de condamner publiquement la Russie. Piètre consolation à ses blessures d’ego.

Ces manigances viennent en complément de la guerre des images où les Ukrainiens remportent les batailles virtuelles qu’ils sont incapables de gagner sur le terrain.

Comme dans toutes les impostures autocratiques, la mise sous tutelle de la culture et le verrouillage de l’information sont des armes redoutables au service de la propagande. Pour renforcer la cohésion de ceux à qui elles sont spécifiquement destinées. Mais surtout pour contaminer les opinions en Occident puisque ceux qui les répercutent sont des journaleux un peu niais, beaucoup complices et très militants.

Parmi les dizaines de subterfuges utilisés par le Zygomyr pour faire raquer les Otanesques, et repris avec ferveur par nos médias menteurs : Le top gun fantôme qui descendait tous les avions russes, les braves de l’île eux serpents qui se sont sacrifiés avant de ressusciter, et la pathétique histoire du héros ukrainien faisant ses adieux à sa famille, une vidéo détournée d’un combattant pro-russe du Donbass !

https://www.youtube.com/watch?v=GtnhovwOHLI

Ces images ont tourné en boucle dans le monde entier, elles ont été vues par des millions de personnes, sans que les Russes puissent y répondre. Et les rectificatifs tardifs et timides sous la pression du web n’y changeront rien. Seule perdure l’impression première. Qui prétend faire passer les Ukronazis pour des victimes et le Zygomyr pour un superman de fête foraine. Auquel il ne manque que des armes, encore plus d’armes et des milliards de dollars supplémentaires pour aplatir la Russie.

Le Zygomyr qui fut un histrion minable a raté une belle carrière de metteur en scène !

Il va falloir refaire la plupart des cartes et plans de villes

 Selon la BBC, 200 avenues, places, boulevards, musées, théâtres, quartiers entiers ont déjà été débaptisés. « Pour débarrasser l’espace public de la présence russe. »

On a du oublier de signaler au Zygomyr que la langue russe et l’ukrainien ont des racines communes. Langues slaves, elles dérivent toutes deux du ruthène, le parler des anciens Rusyns. Et de quel côté va-t-on ranger le  « surzhyk » un pidgin mélange d’ukrainien et de russe, plus parlé dans les provinces du Nord que dans celles de l’Est et du Sud, où on s’en doute les habitants préfèrent le russe classique.

Heureux Français qui ne connaissent pas ces problèmes linguistiques grâce au gargouillis des présentateurs télé limité à 200 mots, et aux zélites qui encensent le sabir des banlieues comme une source d’enrichissement culturel.

Pour en revenir à Pouchkine, dans son procès post mortem, il est accusé d’avoir traité de « barbare sanglant et cruel » le chef des Cosaques Ivan Stepanovitch Mazepa allié à la Suède (tiens, tiens…) et à l’Ukraine pour combattre les Russes au XVII ème siècle.

Faut-il rappeler qu’outre des figures universelles de la culture, les divers noms de rues, de bâtiments publics et de lieux, honoraient des héros morts au combat contre les nazis pendant WW2 (tiens, tiens…) Des combattants russes mais aussi ukrainiens.

Le zygomyr et sa bande qui ont élevé au rang de « héros national » le gestapiste Stepan Bandera et légitimé les exactions des waffen SS ukrainiens, voudraient-ils estomper des livres d’histoire la résistance ukrainienne ? Car, comme en France occupée, tous les Ukrainiens n’étaient pas des collabos et des salauds. Certains se sont courageusement battus contre les nazis.

Ce n’est pas un hasard si Poutine considère les Ukrainiens comme un peuple frère et limite volontairement ses frappes pour ne pas nuire aux civils. À la différence des bombardements sauvages de l’OTAN en Serbie.

Mais des dégâts collatéraux aussitôt montés en épingle sont inévitables, puisque les Ukronazis utilisent leurs compatriotes comme boucliers humains, en adossant leurs arsenaux et leurs postes de tir à des centres commerciaux, des hôpitaux, des écoles, des immeubles d’habitation. Une fourberie copiée sur les Palestiniens.

