Capital-islam-gauchisme et les neuf crises de l’Occident contemporain (1/3)

Publié le 19 septembre 2011 - par
Share

Il y a quelques temps, je livrais une analyse systémique (1) des ennuis que nous tous, simples citoyens, connaissons aujourd’hui, que nous refusions de voir la vérité en face à l’instar de la cohorte des bien-pensants, ou que nous résistions à notre destruction, comme nous essayons de le faire, modestement mais fermement, dans le cadre de notre revue Riposte Laïque et d’autres sites de ré-information.

Je rappelle en peu de mots ce qu’est la Triplice de l’horreur : une mondial-collusion entre trois systèmes idéologiques totalitaires, faussement opposés entre eux mais vrais complices, se manifestant chacun par des pratiques violentes et antisociales d’impact mondialisé : le capital transnational oligarchique, le gaucho-mondialisme xénophile, et, ce n’est pas le moindre, le djihad islamique universel.

La collusion de ces trois systèmes détermine bien entendu la liquidation pure et simple des nations occidentales, États-Unis compris, et peut-être, de proche en proche, d’ensembles peu éloignés de l’Occident comme l’Eurasie (lorsqu’on voit l’ampleur des prières de rues musulmanes, à Moscou notamment, on se doute bien que Poutine a choisi de ne rien faire, et que la Russie est désormais terriblement touchée). Cette liquidation, à son tour, passe par une politique d’immigration de remplacement, pas forcément musulmane partout, mais totalement subversive, d’une manière inédite et inouïe, partout où elle est constatée.

Bien évidemment, nous aurions pu nous arrêter au dossier complet que j’ai publié récemment sur la question (2), ainsi qu’au schéma général de la Triplice (que vous pouvez consulter en plus grand en cliquant sur l’image qui précède). Mais, rapidement, on peut s’apercevoir (et il y a une part de hasard esthétique et géométrique dans cette affaire) que chaque sommet du grand triangle formé par la Triplice est lui-même un petit triangle unissant trois phénomènes qui se renforcent mutuellement, comme si la Triplice synthétisait en définitive trois triades. Ce qui fait, pour l’Occidental moyen, neuf moyens d’être dans les ennuis jusqu’au cou – ou neuf crises à gérer à la fois, ce qui n’est pas rien !

je me permets d’en exposer le contenu, tout d’abord de manière sèche et dogmatique, avant de déduire la légitimité de ces catégories. Cliquer sur chaque schéma pour le visionner en grand format.

Le capitalisme transnational oligarchique, facteur d’une insécurité générale appelée précarité, se déploie selon le triangle des catastrophes environnementales, de la régression sociale, et du chaos sémantique (la fameuse crise du sens).

Le djihad islamique universel, engendrant l’insécurité générale de la dhimmitude, se déploie quant à lui selon le triptyque islamisation-insécurité- immigration (3).

Le gaucho-mondialisme ou marxisme culturel ou pseudo-marxisme ou para-marxisme, instillant dans le corps social l’insécurité générale de l’inversion des valeurs, connaît enfin trois déclinaisons, qu’on résume souvent par les trois termes familiers « gauchos », « barbus », « racailles ». Un article complet de RL a d’ailleurs été publié sur cette collusion (4).

Cette typologie des phénomènes de masse, ainsi que les crises qui en découlent, susciterait déjà quelques remarques générales, avant même qu’on en explore les détails.

– Tout d’abord, il y a toutes sortes de liens, de chevauchements entre les triades : le gauchisme favorise les barbus (triangle de l’inversion des valeurs), qui sont eux-mêmes les cadres de l’islamisation (triangle de la dhimmitude). Le capitalisme transnational favorise les gauchistes en leur conférant un statut de faux opposants, alors même que les gauchistes sont les cadres intellectuels de l’inversion des valeurs, laquelle favorise, conjointement, la régression sociale, l’islamisation et l’insécurité, et à la limite toutes les autres calamités de masse. Les catastrophes techniques et environnementales fournissent aussi, lorsqu’elles adviennent dans ce qu’on appelle le Tiers-Monde (avec, pourtant, la complicité intéressée de gouvernements locaux peu regardants en matière environnementale), des prétextes pour justifier l’immigration ; l’immigrationnisme échevelé d’un écologue-écosophe comme Michel Tarrier (5) en est un exemple (nous aurions pollué ces pays et, en manière de compensation, nous nous devrions de nous laisser submerger par leurs anciens habitants, considérés comme des « réfugiés climatiques »). Le chaos sémantique, autre exemple, favorise à peu près tout, notamment la racaille en lui conférant un statut victimaire ahurissant, ou encore le djihad, en le travestissant en religion persécutée… Je laisse aux systémiciens chers à Francis Néri le soin de compléter en détail ce tableau des chevauchements et des relations entre les triades.

– Autre remarque générale, les crises engendrées par la Triplice de l’horreur et ses triades, neuf crises au total, là où les gauchos pur jus, les syndicalistes myopes et certains marxistes naïfs n’en voient qu’une (la crise socio-économique), ne sont pas toutes de même importance ni de même statut. Les moins graves, si l’on peut dire, restent encore les crises de collaboration, qui visent à casser un type de société, c’est-à-dire de politique (sociocide). Plus graves sont les crises de liquidation, qui tendent à l’élimination de peuples entiers dans leurs dimensions culturelles, ethniques, identitaires… (dimension de génocide). Terribles enfin sont les crises d’extinction (je parle de l’extinction de l’espèce humaine).

– De ce point de vue, je suis resté fidèle à l’esprit du marxisme, en ce sens que j’accorde au Capital cette capacité diabolique de générer les crises les plus graves, celles qui menacent de faire disparaître l’espèce humaine dans son ensemble, non plus simplement un type de société ou un ensemble de peuples. Toutefois, cette dimension d’humanocide dépend intimement de l’intégration de ce capitalisme à la Triplice ; sans le gauchisme et sans l’islam, ses complices, la globalisation capitaliste n’aurait favorisé que des dictatures férocement antisociales (il n’y a qu’à voir, par exemple, la vieille politique des États-Unis en Amérique latine dans les années 70), ce qu’on peut assimiler à des sociocides (on remplace un type de société par un autre), mais pas à un génocide, encore moins à un humanocide. En revanche, lorsque le Capital commence à favoriser l’accession au pouvoir de tyrannies islamiques (financement de moudjahidin, par exemple), et lorsque, pour couronner le tout, il subventionne en sous-main ses propres « opposants », c’est-à-dire tout ce que la nébuleuse de gauche comporte de pire, depuis les para-, crypto-, pseudo- ou néo- marxistes jusqu’à des militants syndicaux ou politiques sincères, mais aveugles, alors, braves gens, c’est la peau de la planète elle-même qui risque d’y passer…

– Dernière remarque générale, les « triades » ou « triangles » ne fonctionnent pas exactement comme la Triplice.

La Triplice unit – en une parfaite collusion – des systèmes qui, dans leur principe, sont opposés les uns aux autres ou, au moins, indépendants les uns des autres : ceux qui pensent que la religion est l’opium du peuple devraient théoriquement haïr l’islam, la bourgeoisie capitaliste occidentale ne devrait trouver à l’islam que peu d’attraits, les capitalistes devraient aussi lutter à mort contre les « partageux » gauchos, et réciproquement… Au lieu de cela, la mondial-orgie trioliste !

Les triades, quant à elle, n’unissent pas des systèmes en apparence incompatibles ou indépendants, mais de simples phénomènes concomitants et voisins, et aperçus comme tels, même chez l’observateur naïf.

La deuxième partie de l’article explorera le détail des ces triangles de l’horreur mondialiste.

Jacques Philarcheïn

(1) Pour employer les mêmes termes que le blogueur Francis Néri.

http://semanticien.blogspirit.com/

(2) Voir Riposte Laïque, numéro 213.

http://ripostelaique.com/archives_par_numero

(3) Fréquemment dénoncé par Riposte Laïque, voir par exemple le récent article de Fabrice Letailleur :

http://ripostelaique.com/immigration-islam-insecurite-un-triptyque-incontournable-de-la-presidentielle-de-2012.html

(4) Éditorial de Cyrano : « Islamistes, gauchistes et racailles : les trois piliers d’un fascisme qui veut détruire la France. »

http://ripostelaique.com/islamistes-gauchistes-et-racailles-les-trois-piliers-dun-fascisme-qui-veut-detruire-la-france.html

(5) Voir à ce sujet mon article sur le nucléaire, traitant aussi de Michel Tarrier :

http://ripostelaique.com/reponse-a-christine-tasin-sur-le-nucleaire.html

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.