Le zygomyr est un nazislamiste qui s’ignore

Le Zygomyr et son gang se sont largement inspirés des autodafés de Goebbels autant que des délires d’effacement et de ré écriture du passé dont les mahométans sont coutumiers. Comme le calife Omar qui, après la mise à sac d’Alexandrie répondit à un général qui lui demandait ce qu’il fallait faire de la Grande Bibliothèque : « Tous ces livres s’ils sont conformes au coran sont inutiles. Et s’il ne le sont pas, ils sont impies. Dans les deux cas, brûlez-les ! »

Ou comme les Iraniens et les Talibans qui interdisent l’enseignement de l’évolutionniste, assorti d’une fatwa contre Darwin parce qu’il blasphémait. Et punissent les profs de sciences qui ne réfutent pas la théorie de la relativité, un mensonge juif forcément.

Voilà à quel stade d’arriération et d’aliénation a régressé l’Ukraine du Zygomyr, le pote à Macron.

Christian Navis

Climats sous influence (climatorealist.blogspot.com)

 

 

 

image_pdfimage_print
16

19 Commentaires

  1. On ne gagne pas une guerre de cet ordre par le seul fait de faire de la propagande virtuelle anti-russe via les merdias serviles de la planète. C’est au pied du mur qu »on voit le maçon et pour l’heure il semblerait que la ferveur de la mobilisation du départ n’est plus la même aujourd’hui ? Zélensky feint le désespoir le gagner en se transformant en leader de papier. Ce qu’il a toujours été.

  2. idem dans les pays baltes, les statues des vainqueurs de la 2è guerre déboulonnées, la cancel kultur triomphe

    • Répondre à RésistanteCh: j’ai pleuré en voyant cette jeune femme à genoux penchée sur le cadavre de sa petite fille… (on a appris que quasiment tous les bombardements sur les civils étaient l’œuvre de l’armée ukrainienne pour faire accuser les russes.)

  3. Se prenant pour un pharaon Zelenski agit comme eux, en détruisant tout ce que leurs prédécesseurs on construit. Cela nous rappelle aussi le deboulonnage des statues de Goethe et Schiller ordonné par un petit nerveux.

    • Et cela anticipe les futurs déboulonnages de nos statues de personnages historiques.

  4. Montand, Coluche, Bigard… des ruqier, hanouna, Zemmour… des fouteux limite analpha-bêtes, la notoriété audiovisuelle suscite parfois des ambitions folles.
    Si la télé n’existait pas encore, les LSBTIQ milliardaires des médias l’auraient inventée.

    • Répondre à CURIOSUS: Etsépatout , regardez bien les pubs TV en ce moment, ils se sont totalement lâchés : vous ne remarquez rien d’anormal (euphémisme) ? Mais où est-on ici ???

  5. Pour les linguistes avisés, autant que je sache, la langue parlée en Ukraine, à de fortes similarités avec la langue russe !
    Les 3/4 du parlé ukrainien ont des racines, clairement russe !
    Donc, chers ukrainiens, vous aussi, parlez russe, comme un peu, les Serbes et Croates.
    Vous êtes des frères de russes, à preuve du contraire.

  6. Si ma mémoire n’est pas trop défaillante, le Grand Duché de Moscou a été fondé, à l’origine de la Russie que nous connaissons, par le Grand Duc de Kiev pour des raisons politiques et militaires. Zygomyr va donc détruire ses propres racines. Bravo l’artiste!

  7. Avoir pour dirigeant un nase pareil est de très mauvais augure pour l’Ukraine.

  8. J’espère que les Russes vont vite remettre tous ces livres en place, et que pour remplacer les exemplaires perdus, les Ukrainiens vont mettre la main au porte-monnaie…

  9. plus qu’a souhaiter que le pitre des escrocs criminels biden et macron disparaisse en premier

  10. s ils ne gardent que la littérature ukrainienne , il va fatalement y avoir de la p^lace sur les rayons des bibliothèques ….l’ ukrainien n’en demeure pas moins un sabir , dont les fondamentaux ont été établis à la fin du XIX ème siècle , par des grammairiens russes .C’est une langue qui trouve son utilité pour guider les chevaux de la troika , ou siffler les chèvres , autrement , lorsque l’on veut tenir un discours intéressant , on parle russe.Les gens interviewés par les télévisions étrangères ,s’expriment en russe , que tout le monde parle , ou presque !

  11. Cela rappelle la volonté des bolcheviques d’ éradiquer la chrétienté en Urss, force est de constater qu’ ils ont échoué

Les commentaires sont fermés.